(Photos F. Hermine)
(Photos F. Hermine)

Pour fêter ses 40 ans, l’union de coopératives gasconne Plaimont change de nom, d’identité et s’offre une nouvelle communication axée autour des cépages locaux.

L’union de coopératives gersoises Plaimont Producteurs, nom adopté il y a huit ans, abandonne « Producteurs » pour se recentrer sur l’acronyme créé en 1978 et formé à partir de syllabes des trois caves d’origine, Plaisance, Aignan et Saint Mont. Le leader des vins du Sud-Ouest, à l’origine de l’IGP Côtes-de-Gascogne et du réveil des appellations Saint-Mont et Pacherenc de Vic-Bilh adopte également une nouvelle identité visuelle, la ligne stylisée des montagnes pyrénéennes étant remplacée par une initiale, un P en forme de cep comme un blason, plus institutionnel. Le slogan ‘L’excellence des vins du Sud-Ouest’ cède la place à la signature ‘Vignerons en Gascogne et Piémont pyrénéen’ « pour mieux mettre en avant ce que nous sommes, des vignerons avant tout, producteurs ayant une connotation trop productiviste, et revendiquer le fait que nous soyons à l’origine du renouveau du Sud-Ouest, notamment par les cépages oubliés » commente le directeur marketing de la cave, Jean Aymes. Et comme l’excellence allait de soi, nous n’avons plus besoin de la revendiquer ».

Lumière sur de grandes origines

Cette identité va être déclinée sur tous les outils de communication et progressivement sur les bouteilles avec l’arrivée des nouveaux millésimes. La campagne de communication, sur papier et sur toile, est portée par des visuels aux dessins contemporains et le slogan « Les vins du Sud-Ouest aux grandes origines » est décliné par appellation : « Gascogne, la terre du créateur », « Saint-Mont, découverte d’un patrimoine préservé », « Le renouveau du Madiran », etc.

Ce changement d’identité de la cave s’accompagne de la sortie d’un livre retraçant l’histoire de Plaimont et titré « A hauteur d’hommes » aux éditions Linéa Pica (20€). « Il rappelle qu’à l’époque, nous étions une région exsangue qui vendait de moins en moins d’armagnac et qui n’avait plus d’avenir, et faisait les moins bons vins de France » ironise le directeur actuel Olivier Bourdet-Pees. Il a fallu un André Dubosc et quelques autres pionniers pour fédérer les vignerons autour d’un projet et en faire des ambassadeurs de leurs vins, béret sur la tête, dans les supermarchés de toute la France mais également en Grande-Bretagne, en Allemagne, au Benelux… » Aujourd’hui 55% des bouteilles sont expédiées à l’export et Plaimont compte 800 adhérents (dont 200 à Saint-Mont, 98% des volumes).

Le potentiel énorme pour les vieux cépages

Plaimont doit bien sûr son succès au colombard qui a porté l’IGP Côtes-de-Gascogne sur les fonds baptismaux mais a su également faire connaitre et développer petit et gros manseng, petit courbu, tannat, puis ces dernières années, le manseng noir, l’arruffiac, le pinenc (nom local du fer servadou) qui ont émergé du gros travail ampélographique réalisé par l’union coopérative. Elle a déniché des trésors parfois à exemplaire unique chez ses adhérents. D’où le dernier lancement, un pur manseng noir (7000 bouteilles) qui succède à une première cuvée en assemblage avec le merlot. Plaimont encourage également ses vignerons à replanter de l’arruffiac pour élaborer des vins blancs originaux, mais seulement en assemblage, et le tardif agréé l’an dernier par l’Inao. Elle a également obtenu en 2013 le reclassement en Saint-Mont de parcelles sur une pente nord et à gros galets, déclassées en 2011, et en a sorti la jolie cuvée Le Cirque Nord blanc. « Nous avons un potentiel énorme à travers ces vieux cépages et nous avons la volonté de faire encore grandir des appellations comme Saint-Mont » conclut Olivier Bourdet-Pees. Autre volonté forte, la protection du patrimoine. Une douzaine de domaines ont été rachetés après le château de Sabazan et les vignes rétrocédées aux vignerons. Le dernier en date, le Monastère de Saint-Mont qui devrait être entièrement restauré pour le printemps 2019 avec hôtel, restaurant, piscine, spa et salle de séminaire, contribuera également au développement de l’œnotourisme.