TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CAVE DES PRODUCTEURS DE VIN DE MONTLOUIS

Afin de promouvoir les vins de l’appellation Montlouis, la cave des producteurs met en place différents évènements à caractère oenotouristique. Tout d’abord, ils organisent deux fois par an des portes ouvertes (avril et novembre). Les thèmes changent d’année en année et les animations sont diverses et variées, ce qui permet de toucher un public plus vaste. Durant ces 2 jours, l’accent est bien entendu mis sur les vins de l’appellation Montlouis sur Loire ainsi que sur ceux des appellations Touraine et Crémant de Loire. Ils ont aussi lancé l’évènement « Au verre dans les vignes » qui se traduit par une visite dans les vignes suivie d’une visite de la cave et qui se termine par une dégustation de vins et de produits du terroir. La première édition fut un succès avec un retour très positif de la part des participants. Durant la saison estivale, ateliers œnologiques, deux fois par semaine en juillet et en août. Les thèmes varient à chaque atelier : accords mets et vins, initiation à la dégustation, principes de la méthode traditionnelle, les arômes du vin, dégustation de différents vins effervescents (méthode traditionnelle, pétillants, pétillants naturels, AOC Montlouis sur Loire, AOC Crémant de Loire, AOC Touraine…) Ces ateliers sont ouverts à tous et sont gratuits. Depuis juillet 2014, visite libre et gratuite avec matériel de guidage audio-vidéo qui permet aux visiteurs de découvrir de manière ludique, professionnelle et éducative (photos, vidéos, anecdotes) l’étendue des métiers, de la vigne à la commercialisation en passant par la vinification et la production.
Loire
Voir

CELLIER DES PRINCES

L’un des axes oenotouristiques du Cellier des Princes, premier producteur en appellation Châteauneuf-du-Pape, se développe autour de l’art, à travers des expositions au sein de son caveau de vente.Le vin a toujours eu sa place dans l’art, en inspirant notamment de nombreux peintres, sculpteurs, musiciens ou encore écrivains. Le vin a su traverser les âges et a de tout temps accompagné des moments forts (comme “La Dernière Cène” de Léonard de Vinci). Le vin peut également être considéré comme un art. En effet, ce dernier est le fruit de l’expression de son terroir, mais est aussi influencé et modelé par son créateur, l’œnologue. Le vin provoque également une large palette d’émotions lors de sa dégustation, et peut raviver de nombreux souvenirs par associations olfactives et gustatives. C’est ainsi que depuis une dizaine d’années, le Cellier des Princes propose d’exposer des artistes locaux, divers et variés, venant de tout art et de tout horizon. Le caveau de vente de 300m² offre beaucoup d’espaces différents pour accueillir les œuvres d’art : murs, colonnes, sols. L’installation et le positionnement des œuvres sont propres à chaque artiste. Chaque trimestre, une soirée de vernissage est organisée au caveau afin de présenter la nouvelle exposition et son artiste. Selon la disponibilité des œuvres et des artistes, une nouvelle exposition est présentée tous les 2 à 3 mois.
Rhône
Voir

CHAMPAGNE CHARLES MIGNON

L’élément déclencheur de la création de l’espace “expositions”, a été une question récurrente lors des visites sur le climat champenois de la part d’américains et d’australiens.La maison a donc décidé de mettre en place un espace d’expositions pour faire découvrir la richesse du patrimoine champenois aux visiteurs. La première exposition mise en place était une sélection de photographies de Michael Boudot, photographe rémois, sur le thème du cycle de la vigne. Cela permettait aux visiteurs de découvrir les magnifiques paysages champenois ainsi que la rudesse du climat septentrional. Depuis ce sont succédées plusieurs expositions, au rythme d’une exposition par an, avec un thème bien précis “Le ou La Champagne”. Ces expositions permettent de compléter les visites de façon artistique sur des thèmes d’actualités comme la nouvelle exposition sur le thème de “La Champagne classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO”. Des supports (livrets, flyers ou chevalets) sont à disposition des visiteurs pour apporter plus d’informations sur l’auteur de l’exposition et sur les lieux ou monuments représentés.
Champagne
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Vin de paille : le Conseil d’État valide l’AOC Corrèze

