De Saint-Emilion au Médoc en passant par les Graves et Sauternes, trois vins blancs et trois vins rouges étaient proposé en dégustation ce samedi lors d’une Master Class de prestige.

Salle comble pour la master class de haut-vol dédiée à Bernard Magrez ce samedi à 16h dans l’écrin du Palais de la Bourse, avec un auditoire attentif et captivé. En dégustation : deux vins blancs secs (châteaux Magrez-Fombrauge 2014 et château Pape Clément 2007), trois vins rouges (château Pape Clément 2010, château Fombrauge 2011, château La Tour Carnet 2009) et un sauternes (Clos Haut Peyraguey 2014). « Bernard Magrez, c’est une rock-star ! Tout le monde lui fait signer des autographes en bas » annonçait en ouverture de la master class dédiée à « l’homme aux 40 vignobles » Rodolphe Wartel, le directeur de Terre de Vins. Bernard Magrez n’aura d’ailleurs pas manqué de rejoindre en fin de master class ses trois directeurs de propriétés réunis pour l’occasion, et de se prêter au jeu des questions-réponses.

Château Magrez-Fombrauge blanc 2014 (Saint-Emilion)
« Une sacrée couleur, une belle robe cristalline et citronnée. De la densité, du gras, du velouté. Une robe qui donne envie de goûter. Une fraîcheur pas arrogante. A l’aération, un vin aromatique à souhait sur la pêche blanche, l’abricot, l’ananas, la reine-claude, une nuance légèrement boisée, une belle vivacité, et superbe fraîcheur. Très prometteur et concentré. En bouche, un vin plein, séveux, à la rondeur généreuse, compensée par une superbe et juste acidité, avec une petite astringence finale qui fait saliver. A déguster avec des coquilles Saint-Jacques ou des écrevisses, mais aussi une côte de veau ou un faisan sans trop d’artifice. »

Château Pape Clément blanc 2007 (Cru classé de Graves)
« Un vin âgé de dix ans déjà, évolué. Une viscosité formidable et une matière fabuleuse, avec des notes de fruit confit et de miel, et une légère touche de pierre à fusil. Le boisé est parfaitement intégré, l’opulence sans lourdeur. Ce vin est à son apogée. C’est l’exemple de l’accord parfait terroir-cépagas-travail bien fait. Un vin blanc avec des qualités de vin rouge. Un vrai vin blanc de gastronomie. Avec des langoustes ou une volaille rôtie ou truffée. »

Château La Tour Carnet 2009 (Grand cru classé 1855 – Haut-Médoc)
« Une densité vraiment exceptionnelle et une magnifique richesse en tanins. Un vin encore jeune et vivace avec une remarquable énergie et une belle concentration. Sur les fruits rouges concentrés, un bouquet bien intégré et chaleureux. La bouche est la perfection, avec du fond, de la puissance, du volume, des tanins soyeux et agréables . Un vin subtil mais avec un caractère affirmé. A garder 15-20 ans sans problème. »

Château Pape Clément 2010 (Cru classé de Graves)
« C’est la perfection de la présentation d’un vin de Bordeaux. Un nez aérien et aromatique. Une attaque juste, une belle acidité, un vin aérien, puis une belle structure tannique, des tanins fondus, plaisants et longs. Une longueur vraiment exceptionnelle. La structure, ce n’est pas la musculature arrogante, c’est la musculature du félin. Je manque même de vocabulaire pour qualifier ce vin ! »

Clos Haut Peyraguey 2014 (Grand cru classé 1855 – Sauternes)
« Un nez à la fois riche et à la belle tension. En bouche un bel équilibre, une belle puissance, un côté fruité exubérant sur les fruits confits (abricot sec, agrumes confits) et une sucrosité remarquablement bien intégrée, sous-tendue par une très belle acidité. La bouche est complexe, riche et présente une belle longueur à la matière aérienne. Un grand vin, taillé pour l’apéritif aussi bien que pour un dessert. »

Photos Michael Boudot.