TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CAVE DES PRODUCTEURS DE VIN DE MONTLOUIS

Afin de promouvoir les vins de l’appellation Montlouis, la cave des producteurs met en place différents évènements à caractère oenotouristique. Tout d’abord, ils organisent deux fois par an des portes ouvertes (avril et novembre). Les thèmes changent d’année en année et les animations sont diverses et variées, ce qui permet de toucher un public plus vaste. Durant ces 2 jours, l’accent est bien entendu mis sur les vins de l’appellation Montlouis sur Loire ainsi que sur ceux des appellations Touraine et Crémant de Loire. Ils ont aussi lancé l’évènement « Au verre dans les vignes » qui se traduit par une visite dans les vignes suivie d’une visite de la cave et qui se termine par une dégustation de vins et de produits du terroir. La première édition fut un succès avec un retour très positif de la part des participants. Durant la saison estivale, ateliers œnologiques, deux fois par semaine en juillet et en août. Les thèmes varient à chaque atelier : accords mets et vins, initiation à la dégustation, principes de la méthode traditionnelle, les arômes du vin, dégustation de différents vins effervescents (méthode traditionnelle, pétillants, pétillants naturels, AOC Montlouis sur Loire, AOC Crémant de Loire, AOC Touraine…) Ces ateliers sont ouverts à tous et sont gratuits. Depuis juillet 2014, visite libre et gratuite avec matériel de guidage audio-vidéo qui permet aux visiteurs de découvrir de manière ludique, professionnelle et éducative (photos, vidéos, anecdotes) l’étendue des métiers, de la vigne à la commercialisation en passant par la vinification et la production.
Loire
Voir

CELLIER DES PRINCES

L’un des axes oenotouristiques du Cellier des Princes, premier producteur en appellation Châteauneuf-du-Pape, se développe autour de l’art, à travers des expositions au sein de son caveau de vente.Le vin a toujours eu sa place dans l’art, en inspirant notamment de nombreux peintres, sculpteurs, musiciens ou encore écrivains. Le vin a su traverser les âges et a de tout temps accompagné des moments forts (comme « La Dernière Cène » de Léonard de Vinci). Le vin peut également être considéré comme un art. En effet, ce dernier est le fruit de l’expression de son terroir, mais est aussi influencé et modelé par son créateur, l’œnologue. Le vin provoque également une large palette d’émotions lors de sa dégustation, et peut raviver de nombreux souvenirs par associations olfactives et gustatives. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, le Cellier des Princes propose d’exposer des artistes locaux, divers et variés, venant de tout art et de tout horizon. Le caveau de vente de 300m² offre beaucoup d’espaces différents pour accueillir les œuvres d’art : murs, colonnes, sols. L’installation et le positionnement des œuvres sont propres à chaque artiste. Chaque trimestre, une soirée de vernissage est organisée au caveau afin de présenter la nouvelle exposition et son artiste. Selon la disponibilité des œuvres et des artistes, une nouvelle exposition est présentée tous les 2 à 3 mois.
Rhône
Voir

CHAMPAGNE CHARLES MIGNON

L’élément déclencheur de la création de l’espace « expositions », a été une question récurrente lors des visites sur le climat champenois de la part d’américains et d’australiens.La maison a donc décidé de mettre en place un espace d’expositions pour faire découvrir la richesse du patrimoine champenois aux visiteurs. La première exposition mise en place était une sélection de photographies de Michael Boudot, photographe rémois, sur le thème du cycle de la vigne. Cela permettait aux visiteurs de découvrir les magnifiques paysages champenois ainsi que la rudesse du climat septentrional. Depuis ce sont succédées plusieurs expositions, au rythme d’une exposition par an, avec un thème bien précis « Le ou La Champagne ». Ces expositions permettent de compléter les visites de façon artistique sur des thèmes d’actualités comme la nouvelle exposition sur le thème de « La Champagne classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO ». Des supports (livrets, flyers ou chevalets) sont à disposition des visiteurs pour apporter plus d’informations sur l’auteur de l’exposition et sur les lieux ou monuments représentés.
Champagne
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Champagne Bruno Paillard : méfiez-vous des gens bien élevés !

