Vinsobres fait partie de ces appellations encore peu connues du sud de la France. Et pourtant ses atouts sont nombreux, à commencer par son excellent rapport qualité-prix.

En passant par cet extrême sud de la Drôme provençale, impossible de ne pas repérer ces grandes lettres blanches, version locale du Hollywood californien. Vinsobres s’affiche fièrement sur ses collines, comme pour mieux affirmer son identité. Car si ce merveilleux village est entouré de noms célèbres dans le monde entier, Nyons et ses olives ou bien encore Vaison-la-romaine et ses restes antiques, Vinsobres a longtemps fait dire par ce nom pour le moins incongru. Pourtant, les choses ont drastiquement changé depuis ce jour de 2006 où le vignoble a accédé au rang de cru de la vallée du Rhône aux côtés des prestigieux Gigondas, Vacqueyras ou bien encore Châteauneuf-du-pape. La chose n’était pas aisée. Mais la qualité et la régularité des vins produits sur ce terroir ont permis cette prouesse. Le terroir ? Il est complexe, comme souvent. 4 grandes zones offrent des vins aux profils bien différents, des premières terrasses toisées par le coteau jusqu’aux collines et aux plateaux très caillouteux dans toute la partie nord de l’appellation. Avec une constante, l’altitude. Bien que variable, elle affiche une moyenne de 350 mètres avec un maximum juste au-delà des 500m. Une condition indispensable pour conserver de la fraîcheur dans les vins. Une caractéristique également favorisée par les vents froids qui soufflent parfois violemment dans ces collines et qui atténue l’aridité des étés.

Une appellation accessible

Preuve de son dynamisme, l’appellation ne cesse de croître notamment en termes de volumes. C’est qu’elle attire désormais, notamment de nouveaux vignerons qui s’y sont installés récemment. Parmi eux, le domaine Serre Besson qui a produit en 2016 son premier millésime. Son assemblage est représentatif du cru avec une dominante de grenache, suivie d’une part importante de syrah et quelques autres cépages méridionaux plus marginaux (dont le mourvèdre). Un vin puissant, à la mâche imposante mais marquante par son fondu. Une très belle réussite (15€). Dans la même veine, certains vignerons se sont récemment convertis à la vigne et propose une belle lecture du terroir. C’est le cas du domaine constant Duquesnoy dont le 2015 (13€) révèle un très beau fruité qui ouvre sur un milieu de bouche dense mais fluide. Le tout contenu par de fins amers. Un vin qui vieillira très bien sur les 5/10 prochaines années. Pour les amateurs de gourmandise, la cuvée « expressions » du château Montplaisir (15€) s’avère particulièrement friand. Mais les domaines plus anciens ne sont pas non plus en reste. La cuvée « vinsobres » 2015 du domaine de Montine (11€) est doté d’une belle énergie et de notes cassissées pures. Le domaine du moulin pour sa part est droit dans ses bottes avec sa « cuvée ++ » 2015 (10,50€) aux tannins soyeux couplés à de fins amers appréciables. Dans tous les cas, un carafage des vins jeunes les assouplira et ajoutera un surplus de plaisir à la dégustation.