(photo Mas de Daumas Gassac)
(photo Mas de Daumas Gassac)

Le créateur du Mas de Daumas Gassac, Aimé Guibert, s’est éteint la nuit du 14 au 15 mai, à l’âge de 91 ans. Lui qui a cru avant tous les autres à la majesté du terroir d’Aniane, dans l’Hérault, a été le précurseur de l’immense renouveau du vignoble languedocien. Il a montré qu’il fallait être ambitieux pour cette viticulture de la Vallée de l’Hérault, qu’il fallait être exigeant, parce que le potentiel était là.

Construisant ses cuvées avec la foi d’un archéologue sûr de découvrir un fabuleux trésor sur le chantier de ses recherches, s’affranchissant des règles d’encépagement de l’appellation Languedoc, il a conquis les papilles des plus grands dégustateurs mondiaux. Prophète en son terroir, d’un caractère bien trempé et souvent craint, à juste titre, de ses opposants, il restera celui qui a fait reculer Mondavi et son projet d’installation sur ce territoire, il restera celui qui a vendu le vin de table le plus cher au monde mais aussi, dans le cœur de ceux qui l’aiment dont je suis, il restera cet insatiable amoureux de Dame Nature, des grands penseurs, qu’ils soient philosophes ou économistes, il restera le plus grand vigneron du Languedoc.

Son malicieux regard bleu azur va beaucoup nous manquer, nous adressons à Véronique son épouse, à tous ses enfants et sa famille nos condoléances les plus sincères.

Retrouvez prochainement sur notre site la saga consacrée à la famille Guibert, qui avait été publiée dans « Terre de Vins » n°16.