Pour son 17e millésime à la tête du 2e cru classé de Saint-Estèphe – totalement épargné par le gel –, Michel Reybier promet un millésime de l’étoffe des plus beaux.

Comment se positionne ce 2017 parmi les millésimes de Cos d’Estournel ? « Ça n’est pas facile de répondre, car il n’y a pas deux millésimes qui se ressemblent vraiment, expose Michel Reybier. On a été relativement gâtés depuis les années 2000, mais si je dois faire des comparaisons, pour moi, 2017 est l’un des grands millésimes de Cos, tout à fait dans la trame de Cos. Il est tellement simple quand on le déguste qu’on a du mal à voir sa complexité immédiatement, mais c’est en réalité un millésime très complexe, qui allie puissance et finesse. Tous les vins du monde ne peuvent pas avoir la chance d’avoir cette élégance et cette complexité. Cette chance-là est notamment le fruit d’un grand terroir. On est en dégustation quotidienne avec le directeur technique Dominique Arangoïts, et tous les jours on découvre quelque chose de nouveau. Et ça n’est pas chaque année comme ça. Comment le comparer ? Je ne sais pas, mais il aura une place à part dans les millésimes de Cos. »