TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CAVE DES PRODUCTEURS DE VIN DE MONTLOUIS

Afin de promouvoir les vins de l’appellation Montlouis, la cave des producteurs met en place différents évènements à caractère oenotouristique. Tout d’abord, ils organisent deux fois par an des portes ouvertes (avril et novembre). Les thèmes changent d’année en année et les animations sont diverses et variées, ce qui permet de toucher un public plus vaste. Durant ces 2 jours, l’accent est bien entendu mis sur les vins de l’appellation Montlouis sur Loire ainsi que sur ceux des appellations Touraine et Crémant de Loire. Ils ont aussi lancé l’évènement « Au verre dans les vignes » qui se traduit par une visite dans les vignes suivie d’une visite de la cave et qui se termine par une dégustation de vins et de produits du terroir. La première édition fut un succès avec un retour très positif de la part des participants. Durant la saison estivale, ateliers œnologiques, deux fois par semaine en juillet et en août. Les thèmes varient à chaque atelier : accords mets et vins, initiation à la dégustation, principes de la méthode traditionnelle, les arômes du vin, dégustation de différents vins effervescents (méthode traditionnelle, pétillants, pétillants naturels, AOC Montlouis sur Loire, AOC Crémant de Loire, AOC Touraine…) Ces ateliers sont ouverts à tous et sont gratuits. Depuis juillet 2014, visite libre et gratuite avec matériel de guidage audio-vidéo qui permet aux visiteurs de découvrir de manière ludique, professionnelle et éducative (photos, vidéos, anecdotes) l’étendue des métiers, de la vigne à la commercialisation en passant par la vinification et la production.
Loire
Voir

CASTIGNO, CHÂTEAU ET VILLAGE

Au coeur de l’appellation Saint-Chinian, se dresse la Cave de Château Castigno, une structure en forme de bouteille de vin, qui semble sortir de terre, soutenue par des troncs de bétons. et recouverte de liège. En premier lieu, la Cave, inaugurée en Mai 2018, est une prouesse architecturale, aux matériaux et équipements innovants, qui s’intègre parfaitement dans la paysage. Un incontournable de la région où se fait le vin du domaine, produit en bio sur 32 hectares. Un lieu à la fois dédié à l’élaboration de cuvées, mais également un centre oenotouristique où sont proposées des visites guidées, dégustations commentées, ateliers pour réaliser son propre vin, animations spéciales lors de journées thématiques, balades et safari en 4*4 dans les vignes, invitation aux vendanges…Castigno, c’est avant tout une Maison vigneronne, mais pas que… A 2km de la Cave (30min à pied, 5min en véhicule), les maison du village d’Assignan, abritent le Village Castigno. Un hôtel “éclaté” dans le village, composé de chambres, centre de bien-être, espaces détente et 3 restaurants. Un gastronomique qui a obtenu 3 toques au Gault et Millau 2018, “La Table”, un restaurant Thaï ou le repère des vignerons du coin et un Bistrot ” La Petite Table” qui occupe avec vie la place du village, en été. Un projet initié par Marc et Tine Verstraete, amoureux de la vie et épicuriens par essence, il y a désormais 11 ans avec la reprise du domaine viticole, qui s’est suivi en 2015 par l’ouverture de l’hôtel éclaté et restaurants. La ligne conductrice du projet ? le vin, tout simplement. Les murs sont teintés de pourpre, rose et rouge, et mettent à l’honneur les vignerons de la région. Il n’est pas non plus rare d’être logé dans une chambre portant le nom d’un cépage ou de l’une des cuvées.
Languedoc
Voir

