Déjà adoubé comme l’une des grandes réussites du millésime 2012, en particulier en blanc, le château Haut-Brion vient de dévoiler ses prix en primeurs. La baisse est notable en rouge, beaucoup plus discrète en blanc… et pour cause.

Entre hausses spectaculaires et baisses attendues, le marché du millésime 2012 se dévoile progressivement, et si l’heure ne semble pas vraiment à l’enthousiasme, quelques grandes signatures du vignoble bordelais entendent bien tirer leur épingle du jeu et convaincre les acheteurs de primeurs. C’est le cas sur la rive droite, dont on a déjà dit qu’elle a produit quelques-unes des plus belles réussites du millésime. C’est aussi le cas parmi les premiers grands crus classés 1855.

Ainsi le château Haut-Brion, déjà adoubé comme l’une des grandes réussites en 2012 (voir nos notes de dégustation dans le prochain numéro de « Terre de Vins », en kiosques le 13 mai), vient de dévoiler ses prix en primeurs. Haut-Brion rouge sort à 282 € HT (source Millésima), contre 420 € HT pour le millésime 2011 (soit une baisse de 33%). Haut-Brion blanc, encore plus applaudi par les dégustateurs, sort pour sa part à 680 € HT, contre 685 € HT pour le 2011. Soit une baisse de… 5 €.
Le second vin du domaine, le Clarence de Haut-Brion, est mise en vente à 69 € HT.

Du côté de La Mission Haut-Brion, la tendance est aussi à la baisse : 172 € HT pour le rouge (-31%) et 545 € HT pour le blanc (-20%).

Dans une interview donnée à « Terre de Vins » lors de la semaine des primeurs, Jean-Philippe Delmas, directeur général du domaine, confiait : « on va être un peu part dans le millésime. D’abord, parce que par rapport à la rive gauche on a un pourcentage de merlot très important. Ensuite parce qu’on a des degrés alcool plus importants, ce qui est plutôt rare dans le millésime. On a un vin qui étonne parce qu’on n’attend pas une telle densité et une telle maturité dans un millésime pas facile. On va donc remercier les terroirs précoces de Haut-Brion et de la Mission Haut-Brion. »