Le Conseil d’État a rejeté jeudi la requête des viticulteurs du Jura qui réclamaient l’annulation de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Corrèze, lui permettant d’utiliser la mention “vin de paille” sur ses bouteilles de liquoreux, a-t-on appris vendredi auprès de la Fédération des vins de la Corrèze. Le Conseil d’État a rejeté jeudi la requête des viticulteurs du Jura qui réclamaient l’annulation de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Corrèze, lui permettant d’utiliser la mention “vin de paille” sur ses bouteilles de liquoreux, a-t-on appris vendredi auprès de la Fédération des vins de la Corrèze. “On est heureux et soulagé. Le Conseil d’État n’a pas suivi le rapporteur public”, a déclaré à l’AFP le président de cette Fédération, Jean Mage. Une trentaine de vignerons corréziens exploitent au total une centaine d’hectares, principalement du rouge, mais aussi du blanc, du rosé et, sur 20 hectares, du vin de paille, de part et d’autre de Brive-la-Gaillarde. “Les gens vont pouvoir faire des investissements dans cette nouvelle AOC car jusqu’à présent, c’était quand même incertain”, a-t-il poursuivi, espérant avec cette décision augmenter les ventes, attirer de nouveaux vignerons pour remplacer ceux qui partent à la retraite et permettre de nouvelles plantations. Selon l’arrêt du Conseil d’État consulté par l’AFP, “la Société de viticulture du Jura n’est pas fondée à demander l’annulation de l’arrêté qu’elle attaque”. L’organisme de défense et de gestion (ODG) des vins jurassiens contestait cette reconnaissance devant le Conseil d’Etat, qui leur avait donné raison en 2014, interdisant la mention “vin paillé” sur les bouteilles corréziennes. Le Jura, principal producteur de vin de paille en France, estimait avoir l’antériorité – le vin de paille figurait déjà au premier concours des vins du Jura en 1836 – et faisait valoir que le cahier des charges corrézien, en particulier la liste des cépages et les conditions de production, ne correspondait pas à la définition européenne du vin de paille. Le Conseil d’État a estimé que l’AOC Corrèze, constituée en 2017, remplissait les critères prévus par le règlement communautaire et pouvait apposer la mention “vin de paille”. Quant au manque d’antériorité, la haute juridiction administrative a, au contraire, souligné qu’elle était suffisante. “Ce cahier des charges comporte (…), outre le rappel des étapes historiques du développement de la vigne depuis l’époque gallo-romaine dans l’aire concernée et des techniques traditionnelles de fabrication du vin ‘paillé’ dans cette zone, des indications relatives aux facteurs humains propres à la viticulture (…), qui assurent les caractéristiques et la qualité décrites de l’appellation”, écrit le Conseil d’État. La Société de viticulture du Jura s’est dite vendredi “abasourdie” et “très surprise” par cette décision qu’elle “ne comprend pas”. “Le rapporteur public demandait l’annulation. On va regarder si au niveau européen, on peut se défendre”, a indiqué à l’AFP son président Nicolas Caire. “On espère que les consommateurs ne seront pas dupes. Le vin de paille, historiquement, c’est ici, pas en Corrèze”, a-t-il poursuivi. Ce liquoreux est issu des meilleurs raisins sélectionnés à la main pendant les vendanges. Ils sont ensuite séchés pendant au moins six semaines sur des claies, autrefois en paille. Sans sulfite ajouté, ce vin est ensuite élevé trois ans, avec un passage en tonneau pendant 18 mois. En Corrèze, quelque 50.000 bouteilles de ce liquoreux sortent des chais chaque année, petit rendement oblige, contre 200.000 dans le Jura. Les Corréziens produisent également 400.000 bouteilles de rouge et de blanc tandis que les AOC jurassiennes en font 10 millions.
Rendez-vous
Lire la suite

