Alliance Loire, regroupement de 8 caves du Val de Loire, du Pays Nantais jusqu’à l’Orléanais et le Sancerrois, met en avant, cet été, une sélection de cuvées sous l’intitulé « Small is Beautiful ».

Par « Small is Beautiful », il faut entendre petits volumes, des « vins icônes mettant en valeur les cépages phares ou confidentiels du Val de Loire » comme l’a expliqué Jean-Marc Fontaine, Directeur Général d’Alliance Loire.

Côté icônes en blanc, deux expressions très différentes du chenin, ou pineau de Loire, avec le Vouvray brut « Excellence » (2012) de la cave des producteurs de Vouvray et le Saumur blanc « Millésime » (2010) de la cave des vignerons de Saumur. Une méthode traditionnelle aux bulles fines, nez mûr et gras en bouche avec une légère acidité finale, vieillie plus de 24 mois sur lattes avant dégorgement dans des galeries souterraines pour le premier. Un vin tranquille, issu d’une sélection de vieilles vignes de plus de 30 ans sur un terroir de tuffeau (la pierre calcaire des Châteaux de la Loire), avec une vinification intégrale en barriques bourguignonnes de 4 à 5 vins pour le second, développant une belle maturité et une riche palette aromatique, des fruits secs jusqu’aux aux épices, tout en conservant une bonne minéralité finale.

Côté icônes en rouge, le cabernet franc à travers deux vins de la cave des vignerons de Saumur : le Saumur Rouge « Millésime » (2010) et le Saumur Puy notre Dame (2011) de la petite et récente (2008) appellation éponyme. Deux cousins en quelques sorte, mais si le premier, sélection parcellaire, vient d’un sol de tuffeau, calcaire caillouteux, le second provient de parcelles de calcaire rouge du Jurassique. Les deux développent de généreux arômes de fruits noirs, le Saumur fait dans la puissance avec un côté sec en finale (peut-être dû à l’élevage sous bois) alors que le Saumur Puy notre Dame joue la carte de l’harmonie.

Côté pépites en rosé, commençons par le pineau d’Aunis avec un gris du Coteaux du Vendômois « Montagne Blanche » (2013) de la cave coopérative du Vendômois parfait reflet de ce cépage vif aux notes finales poivrée et continuons avec un Orléans rosé (2013) de la cave coopérative de Mareau aux Près, fait à 80% de pinot meunier et 20% de pinot noir. Tout comme en Champagne, le meunier apporte ici sa touche vineuse et gourmande.

Côté pépites en blanc, un melon de Bourgogne, un pinot blanc vrai et une malvoisie. Avec la « Cuvée H » Muscadet Sèvre et Maine (2012) des Vignerons des Terroirs de la Noëlle, vignoble situé sur la propriété du Château des Juyons, s’affirme le melon de Bourgogne à pleine maturité. Une fermentation malo-lactique et un élevage en fût pourrait faire craindre un vin bodybuildé, mais il n’en est rien. Si le nez est boisé, il garde une belle fraîcheur avec une finale saline. Autre cépage d’origine bourguignonne, le pinot blanc vrai, variété blanche du pinot noir, observée d’abord en 1895 à Chassagne-Montrachet puis, en 1896 à Nuits-Saint-Georges où il fut différencié du chardonnay. Cette cuvée portant simplement le nom de son cépage (2013), Pinot blanc Vrai, de la cave coopérative du Vendômois en IGP Val de Loire, développe de délicats arômes de fleurs et fruits blancs avec une finale minérale. Pour finir, un malvoisie de l’AOC Coteaux d’Ancenis (2013) des Vignerons des Terroirs de la Noëlle, élaboré à partir du cépage pinot gris. Un vin demi-sec, avec 18 grammes de sucres résiduels, aux accents d’épices miellées qui rappellent le comptoir vénitien du Péloponnèse où il fut inventé, Monemvasia.

Icônes et pépites du Val de Loire, des cuvées à découvrir dans la diversité de leurs cépages et appellations, d’autant plus que leur prix (de 4, 50€ à 14, 50€), les rendent très attractifs.

Texte et photographie Jean Dusaussoy

www.allianceloire.com