TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CAVE DES PRODUCTEURS DE VIN DE MONTLOUIS

Afin de promouvoir les vins de l’appellation Montlouis, la cave des producteurs met en place différents évènements à caractère oenotouristique. Tout d’abord, ils organisent deux fois par an des portes ouvertes (avril et novembre). Les thèmes changent d’année en année et les animations sont diverses et variées, ce qui permet de toucher un public plus vaste. Durant ces 2 jours, l’accent est bien entendu mis sur les vins de l’appellation Montlouis sur Loire ainsi que sur ceux des appellations Touraine et Crémant de Loire. Ils ont aussi lancé l’évènement « Au verre dans les vignes » qui se traduit par une visite dans les vignes suivie d’une visite de la cave et qui se termine par une dégustation de vins et de produits du terroir. La première édition fut un succès avec un retour très positif de la part des participants. Durant la saison estivale, ateliers œnologiques, deux fois par semaine en juillet et en août. Les thèmes varient à chaque atelier : accords mets et vins, initiation à la dégustation, principes de la méthode traditionnelle, les arômes du vin, dégustation de différents vins effervescents (méthode traditionnelle, pétillants, pétillants naturels, AOC Montlouis sur Loire, AOC Crémant de Loire, AOC Touraine…) Ces ateliers sont ouverts à tous et sont gratuits. Depuis juillet 2014, visite libre et gratuite avec matériel de guidage audio-vidéo qui permet aux visiteurs de découvrir de manière ludique, professionnelle et éducative (photos, vidéos, anecdotes) l’étendue des métiers, de la vigne à la commercialisation en passant par la vinification et la production.
Loire
Voir

CELLIER DES PRINCES

L’un des axes oenotouristiques du Cellier des Princes, premier producteur en appellation Châteauneuf-du-Pape, se développe autour de l’art, à travers des expositions au sein de son caveau de vente.Le vin a toujours eu sa place dans l’art, en inspirant notamment de nombreux peintres, sculpteurs, musiciens ou encore écrivains. Le vin a su traverser les âges et a de tout temps accompagné des moments forts (comme “La Dernière Cène” de Léonard de Vinci). Le vin peut également être considéré comme un art. En effet, ce dernier est le fruit de l’expression de son terroir, mais est aussi influencé et modelé par son créateur, l’œnologue. Le vin provoque également une large palette d’émotions lors de sa dégustation, et peut raviver de nombreux souvenirs par associations olfactives et gustatives. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, le Cellier des Princes propose d’exposer des artistes locaux, divers et variés, venant de tout art et de tout horizon. Le caveau de vente de 300m² offre beaucoup d’espaces différents pour accueillir les œuvres d’art : murs, colonnes, sols. L’installation et le positionnement des œuvres sont propres à chaque artiste. Chaque trimestre, une soirée de vernissage est organisée au caveau afin de présenter la nouvelle exposition et son artiste. Selon la disponibilité des œuvres et des artistes, une nouvelle exposition est présentée tous les 2 à 3 mois.
Rhône
Voir

CHAMPAGNE CHARLES MIGNON

L’élément déclencheur de la création de l’espace “expositions”, a été une question récurrente lors des visites sur le climat champenois de la part d’américains et d’australiens.La maison a donc décidé de mettre en place un espace d’expositions pour faire découvrir la richesse du patrimoine champenois aux visiteurs. La première exposition mise en place était une sélection de photographies de Michael Boudot, photographe rémois, sur le thème du cycle de la vigne. Cela permettait aux visiteurs de découvrir les magnifiques paysages champenois ainsi que la rudesse du climat septentrional. Depuis ce sont succédées plusieurs expositions, au rythme d’une exposition par an, avec un thème bien précis “Le ou La Champagne”. Ces expositions permettent de compléter les visites de façon artistique sur des thèmes d’actualités comme la nouvelle exposition sur le thème de “La Champagne classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO”. Des supports (livrets, flyers ou chevalets) sont à disposition des visiteurs pour apporter plus d’informations sur l’auteur de l’exposition et sur les lieux ou monuments représentés.
Champagne
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

