(photo archive Sud-Ouest)
(photo archive Sud-Ouest)

Réuni ce jeudi 19 mai à Bruxelles, le comité technique représentant les États membres de l’Union Européenne, chargé de se prononcer sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate en Europe a dû ajourner son vote, faute de majorité qualifiée.

Le serpent de mer continue au sein de la Commission Européenne. Depuis plusieurs semaines, le renouvellement d’autorisation du glyphosate (principal composant du Roundup, le désherbant de la firme Monsanto fortement soupçonné d’être cancérogène, mais aussi de plus de 750 produits phytosanitaires selon l’Organisation Mondiale de la Santé), fait l’objet de débats acharnés entre les États membres. Certains pays s’opposent à ce renouvellement, l’homologation actuelle devant expirer le 30 juin prochain. D’autres le soutiennent. Faute de consensus au sein du comité technique chargé d’examiner la question, le vote, qui devait avoir lieu aujourd’hui, a été ajourné pour la deuxième fois, après un premier échec en mars dernier.

« Puisqu’il était clair qu’aucune majorité qualifiée ne serait atteinte, le vote n’a pas été engagé », a expliqué un porte-parole dans un bref communiqué (comme le rapporte Sud-Ouest), ajoutant que la Commission allait désormais prendre le temps de la réflexion pour analyser les discussions qui se sont tenues mercredi et jeudi à Bruxelles. « Si aucune décision n’est prise avant le 30 juin, le glyphosate ne sera plus autorisé dans l’UE et les États membres devront retirer les autorisations de tous les produits à base de glyphosate », a-t-il été ajouté.