Mardi dernier, Alice Paillard a dévoilé au restaurant Saint-James, le nouveau millésimé blanc de blancs de la Maison Bruno Paillard : un 2013 à double facettes que les accords composés par le chef étoilé Julien Dumas ont mis en lumière avec brio. Pour ceux qui l’ont oublié, 2013 est la dernière année froide en Champagne. Alice Paillard nous raconte : « Les températures hivernales ont été inférieures de deux degrés à la moyenne décennale. Le printemps a lui aussi été très tardif, avec une floraison début juillet alors que cette année par exemple, elle s’est opérée fin Mai. Juillet et août ont été secs et chauds, mais avec beaucoup d’orages. La vigne n’a pas accéléré dans son process et n’a pas rattrapé son retard. Après un premier tiers de vendanges débuté le 24 septembre qui s’accompagnait d’un bel été indien, le deuxième tiers a vu les conditions météos se dégrader, provoquant le développement de maladies dans les pinots noirs et les meuniers, avant de voir arriver le retour du froid au cours du dernier tiers. Les derniers raisins ont été cueillis le 20 octobre ! C’est pour cette raison que les grands sauvés de 2013 ont souvent été les chardonnays que l’on vendange habituellement en premier. » Alice Paillard ©studiocabrelli La nouvelle cuvée présentée par Alice étant un blanc de blancs, cela tombe plutôt bien. Ce champagne cache bien son jeu et peut aller sur des registres très différents. Pour l’aborder, Julien Dumas nous a proposé en premier lieu une truite. « Il fallait être à la hauteur de ce grand vin, et la recherche a été compliquée. Nous avons finalement choisi ni plus ni moins que l’un des grands plats signatures du restaurant gastronomique, la truite issue du Massif du Cézallier, en Auvergne. Pour la magnifier, elle est pochée au beurre avec une cuisson très douce, ce qui lui donne une texture fondante. Elle est servie avec des œufs de truite légèrement fumés et une sauce à la berce, une plante herbacée qui vit dans le massif le long du ruisseau où le poisson a été pêché. » Cet accord sied à merveille au vin, mettant en lumière la minéralité saline de la cuvée, son aspect floral, sa délicatesse, sa crémosité. Le côté fumé des œufs renvoie aux notes légèrement boisées, tandis que l’acidité subtile autour de laquelle s’articule le vin vient trancher le gras. On est là dans le plus pur classicisme champenois, on pense à des années comme 2008, de lente maturation avec une belle tension, une certaine sobriété. De manière amusante, le vin ressemble un peu à Alice Paillard, sa présidente, il a ce côté old school, un brin janséniste, qui fait toute l’élégance et le charme de la plus authentique bourgeoisie rémoise. Cette austérité n’est pas le moindre des paradoxes, lorsque l’on sait que le champagne est le vin de la fête. Mais il faut se méfier des premières impressions. C’est ce que nous révèle le deuxième accord, où on découvre que derrière l’allure très bon chic bon genre d’Alice et de son père, se cachent en réalité de vrais rockeurs ! Ainsi, lorsqu’entre en scène le « Homard de Chausey, huile pimentée », on se dit que la délicatesse et la finesse du vin risquent fort d’être écrasées. Il n’en est rien. A notre grande surprise, se révèlent la puissance de ce champagne et un côté épicé qu’on ne lui suspectait pas. L’ensemble tient largement tête au plat et offre un match qui fait des étincelles ! Un feu d’artifices éblouissant comme on n’en voit pas tous les jours en Champagne… « Homard de Chausey, huile pimentée » Assemblage : Mesnil-sur-Oger/Oger. Dosage 4,5 g. 25 % vinifié sous bois. Prix : 89€ http://www.champagnebrunopaillard.com
Actualités
Lire la suite

Vendanges Médoc: « de la tension et de l’aérien »

