Anniversaire particulier fêté à Pauillac à l’occasion de Vinexpo : les deux décennies de l’aventure chilienne en partenariat avec la grande entreprise Vina Concha y Toro.

C’est la rencontre de deux cultures, de deux expertises et de deux familles du vin que représente Almaviva, dont le nom lui même allie racine hispanique et lien à la culture française en souvenir du comte éponyme, héros du Barbier de Séville, comédie de Beaumarchais rendue iconique par sa mise en opéra grâce au génie de Rossini et de Mozart. Par l’alliance de Baron Philippe de Rothschild et Vina Concha y Toro, Almaviva est devenu une référence de la production chilienne, en combinant l’expertise des deux entreprises notamment sur l’expression du cépage emblématique qu’elles ont en partage : le cabernet. En effet Almaviva est construit sur le modèle d’un assemblage typiquement médocain et du concept propre au vignoble bordelais, soit un château un vin : Cabernet sauvignon, cabernet franc et carmenère composent la cuvée mais là s’arrête la comparaison, tant les conditions de production chiliennes (dont l’altitude et le climat) sont différentes.

La grande verticale présentée en préambule à Vinexpo était impressionnante, mettant en lumière la puissance et le potentiel de garde des vins. De 1996 à 2015, plusieurs cuvées étaient remarquables dont pour ne citer qu’un millésime, le 2007, au nez profond à la fois terrien et sanguin, aux arômes de bois brûlé, d’épices douces, aux saveurs complexes de truffe, d’eucalyptus, doté d’un grain de tanins fin et soyeux concluant par une longue finale évoquant le piment et le poivre torréfié.

La soirée d’anniversaire, au cœur des vignes de Mouton, illustrait la connivence des deux groupes et des deux familles dans leur œuvre commune « Almaviva est un patrimoine vivant, en mouvement, tourné résolument vers l’avenir » expliquait Philippe Sereys de Rothschild. « Nous ne nous arrêterons pas là. Aujourd’hui, un vignoble est également un laboratoire d’idées, il doit être à la pointe de l’innovation. Mais uniquement et toujours dans un seul et même objectif : l’excellence » conclut Alfonso Larrain Santa Maria, président de Vinà Concha y Toro SA.

Une connivence qui voit sa concrétisation aussi avec la création au Chili de la notion « Primer Orden », équivalant à celle de « Grand Cru Classé ».

Les invités ont pu apprécier les résultats en bouteilles, à la dégustation verticale comme au prestigieux diner auxquels ont assisté des hôtes de marque, entre autres Carole Bouquet, Christine Lagarde ou Jack Lang.

Photos Pierre Martinez