Malartic-Lagravière à la conquête d’Hollywood

Le château Malartic-Lagravière, cru classé de Graves, a séduit l’actrice Charlize Theron lors du dîner de gala de l’American Cinematheque donné en son honneur à Beverly Hills. Le château sera également visible dans plusieurs productions internationales en 2020.Premier pas sur le tapis rouge des stars pour Malartic-Lagravière. Cru classé de Graves dans l’appellation Pessac-Léognan, le château bordelais a fait sensation au dîner de gala de l’American Cinematheque, qui distingue chaque année une personnalité pour l’ensemble de sa carrière. Ce vendredi 8 novembre, c’est Charlize Theron qui s’est vu honorée par un Award 2019 lors de la 33ème édition de l’évènement. 700 invités, proches et amis de l’actrice, étaient invités à Beverly Hills, au prestigieux Beverly Hilton hôtel, pour célébrer la carrière de l’actrice. Sur les tables du dîner de gala étaient servis les vins du Château Malartic-Lagravière : les millésimes 2016 en blanc et 2014 en rouge. Le château a également offert un magnum gravé à Charlize Theron, qui, signé de sa main, pourra être proposé aux enchères pour soutenir les engagements de l’actrice contre le SIDA. Charlize Theron a fondé dès 2007 Africa Outreach Project, organisme qui soutient la lutte contre le SIDA chez les jeunes, dans son pays natal l’Afrique du Sud. Au-delà de ce premier grand évènement médiatique, le Château Malartic-Lagravière prend également position sur des placements dans des longs métrages en cours de tournage ou qui sortiront en 2020. Déjà trois ou quatre productions internationales ont été tournées, confie Séverine Bonnie. Des films historiques, d’aventure ou contemporains qui correspondent à l’image et aux valeurs du château. Le domaine est la propriété de la famille Bonnie depuis plus de 20 ans. Celle-ci possède également le château Gazin Rocquencourt (Pessac-Léognan, Bordeaux) et la Bodega DiamAndes (Mendoza, Argentine). La famille Bonnie, représentée le soir du gala par Véronique Bonnie-Laplane, se dit fière d’avoir contribué à l’honneur rendu à Charlize Theron. “Aborder les choses par l’art et le cinéma est très intéressant. C’est une façon d’être présent sur le marché américain en se distinguant”, poursuit Séverine Bonnie. Produire un grand cru, précise-t-on au château, c’est un peu comme réaliser un film : raconter une histoire, celle du terroir et des hommes qui le façonnent. L’aventure sur grand écran commence pour Malartic-Lagravière.
Business
Lire la suite

Bourgogne : Jean Loron ouvre une boutique et propose de vieux millésimes

L’un des plus anciens et plus grands propriétaires viticoles du sud de la Bourgogne, la maison Jean Loron, vient d’ouvrir une boutique. Elle propose des dégustations et une gamme exclusive de vins rares. Ouvrir un point de vente destiné aux particuliers n’est en soi pas une idée révolutionnaire pour un producteur bien installé dans son vignoble. Proposer une douzaine de millésimes à la vente, dont le plus ancien date de 24 ans (1995), est déjà beaucoup plus singulier. C’est l’initiative que vient de prendre Philippe Bardet, à la tête de la maison Jean Loron. “La Boutique” est située à la Chapelle de Guinchay dans le siège historique de Loron, maison dont la saga a débuté en 1711. Propriétaire de plus d’une centaine d’hectares en crus du Beaujolais, la maison produit également de nombreuses appellations du Mâconnais, Pouilly-Fuissé en tête. Une antériorité et une taille conséquente qui lui ont permis de constituer des stocks de millésimes introuvables, ou presque, aujourd’hui. Des vins conservés précieusement dans des caves centenaires. On trouve à la gamme des Moulin-à-vent, Morgon, Juliénas, Fleurie, etc. Les visiteurs pourront aussi découvrir les dernières innovations : les cuvées “Rift 69” et “Rift 71”, un Beaujolais-Villages et un Mâcon-Villages vinifiés sans aucun soufre ajouté. Ou encore la cuvée “Jean” un gamay sur le fruit et d’une belle consistance. La boutique est ouverte du lundi au vendredi : 10h à 12h30 / 14h à 18h Tous les samedis de juillet à octobre : 11h à 18h Tous les premiers jeudis soirs du mois, à partir de 18h, des soirées afterworks sont proposées. www.loron.fr
Business
Lire la suite