Les vendanges prennent fin dans le Médoc dans une climatologie à la fois fraîche et ensoleillée. Lucas Leclercq, directeur général des châteaux Fourcas-Dupré et d’Agassac, délivre un bilan enthousiaste de ce caniculaire millésime 2022. On arrive au clap de fin des vendanges des raisins rouges dans le Médoc, comment s’est déroulée cette récolte ? Plutôt étalée pour nous car au 3 octobre nous avions encore quelques cabernets « dehors ». Finalement la récolte a duré 1 mois entre les blancs et les rouges ! Avec l’excellente qualité sanitaire des grappes les vendanges étaient tranquilles, paisibles. L’écueil de cette année était de trop attendre, surtout les merlots.  La première partie des vendanges, du 19 au 23 septembre, sous un temps chaud, nous a orienté sur une récolte en matinée. Depuis le 26 septembre nous avons des matinées à 11°C et des après-midis à 24°C, une situation parfaite pour le tri et l’encuvage en préservant les arômes. Nous notons sur les derniers cabernets sur grappe que la vigne s’est très bien adaptée à l’été chaud et sec : pas de défoliation due à la sècheresse, des pellicules épaisses qui ont un effet protecteur sur la pulpe et les pépins. Le seul bémol est la quantité qui résulte aussi d’une adaptation de la vigne à la sècheresse. Pour résumer, les vendanges ont été faciles, non stressante, étalée. Un bémol sur la quantité et concernant la qualité, comment décrivez-vous ce millésime 2022 ? Les équilibres sont parfaits. On constate de belles concentrations. Pour l’alcool, on a aussi bien des 12,7 %vol que des 15%vol, c’est trop tôt pour conclure mais nous n’aurons pas les alcools de 2003 ou de 2009. Les acidités sont beaucoup plus hautes qu’attendues, je suppose que c’est le volume faible des baies qui a aussi concentré naturellement les acides. Les tanins sont en quantité, solaires, mûrs mais ils sont doux et les premières cuves restent aériennes avec une densité tanique importante. L’équilibre est parfait, entre le dense et l’aérien, le fruit noir est précisément très noir et le fruit rouge est très frais. Sur ce millésime, nous sommes pris à contre-pied sur les dégustations des baies, des jus et des vins : nous nous attendions à des superlatifs autour de la concentration et la maturité mais finalement les premiers jus nous dévoilent de la tension et de l’aérien. Un mot sur la conjoncture des vins de Bordeaux, quel est votre regard ? La conjoncture actuelle n’est pas idéale. Nos bouteilles de 2018, 2019 et 2020 sont incroyables, les acheteurs nationaux et internationaux le savent, ils les goutent en concurrence avec les autres appellations de France et d’Europe. Il n’y a pas de problème « Bordeaux », la marque est toujours là, la désirabilité s’améliore, l’âme vigneronne revient – elle n’est jamais vraiment partie – et le rapport qualité prix est imbattable.  La conjoncture n’est pas bonne car elle force les opérateurs comme la Place de Bordeaux et la GD soit à procéder à des baisses de prix d’achat en dessous des prix de revient ou à privilégier les marques à fortes marges.  En ce moment il faut être résilient, travailler main dans la main avec les négociants, reconquérir les clients. Mon souhait le plus cher  est que les jeunes consommateurs trouvent les bordeaux « gavés bien »…
Terroirs et Vignobles
Lire la suite

[J-1 Lyon Tasting] Grands blancs de Bourgogne et caviar, l’accord sublime

La masterclass « Grands blancs de Bourgogne et caviar » se tiendra ce samedi 8 octobre, à 13h30 lors de Lyon Tasting. Heather Ducretot, de l’entreprise caviar de France, nous livre les premiers secrets de cet accord d’exception avant le jour J. ©DR Quels sont les accords classiques avec le caviar ? Dans les faits, on marie très souvent le caviar avec le champagne, qui convient parfaitement de par sa fraîcheur et son raffinement. Mais cela laisse peu de place aux autres accords. Je ne sais pas comment cela a commencé, probablement parce que les deux produits on une image prestigieuse. Plus rarement, certains alcools blancs sont proposés, comme le saké ou la vodka.  Est-ce que l’accord entre grands blancs de Bourgogne et caviar vous paraît naturel ? S’il y a un blanc qui se marie bien avec le caviar, c’est bien le blanc de Bourgogne. Il possède une fraîcheur et une minéralité essentielles. On trouve aussi, dans les grands chardonnays de Bourgogne, de la richesse et de la gourmandise, ce qui n’est pas gênant. En cuisine par exemple, l’association caviar et jaune d’œuf fonctionne très bien. La seule difficulté est de trouver le bon caviar avec chaque cuvée. Les caviars jeunes, plutôt beurrés et crémeux, doivent trouver un partenaire délicat, avec des notes fraîches. Les caviars plus affinés, plus marqués en bouche, salins et consistants, auront besoin d’un blanc plus dense. L’idée est que l’un ne domine pas l’autre.  Quels sont les associations à éviter ? On oublie les rouges, ainsi que les rosés, même les grands rosés. Et dans le cas des champagnes, on part plutôt sur des non dosés. Il faut éviter à tout prix la sucrosité sur un produit aussi salin : les vins doux sont prohibés. Et tous les arômes lourds en général, je pense notamment aux côtés floraux très marqués. Ce sont des principes de base. Mais dans tous les cas, il est très difficile de faire l’unanimité !  Au programme Les caviars dégustés lors de la masterclass seront fournis par Caviar de France, éleveur d’esturgeons en Gironde depuis 1985. Ils seront accordés avec les cuvées suivantes : Meursault 1er Cru Goutte d’Or 2020 et Chevalier-Montrachet Grand Cru Les Demoiselles 2018 (maison Louis Latour) ; Corton-Charlemagne 2018 et Chablis Grand Cru Vaudésir 2018 (maison Joseph Drouhin) ; Chassagne Montrachet 1er Cru Les Baudines 2018 et Chablis Grand Cru Les Preuses 2020 (Maison Edouard Delaunay). Rendez-vous samedi 8 octobre à 13h30, au palais de la bourse à Lyon. Pour participer à la dégustation masterclass Lyon Tasting 2022 : Réservations ici.
Rendez-vous
Lire la suite