TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CAVE DES PRODUCTEURS DE VIN DE MONTLOUIS

Afin de promouvoir les vins de l’appellation Montlouis, la cave des producteurs met en place différents évènements à caractère oenotouristique. Tout d’abord, ils organisent deux fois par an des portes ouvertes (avril et novembre). Les thèmes changent d’année en année et les animations sont diverses et variées, ce qui permet de toucher un public plus vaste. Durant ces 2 jours, l’accent est bien entendu mis sur les vins de l’appellation Montlouis sur Loire ainsi que sur ceux des appellations Touraine et Crémant de Loire. Ils ont aussi lancé l’évènement « Au verre dans les vignes » qui se traduit par une visite dans les vignes suivie d’une visite de la cave et qui se termine par une dégustation de vins et de produits du terroir. La première édition fut un succès avec un retour très positif de la part des participants. Durant la saison estivale, ateliers œnologiques, deux fois par semaine en juillet et en août. Les thèmes varient à chaque atelier : accords mets et vins, initiation à la dégustation, principes de la méthode traditionnelle, les arômes du vin, dégustation de différents vins effervescents (méthode traditionnelle, pétillants, pétillants naturels, AOC Montlouis sur Loire, AOC Crémant de Loire, AOC Touraine…) Ces ateliers sont ouverts à tous et sont gratuits. Depuis juillet 2014, visite libre et gratuite avec matériel de guidage audio-vidéo qui permet aux visiteurs de découvrir de manière ludique, professionnelle et éducative (photos, vidéos, anecdotes) l’étendue des métiers, de la vigne à la commercialisation en passant par la vinification et la production.
Loire
Voir

CELLIER DES PRINCES

L’un des axes oenotouristiques du Cellier des Princes, premier producteur en appellation Châteauneuf-du-Pape, se développe autour de l’art, à travers des expositions au sein de son caveau de vente.Le vin a toujours eu sa place dans l’art, en inspirant notamment de nombreux peintres, sculpteurs, musiciens ou encore écrivains. Le vin a su traverser les âges et a de tout temps accompagné des moments forts (comme “La Dernière Cène” de Léonard de Vinci). Le vin peut également être considéré comme un art. En effet, ce dernier est le fruit de l’expression de son terroir, mais est aussi influencé et modelé par son créateur, l’œnologue. Le vin provoque également une large palette d’émotions lors de sa dégustation, et peut raviver de nombreux souvenirs par associations olfactives et gustatives. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, le Cellier des Princes propose d’exposer des artistes locaux, divers et variés, venant de tout art et de tout horizon. Le caveau de vente de 300m² offre beaucoup d’espaces différents pour accueillir les œuvres d’art : murs, colonnes, sols. L’installation et le positionnement des œuvres sont propres à chaque artiste. Chaque trimestre, une soirée de vernissage est organisée au caveau afin de présenter la nouvelle exposition et son artiste. Selon la disponibilité des œuvres et des artistes, une nouvelle exposition est présentée tous les 2 à 3 mois.
Rhône
Voir

CHAMPAGNE CHARLES MIGNON

L’élément déclencheur de la création de l’espace “expositions”, a été une question récurrente lors des visites sur le climat champenois de la part d’américains et d’australiens.La maison a donc décidé de mettre en place un espace d’expositions pour faire découvrir la richesse du patrimoine champenois aux visiteurs. La première exposition mise en place était une sélection de photographies de Michael Boudot, photographe rémois, sur le thème du cycle de la vigne. Cela permettait aux visiteurs de découvrir les magnifiques paysages champenois ainsi que la rudesse du climat septentrional. Depuis ce sont succédées plusieurs expositions, au rythme d’une exposition par an, avec un thème bien précis “Le ou La Champagne”. Ces expositions permettent de compléter les visites de façon artistique sur des thèmes d’actualités comme la nouvelle exposition sur le thème de “La Champagne classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO”. Des supports (livrets, flyers ou chevalets) sont à disposition des visiteurs pour apporter plus d’informations sur l’auteur de l’exposition et sur les lieux ou monuments représentés.
Champagne
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Dali prend ses quartiers d’été en Bourgogne