CHÂTEAU D’AGASSAC

Le Château d’Agassac, situé à Ludon-Médoc, dans l’Appellation Haut-Médoc est un cru de passion où se mêlent Histoire, patrimoine, terroir, vignoble et vin.Le Château du XIIIème siècle, inscrit aux Monuments Historiques, a beaucoup de choses à raconter et à partager au-delà de la vigne et du vin. Ses multiples centres d’intérêt aiguisent la curiosité d’un visitorat diversifié, parmi lequel les familles avec enfants. En effet, le Château est entouré d’un parc de 4 hectares et de son vignoble de 43 hectares offrant ainsi de grands espaces complétement ouverts au public, qui vit, le temps d’une visite, au cœur de l’exploitation viticole. Les familles, adultes et enfants, peuvent alors y flâner et découvrir ensemble l’histoire de la propriété et de son vin grâce à un parcours balisé pour des visites interactives sur iPad. A la boutique, chaque membre de la famille se munit d’un iPad et d’un petit livret avec plan et …quizz pour adultes et pour enfants. Ces derniers choisiront le jeu de piste « vin-teractif » avec lequel ils tenteront de libérer la Princesse Etoile emprisonnée depuis des siècles dans une tourelle du château. Pour cela, ils devront répondre à une question après chaque video leur présentant tour à tour l’histoire des Seigneurs d’Agassac, l’architecture du château, le terroir de la propriété, le travail de la vigne, du vin… En même temps, les parents, également équipés d’un iPad, auront accès à la version adulte de « vin-teractif » pour parfaire leurs connaissances liées au vin et à l’histoire du Château. Pour rester dans le côté ludique et challenger avec leurs enfants, ils devront également répondre à un quizz. Chacun fera donc la visite à son rythme avant de rendre sa copie à l’équipe de notre boutique ! Un sans-faute (et ce sont toujours des sans-fautes…)? Un petit cadeau sera remis aux enfants ainsi qu’un diplôme de Princesse ou de Chevalier d’Honneur du Château d’Agassac. Puis suit le temps de la dégustation. Un apprentissage est proposé aux enfants avec la dégustation de 2 jus de raisin bio (un rouge et un blanc). Ils s’exercent alors à regarder, sentir et déguster en échangeant avec leurs parents en train de découvrir les 4 vins issus des différents terroirs du Château d’Agassac sur lequel la famille aura désormais tout appris ! Cet échange au moment de la dégustation en commun vise à apprendre à ne pas avoir peur d’exprimer son ressenti, à comprendre les différences de goût et à affirmer son propre goût. Côté professionnels… A l’intérieur même du château, les professionnels disposent de salles de travail (de 10 à 90 personnes) entièrement rénovées et équipées (WIFI, sonorisation, écran, video projecteur, paper board). Les événements professionnels de 90 à 250 personnes se déroulent dans la Salle de réception des chais (277 m²), mitoyenne du chai à barriques. Entièrement visible depuis la salle de réception, il devient un décor naturel de la salle de réception permettant alors une totale immersion dans le monde du vin. Convention de travail, conférences, workshops, dîners de gala se tiennent ainsi au cœur des caves. La salle est équipée (WIFI, estrade, chaises, sonorisation,…) Situé à 20 minutes de Bordeaux, d’accès facile et rapide de la gare ou de l’aéroport, le Château d’Agassac offre un total dépaysement à tous les participants des séminaires. Ils se retrouvent très vite dans un cadre bucolique au sein même d’une exploitation viticole qui s’anime autour d’eux. Travail, détente et découverte de l’histoire du Château et de son vin, cohabitent tout au long des journées de travail. Les mariages (à partir de 70 personnes) ont également lieu dans la salle de réception des chais. Près de 4000 personnes par an y partagent le bonheur des mariés et profitent du parc et de ses magnifiques essences d’arbres dont le chêne vert de 500 ans qui offre ses frondaisons aux différents cocktails extérieurs. Des concerts de musique classiques s’organisent aussi dans ce cadre et les spectateurs découvrent, après le concert, lors d’une dégustation servie en extérieur ou dans les caves, les vins des différents terroirs du Château d’Agassac.
Bordeaux
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Une “cave sonore” pour écouter le chant du vin