La Bourgogne résiste grâce au boom des ventes au Royaume-Uni

Les exportations de vins de Bourgogne, qui représentent près de la moitié des ventes, réussissent à limiter l’impact du Covid-19 grâce en particulier au boom surprenant du marché britannique, a-t-on appris lundi auprès de la profession. “La Bourgogne résiste grâce à un quatuor de tête inédit. Certaines bonnes surprises (Royaume-Uni, Suisse) compensent la chute brutale des USA, impactée par une taxe injuste”, relève dans un communiqué le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). Sur les neuf premiers mois de 2020, les exportations ont reculé de 3,9% en volume et de 9,3% en valeur par rapport à la période équivalente de l’an dernier. La baisse est en grande partie due à la chute de 21% en volume (et de 29% en chiffre d’affaires) des ventes aux États-Unis. Le premier marché extérieur des vins de Bourgogne est plombé par la surtaxe douanière de 25% sur les vins tranquilles de moins de 14 degrés. Les ventes en Chine et à Hong Kong, dont la part est passée de 2% des exportations en 2009 à 9% en 2019 (en valeur), se sont de plus effondrées de 30,6% en volume (et de près de 17% en chiffre d’affaires). Le Japon se porte un peu mieux avec une baisse de 4,5% (-6,4% en valeur). Mais la baisse aurait été bien plus sévère sans l’étonnant rebond du marché britannique, souligne le Bureau. Sur les neuf premiers mois, ce marché croît ainsi de 11,6% en volume (+1,3% en chiffre d’affaires), reprenant même temporairement sa place de premier marché extérieur des vins de Bourgogne en mai et juin, devant les États-Unis. Le BIVB rappelle que le Brexit, toujours en négociation, n’a encore provoqué aucune nouvelle barrière tarifaire. Les professionnels ont déjà à plusieurs reprises évoqué un “effet de stockage” pour expliquer ce dynamisme, les importateurs préférant acheter maintenant, avant l’éventuelle application d’une réglementation plus contraignante. Le Canada, troisième marché à l’export, offre lui aussi une belle surprise, avec une hausse de 8% en volume (+7,7% en valeur). La Belgique, cinquième marché, limite la baisse (-1,8% en volume et même +1,2% en valeur) tandis que la Suède et la Suisse poursuivent leur croissance de 2019 à un bon rythme, avec respectivement +17,1% et +2,5 % en volume (+9,7% et +8,2% en valeur). Les exportations de vins de Bourgogne avaient clos l’année 2019 sur une hausse de 9% en volume (89,8 millions d’équivalents bouteilles de 75 cl) et de 10,4% en valeur par rapport à 2018, dépassant la barre symbolique du milliard d’euros de chiffre d’affaires (1,039 milliard d’euros).
Business
Lire la suite