Le maître catalan est mis à l’honneur cet été dans le caveau des Vignerons des Terres Secrètes en Bourgogne. Une occasion unique de redécouvrir des œuvres issues d’une collection privée.“Je suis fou du chocolat Lanvin” disait le peintre surréaliste Salvador Dali dans une publicité restée célèbre. Il aurait pu ajouter, en agitant sa moustache tout aussi connue que lui, qu’il était aussi fou de vin. Lui qui aimait rappeler que celui « qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets » vouait une véritable passion pour la dive bouteille. Et il l’a d’ailleurs fait savoir au plus grand nombre en éditant un ouvrage extraordinaire, Les vins de Gala, qu’il a co-écrit et surtout illustré par 140 dessins originaux. Retrouver le maître dans une exposition au sein d’une structure viticole est donc loin d’être incongru. D’autant que les Vignerons des Terres Secrètes organisent régulièrement des expositions. “Habituellement, nous mettons en avant des artistes régionaux. C’est la première fois que nous présentons un artiste mondialement connu” nous explique Charles Lamboley, le Directeur de la communication et du marketing. Une trentaine d’œuvres issues d’une collection privée Tout est parti d’une rencontre entre Jean Amiot, grand collectionneur de l’œuvre de Dali avec plusieurs centaines d’œuvres en sa possession, et Charles Lamboley il y a… 15 ans à l’occasion, déjà, d’une exposition consacrée au peintre. C’est donc naturellement que le projet s’est fait entre les deux hommes. Et ce, avec une très grande liberté, tant sur le choix des œuvres que sur leur présentation. “M. Amiot m’a présenté deux catalogues raisonnés en m’expliquant qu’il possédait toutes les œuvres qui se trouvaient à l’intérieur et que je pouvais choisir celles que je voulais”. C’est ainsi que le choix de Charles s’est porté sur une trentaine d’œuvres, aux techniques variées : lithographies, estampes rehaussées et même quelques dessins originaux. Avec, de surcroît, plusieurs très belles séries de Dali inspirées de l’Enfer de Dante, de l’Art d’aimer d’Ovide ou bien encore des Miroirs du surréalisme. Une exposition originale qui permettra de renouer de bien belle manière avec le monde de la culture dès son ouverture au public le 15 juin prochain et ce durant toute la période estivale. Exposition «”Dali”, du 15 juin au 15 septembre Salle d’exposition – cave de Prissé (à 5 minutes de Mâcon) Entrée libre
Rendez-vous
Lire la suite

Lionel Giraud : “Jouer sur tous les terrains de jeu des accords mets-vins”

Étoilé depuis 22 ans, le chef narbonnais a reçu sa deuxième étoile en 2020… quelques semaines avant le confinement. Ce dernier a été pour lui l’occasion de revoir sa cave à vin, avant de rouvrir tous les établissements du complexe de la Table de Lionel Giraud ce 9 juin. Quelles sont vos actualités ? J’ai reçu ma deuxième étoile en 2020 et le confinement est arrivé dessus. Ca coupe un peu l’élan! D’autant que nous avions déjà commencé à travailler sur une nouvelle structure qui devait ouvrir le 19 mars 2020… Ça ne s’est pas passé comme prévu ! mais tout est aujourd’hui ouvert : le caviste, accolé à notre restaurant, fait à présent partie du complexe de la Table de Lionel Giraud. Il y a la cave à vin, la cave à manger et le restaurant étoilé, la Table de Saint-Crescent. Nous avons eu une réouverture progressive : d’abord la cave à vin, puis la terrasse de la cave à manger et là nous pouvons enfin tout ouvrir ! Comment ce confinement s’est-il passé ? Il a été l’occasion de bien aborder cette nouvelle étape, nous avions du temps pour réfléchir! A titre personnel, j’ai ouvert mes horizons sur des compétences que je n’avais pas et qui me manquaient. J’ai appris à faire le pain chez un boulanger, j’ai fait des vinifications chez un vigneron…. Je me suis beaucoup enrichi. La proximité et les partenariats avec mes fournisseurs sont essentiels pour moi. Pendant le confinement, j’ai proposé leurs produits fournisseurs en vente à emporter, pour mettre en valeur l’écosystème narbonnais de producteurs : les légumes ne connaissent pas le chômage technique ! Aujourd’hui je propose toujours à la vente l’huile d’olive au café créée avec mon partenaire, Lavazza. Vous avez également revu et corrigé votre carte des vins… Avant j’avais une cave à vins de restaurant étoilé avec 12 000 € de stock ; aujourd’hui, avec le caviste, j’ai 2500 références de vins et spiritueux. Entre le caviste, la table et l’étoilé, j’ai un terrain de jeu infiniment plus vaste pour jouer avec tous les accords mets et vins. Nous avons pris le temps, avec mon équipe, de partir en minibus dans le vignoble, d’écouter nos coups de cœur pour tel domaine, telle cuvée… et de penser toujours en trois dimensions (cave – table – étoilé) pour faire rebondir une référence de l’une sur l’autre. Nous ne pouvions pas aller loin : ça tombe bien, le choix de références régionales est un parti pris. Nous sommes des ambassadeurs de notre terroir et nous limitons notre empreinte carbone ! Après nous ouvrons bien sûr des fenêtres sur la France dans notre carte des vins, en particulier pour l’étoilé. Plus loin, vers l’étranger, j’ai plus de mal. Je suis un locavore de stricte obédience !
Personnalités
Lire la suite