Ample, capiteux, pétillant ou gouleyant… Si ce vin pouvait s’écouter, quelle mélodie raconterait-il ? Une entreprise lyonnaise, spécialisée dans la création d’ambiances sonores, donne à entendre le chant des grands crus. “Un jour, je me suis surpris à porter mon verre à l’oreille et à me demander ‘quel est le son de ce vin ?'”, se rappelle le président d’ATS Studios Alain Coulas, en racontant la genèse de sa “cave sonore”. Son agence, spécialisée dans la création de musiques d’attente téléphonique, a créé un algorithme de mise en correspondance entre la couleur d’un vin et les timbres de certains instruments, à partir de la mesure de leurs fréquences. “Par exemple, la fréquence d’onde d’un vin de couleur rouge c’est environ 493 térahertz, ce qui correspond à la gamme de fréquence de certains instruments, du violoncelle à l’accordéon”, explique Alain Coulas à l’AFP. La couleur d’un vin diffère selon le cépage utilisé, le climat ou encore la méthode de vinification. “Chaque vigneron teinte son vin différemment selon sa façon de travailler. C’est ce qui va changer le timbre des instruments”. Cette “pâte à son” va ensuite être modelée par les compositeurs d’ATS Studios, afin que le langage musical reflète le langage œnologique. Car le rythme, l’harmonie ou la mélodie doivent traduire les autres caractéristiques du vin : son millésime, ses arômes, son terroir… “L’algorithme donne les contraintes de la composition, mais sa musicalité c’est le reflet du vigneron”. Un Beaujolais, un Condrieu, un Côte-Rôtie, ou encore un Sauternes… devient ainsi un morceau de jazz, un mouvement classique ou une ballade celtique. “D’ici la fin de l’année, on aura produit une cinquantaine de cuvées sonores spécifiques”, assure Alain Coulas. Ces ambiances sonores peuvent être diffusées lors d’une dégustation ou sur les lieux de vente, être partagées sur les plateformes de communication ou téléchargées via un QR code apposé sur la bouteille. Ces morceaux créés sur mesure coûtent entre “quelques milliers d’euros à quelques dizaines de milliers d’euros”, selon les instruments utilisés, ou les compositeurs sollicités pour les réaliser. Confiant dans le succès de leur démarche, ATS Studios développe d’ores et déjà un projet similaire pour la bière et le thé. Mais pour Alain Coulas, l’objectif à terme c’est surtout de diffuser ce produit à l’étranger. “Du vin, il y en a de partout! Avec des cultures et des vignerons propres à chaque pays : c’est un projet que l’on peut exporter”.
Business
Lire la suite

