A un mois du Brexit, rencontre avec Cécile Bergart, une ambassadrice du champagne au Royaume-Uni. Malgré le flou politique des semaines à venir, elle veut continuer de défendre les grands vins effervescents français au Royaume de Sa Majesté.

« Excusez-moi d’avoir répondu tardivement mais je suis en pleine formation chez Marks & Spencer ». Difficile de joindre Cécile Bergart tant elle est partout à la fois. Cette quadra vit aujourd’hui au Royaume-Uni, son agenda – tout comme son CV – dresse le portrait d’une femme de talent. Il suffit de lire entre les lignes : ambassadrice (GB) de la maison Ruinart à ses débuts, elle est désormais directrice de la Hampshire Wine School (réseau qui compte 23 écoles indépendantes dispensant des formations et ateliers autour du vin dans le pays), ultra-diplômée dont le dernier en date est le « Master of Wine – Champagne Level » délivré par la Wine Scholar Guild. Un parcours évident et atypique pour cette féru d’art – elle est aussi diplômée d’un MA (Master of Arts) de l’Université de York – qui n’a eu de cesse de prouver qu’elle est aussi légitime que ses pairs masculins.

« Quand j’ai commencé, il était très difficile de se faire une place dans ce milieu premium, d’autant plus que comme vous l’avez remarqué, je n’ai pas ma langue dans ma poche ». Cécile est ce qu’on appelle un OVNI dans ce milieu du vin qu’elle juge confidentiel, son franc-parler résonne comme un appel à la démocratisation du bien-boire. Et c’est ce qui a séduit nos voisins British. « Vous savez, ici, on a vraiment envie d’apprendre, les Anglais veulent connaître le positionnement d’un produit comme le champagne, eux qui sont habitués aux bulles ». Quitte à le faire, autant prôner l’étiquette du « champagne pour tous », la French Touch de Cécile en plus ! Régulièrement invitée en tant qu’experte sur Channel 4 (première chaîne privée au Royaume-Uni) et sur les ondes de la BBC, elle délivre sans langue de bois ses conseils avisés sur les accords mets-vins qui ont fait le succès de l’école qu’elle dirige.

Brexit ou Champagne Exit ?

Dans une nation tiraillée par une sortie interminable de l’UE, la consommation et le pouvoir d’achat accusent les coups d’une politique affaiblie. Si certains craignent un retrait dans la douleur, d’autres misent davantage sur les relations diplomatiques solides entre la France et le Royaume-Uni. C’est sans compter une taxation des vins en hausse (+4% en 2017) votée par le gouvernement de Theresa May. Le prix des bouteilles flambe (+25% en moyenne en 2017) mais les Anglais restent néanmoins très proches de leurs bouteilles.

Cécile Bergart s’inquiète, elle aussi, de ce désordre organisé : « le champagne reste une niche mais les Britanniques sont prêts à mettre le prix s’ils sont sûrs de faire une bonne affaire ». Celle qui se qualifie volontiers de personnage rock’n’roll n’a donc pas fini de prêcher la bonne parole autour du vin à bulles. Son credo : le plaisir – et la folie aussi !

De quoi réveiller une Angleterre devenue un peu moins punk.

Plus d’infos : www.hampshirewineschool.com

Parallèlement Cécile Bergart est en train de développer sa propre activité de conseil en vins, (on vous l’a dit, elle n’arrête jamais) : www.cecilebergart.com/about/