Primeurs : Lafite Rothschild sort à +20%

Premier des Premiers Grands Crus Classés 1855 à sortir en primeurs, le château Lafite Rothschild positionne son millésime 2020 à 570 € HT, soit une hausse de +20%. D’autres très belles marques sont venues animer le marché des primeurs en cette fin de semaine.Comme l’année dernière, Lafite Rothschild est le premier des Premiers GCC 1855 à annoncer son prix en primeurs. Une stratégie offensive qui se concrétise par une hausse de +20% par rapport au 2019 (qui avait baissé de -16%), soit un prix de 570 € HT, légèrement au-dessus du 2018 et du 2016 (note Terre de Vins du millésime 2020 : 97-98/100). Le second vin de la propriété, Carruades de Lafite, sort pour sa part à 205 € HT. Dans la galaxie Domaines Baron de Rothschild, soulignons la hausse mesurée de +13,79 % pour Château Duhart-Milon (66 € HT, note Terre de Vins 94/100) et la hausse spectaculaire du château L’Evangile à Pomerol : +32,72%, soit un prix de 215 € HT, concrétisant les ambitions nouvelles de ce cru, désormais piloté par une nouvelle équipe talentueuse (note Terre de Vins 95-96/100). Parmi les autres sorties importantes de la fin de semaine, signalons : – Château Phélan Ségur, pépite de Saint-Estèphe, sorti à 35,70 € HT (+15,91%, note Terre de Vins 96/100). Voir ici l’interview vidéo de la directrice générale Véronique Dausse. – Château Talbot, 4ème Grand Cru Classé, Saint Julien, sorti à 46,20 € HT (+17,86%, note Terre de Vins 96/100). Caillou Blanc, le blanc de la propriété, sort pour sa part à 26,60 € HT (+(,56%). – Château Gruaud Larose, 2ème Grand Cru Classé, Saint Julien, sorti à 67,20 € HT (+11,63%, note Terre de Vins 94-95/100). – Château Rauzan Ségla, 2ème Grand Cru Classé, Margaux, sorti à 77 € HT (+22,22%, note Terre de Vins 96/100). – Château Rauzan Gassies, 2ème Grand Cru Classé, Margaux, sorti à 43,20 € HT (+5,37%, note Terre de Vins 94/100). – Château Fonroque, Grand Cru Classé de Saint-Émilion, sorti à 30 € HT (+23,20%, note Terre de Vnins 95/100). – Château Mazeyres, Pomerol, sorti à 25 € HT (+13,12%, note Terre de Vins 96/100 et coup de cœur de la rédaction). – Château Nenin, Pomerol, sorti à 57,40 € HT (+17,14%, note Terre de Vins 94-95/100). – Château Senejac, Haut-Médoc, sorti à 11,90 € HT (+2,59%).
Business
Lire la suite