La ville de Lodève dans l’Hérault ouvre son musée d’art après 4 ans de travaux et édite, pour son exposition inaugurale, une cuvée spéciale « Faune, fais-moi peur ! » en partenariat avec l’AOP Terrasses du Larzac.

A ses paysages inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, ses vignes en AOP Terrasses du Larzac depuis 2014, le Lodévois et le Larzac ajoutent un nouvel attrait. Le musée d’art de Lodève, entièrement rénové après 4 ans de travaux, ouvre ses portes le 7 juillet, le jour de la Circulade en Terrasses du Larzac, tirant un lien entre culture et vin.

Installé dans l’hôtel du Cardinal de Fleury, dans des bâtiments des XVIIe et XVIIIe, le musée a été fondé en 1957 pour présenter des collections en sciences de la terre et en archéologie, d’origine locale. En 1972, le fond d’atelier du sculpteur régional Paul Dardé s’y ajoute. Depuis 1997, le musée se bâtit une réputation avec des expositions temporaires de grande qualité. Il y a 4 ans, il a fermé pour être entièrement réaménagé en trois parcours : « Traces du vivant » : 700 m² en immersion dans l’histoire de la terre depuis 540 millions d’années ; « Empreintes de l’Homme » : des découvertes archéologiques exceptionnelles sur la fin de la préhistoire ; « Mémoires de pierre » : un nouveau regard sur le sculpteur Paul Dardé (1888-1963).

Ivonne Papin-Drastik, conservateur en chef du patrimoine, directrice du Musée de Lodève, a relié ces « trois collections de nature très différente autour d’une question commune, celle de la trace, de l’empreinte ».

Les expositions temporaires reprennent sous le signe du faune,présent dans l’art depuis l’Antiquité et qui n’avait jamais eu de rétrospective dédiée. « Faune, fais-moi peur ! Images du faune de l’Antiquité à Picasso ». fait dialoguer des œuvres d’époques et de techniques différentes, de l’antiquité à Picasso, représentant ce faune, souvent rattaché aux fêtes dionysiaques.

Entre la collection géologique racontant sols et sous-sols, très ancrée dans son terroir et cette nouvelle exposition autour du faune, le rapprochement musée et syndicat de cru s’est mis en place il y a quelques mois. Le temps, pour le syndicat, de trouver un vin, prêt à être commercialisé, bien représentatif de l’appellation. Après dégustation, le conseil d’administration a retenu un vin de Sébastien Fillon du Clos du Serre, vigneron et négociant bio. Cette cuvée spéciale assemble les raisins de deux vignerons sur Saint Jean de la Blaquière, sur schistes, et trois de Jonquières, sur sols argilo-calcaires. 50% grenache, 30% syrah, 10% mourvèdre et 10% carignan, élevée en cuve.

« Faune, fais-moi peur » AOP Terrasses du Larzac 2015, biologique, est bien représentative de son appellation. Avec éclat et fraicheur, ce vin charmeur sur le fruit rouge et la garrigue peut se déguster en été, explique le vigneron. A 15 €, la cuvée spéciale portant en étiquette l’affiche de l’exposition, est distribuée dans la boutique du musée et dans les boutiques de l’Office de tourisme de Lodève et de la Baume Auriol à Saint-Maurice-Navacelles. Cette collaboration en musée et syndicat de cru devrait être reconduite au fil du temps.

www.terrasses-du-larzac.com