[Escapade Crus Bourgeois] Château Fontesteau, un lieu énigmatique

Ce qui fait la force des vignobles français, et qu’aucun vin du Nouveau Monde, de si bonne qualité soit-il, ne pourra jamais leur ravir, c’est leur histoire. Cette prise de conscience a gagné le Médoc, où la découverte des vignobles s’accompagne désormais d’une plongée au cœur du patrimoine architectural des fameux « châteaux ». Un voyage dans le temps en 6 étapes, extrait de notre hors-série Crus Bourgeois.Épisode 1 : Château Fontesteau Un lieu énigmatique Assis au bord d’un lac, le château Fontesteau est un lieu enchanteur dont l’histoire demeure mystérieuse. Il n’est jusqu’à la racine de son nom qui ne fasse débat. Doit-on y voir une référence aux sept sources qui jaillissent dans le domaine ? « Fontesteau » signifierait alors « fontes altae », « fontaine haute »… Ou faut-il privilégier plutôt la piste de « fullonium testum », une « foulerie » où on dégraissait la laine par l’argile. L’occupation du site remonte en tout cas au moins à l’âge du fer. « On a retrouvé des scories qui attestent de la présence à cette époque d’une fonderie. Par ailleurs, des pierres calcinées qui, plus tard, ont servi à la construction du château pourraient avoir été utilisées initialement pour des bas fourneaux », détaille Dominique Fouin, le propriétaire des lieux. En ce qui concerne la bâtisse, on retient la date de 1277, sans rien savoir de sa vocation originelle : les Anglais, après leur défaite à Castillon, auraient détruit les archives. De cette période subsiste le donjon, sur le fronton duquel on trouve un blason orné de coquilles : un chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle passe en effet le long de la muraille. Le logis, remanié au XIXe siècle, date du XVIe siècle, une période clef : en 1575, le châtelain, Alexis de Lanfranque, est anobli par Henri III. Pendant la Révolution, un dénommé Raymond Seurin, peut-être un tantinet réactionnaire, est sommé par la garde nationale de rendre les armes qu’il dissimule. Est-ce en représailles que les deux tours latérales sont tronquées ? Il faudra attendre les travaux de restauration initiés par Dominique Fouin en 1997 pour les voir rebâties à l’identique grâce à une gravure exhumée d’un vieil exemplaire du « Féret ». Servant d’écrin à ce bel ensemble, un domaine viticole planté au XVIIIe siècle, parcouru de brebis landaises et limousines, offre des vins élégants dominés par le cabernet sauvignon. Visites gratuites du lundi au vendredi : 9-12 h et 14-17 h. Le week-end sur rendez-vous. Château Fontesteau – 33250 Saint-Sauveur 05 56 59 52 76 – Site internet
Terroirs et Vignobles
Lire la suite

Coup d’envoi de la Foire aux Seconds Vins : 3 bonnes raisons de participer

Coup d’envoi, aujourd’hui et jusqu’au 29 novembre, de la Foire aux Seconds Vins organisée par Terre de Vins et Cash Vin. Covid-19 oblige, cette édition 2020 se déroule sous forme de boutique en ligne éphémère sur foiresecondsvins.com. Pourquoi ne pas rater ce rendez-vous ? Réponse en trois points.Pour découvrir une belle diversité de terroirs Médoc, Saint-Emilion, Pessac-Léognan, Graves, Sauternes… Venus de la rive droite ou de la rive gauche, rouges, blancs secs ou liquoreux, à travers la cinquantaine de vins sélectionnés avec soin par Cash Vin, les amateurs pourront bénéficier durant l’opération d’un large choix de styles. Lors des autres éditions au Hangar 14, les visiteurs de la Foire aux Seconds Vins pouvaient déguster les vins avant de les acheter sur place. En cette édition digitale, pour accompagner les internautes et les guider dans leur choix, la rédaction de Terre de Vins a dégusté et commenté l’ensemble des vins présentés. Ce dossier complet est à retrouver depuis la semaine dernière dans le n°68 de Terre de Vins, également accessible sur notre kiosque numérique pour les abonnés. Pour profiter de rapports qualité-prix imbattables Accessibles en buvabilité comme en prix, les seconds vins s’inscrivent dans les tendances de consommation actuelles. Ils suscitent un intérêt certain à l’heure où nombre de premiers vins sont bien souvent devenus inaccessibles. Tout en offrant lors de cette Foire aux seconds vins une palette de prix attractifs, entre moins de 10 € et 50 €, Cash Vin a su jouer l’éclectisme de millésimes. Les amateurs retrouveront majoritairement des années récentes, des années plus anciennes et de belle qualité comme 2014, ou d’exception comme 2009-2010. A noter, une offre spéciale est mise en place durant toute l’opération : pour cinq bouteilles identiques achetées, la sixième est offerte. Pour mettre en cave vos coups de cœur en quelques clics Une fois leurs coups de cœur choisis en ligne, les amateurs pourront à leur convenance venir les retirer dans l’un des douze magasins Cash Vin en France ou se les faire livrer à domicile. foiresecondsvins.com
Rendez-vous
Lire la suite