Passionnante intrigue dans l’univers des sommeliers et de la viticulture

Eric Remus, à l’origine de la création du château Edmus en Saint-Emilion en 2007, signe un roman sans temps mort où l’humain se révèle dans ce qu’il a de plus remarquable comme de plus ignoble. A lire sans modération.Sous le titre “Irouléguy mon amour, itinéraire d’un sommelier” (1), Eric Remus signe son deuxième roman. Issu du monde de la banque puis du courtage en assurance, il a également à son actif un vécu de copropriétaire de domaine viticole dans le bordelais, le château Edmus. Des douze années passées au chevet d’une exploitation totalement relancée, des rencontres qui ont émaillé cette tranche de vie et de la curiosité qui n’a cessé de le guider, il a nourri sa passion pour l’écriture. Le résultat est là, un récit passionnant, haletant parfois et qui attache le lecteur à l’histoire de Victor Soubéran, le héros. “C’est un thriller, dans le sens d’intrigue mais ce n’est pas pour autant un polar”, reconnaît-il. Si le roman débute sur la côte thaïlandaise le jour du dramatique tsunami de 2004 dont Victor est l’un des rescapés, la base de l’histoire remonte quelques années plus tôt, le jour où, étudiant en sommellerie, il remporte la finale d’un concours professionnel sponsorisé par une marque. Un succès qui ne lui était pas destiné ! Le père d’un autre candidat avait pipé les dés pour favoriser sa progéniture. De cet échec va naître un désir de vengeance alimenté par de multiples coups bas… Pas question d’en dire plus sur ce livre qui se s’apprécie sans modération au fil de pages rythmées par quelques commentaires de dégustation de vins marquant certaines étapes de la vie du personnage central. Le sommelier, un interprète Mais au fait, pourquoi un sommelier au centre du récit ? “Deux choses se sont très vite imposées à moi. D’abord le titre ‘Irouléguy mon amour’ pour la musique des mots qui rappelle celle de Hiroshima mon amour et qui est également le nom d’une cuvée imaginaire, marqueur important du récit. Ensuite je trouvais intéressant que l’intrigue naisse au terme d’un concours de sommellerie. Le sommelier, un peu comme cela arrive souvent dans la chanson, n’est pas le compositeur. Mais il est l’interprète du travail du vigneron et c’est au moins tout aussi important. Je l’ai compris en tant que client de restaurants et plus encore lorsque j’ai entrepris de commercialiser la production de château Edmus, notre Saint-Emilion grand cru”, explique Eric Remus. Et si du monde du vin il a beaucoup appris aux côtés de Stéphane Derenoncourt et de l’équipe de Banton-Lauret qui l’ont accompagné pendant plus d’une décennie, pour la sommellerie il a effectué de nombreuses recherches. Certains se reconnaîtront ! “Le livre de Paolo Basso qui raconte tout le travail nécessaire pour devenir Meilleur sommelier du monde m’a apporté beaucoup d’informations. De celui d’Eric Beaumard, ‘Les vins de ma vie’, j’ai apprécié les commentaires sur certains vins de Bourgogne. J’ai recherché des articles, visionné des image de concours. J’ai trouvé amusant d’utiliser de petits éléments glanés ici ou là.” Des anecdotes surtout qui donnent une dimension bien réelle à la trame et permettront sans doute à bien des acteurs de la sommellerie française de ces vingt-cinq dernières années de se reconnaître sous des noms à peine modifiés. “Le principal écueil de ce livre était de le rendre fastidieux en abordant de manière trop professionnelle la partie ayant pour décor la vigne et son travail. Cela risquait de faire perdre son dynamisme à l’histoire”, ajoute l’auteur. Il y est parvenu sans difficulté. Quant à savoir si les vignerons d’Irouléguy apprécient de voir le nom de leur appellation en couverture d’un roman, il semble que oui ! “J’avais sollicité leur accord à l’automne. Pour les en remercier je viens de passer quelques jours au pays basque. Pour remettre quelques exemplaires dédicacés à Sébastien Clauzel, le président du syndicat d’appellation, et rencontrer aussi des librairies même s’il ne s’agit pas d’un roman régional…” (1) “Irouléguy mon amour, itinéraire d’un sommelier”, éditions Persée, 19,90 €. Le livre vient de recevoir un prix spécial de la part du Gourmand Cookbook Awards.
Rendez-vous
Lire la suite

La Suisse n’a pas droit à son Champagne

Le petit village suisse de Champagne n’a pas le droit d’utiliser l’appellation “commune de Champagne” pour ses vins, a décidé la justice suisse, donnant raison aux producteurs français de Champagne, a rapporté samedi l’agence de presse ATS. Après des années de combat pour défendre l’utilisation de son nom, la petite commune du canton de Vaud aux 28 hectares de vignes près du lac de Neuchâtel (ouest de la Suisse), avait obtenu le 13 janvier dernier du Conseil d’État (gouvernement) du canton, la création d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) baptisée “Commune de champagne”. Pour justifier sa décision, le Conseil d’État jugeait qu’il n’y avait “pas de risque que le public croie qu’un vin blanc tranquille, vendu dans une bouteille vaudoise étiquetée ‘Commune de Champagne’ et ‘Vin Suisse’, puisse être un vin mousseux de la région viticole de Champagne (France)”. Mais le puissant comité interprofessionnel des vins de Champagne, qui défend les producteurs français de Champagne (plus de 34.000 hectares de vignes), ne l’a pas entendu de cette oreille et a déposé un recours demandant l’annulation de cette nouvelle appellation, considérant qu’elle nuisait à ses intérêts. Dans un arrêt du 1er avril rendu public par la presse locale et l’agence de presse suisse ATS, la cour constitutionnelle du canton de Vaud a donné raison aux Français, jugeant que la création de l’AOC par le gouvernement local était contraire aux accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union européenne. L’Accord bilatéral relatif aux échanges de produits agricoles accorde en effet “une protection exclusive à la dénomination française ‘champagne'”, rappelle la cour constitutionnelle, dans son arrêt que l’AFP a pu consulter. “La protection exclusive déploie ses effets à l’encontre de tout usage de la dénomination protégée pour des vins qui ne proviennent pas de la Champagne française”, précise-t-elle encore pour décider de l’annulation de la disposition litigieuse.
Terroirs et Vignobles
Lire la suite