(Crédit : Cécile Perrinet Lhermitte)
(Crédit : Cécile Perrinet Lhermitte)

2018, premier millésime suite à l’acquisition du 1er grand cru classé de Saint-Emilion en 2017 par la société française de réassurance SCOR, suivi de A à Z par son nouveau directeur général Aymeric de Gironde, des travaux d’envergure en cours… Ce millésime marque-t-il l’entrée de la propriété dans une nouvelle ère ? Réponse.

« Oui, je pense qu’on peut le dire, affirme Aymeric de Gironde. Troplong Mondot a toujours été l’un des grands noms de Saint-Emilion, mais aujourd’hui on va essayer d’avoir une autre expression de ce grand terroir, probablement le plus atypique et divers de cette partie de l’appellation, lié à notre position tout en haut de cette butte, qui n’a pas encore été érodée. Ce qui m’intéresse c’est de faire des vins qui ressemblent vraiment à leur terroir et à leur origine, et qui ne ressemblent pas à leurs voisins. Des vins plus frais, avec une aromatique délicate, très équilibrés, complexes, amenant beaucoup de plaisir jeunes et avec un grand potentiel de vieillissement » décrit le directeur. Cette démarche est déjà perceptible sur ce millésime 2018, créé avec la complicité de l’œnologue Thomas Duclos (laboratoire OenoTeam ) et le précieux savoir-faire du directeur technique Rémy Monribot, au cœur de la renaissance du vignoble de Troplong Mondot. « Sans le travail qui a été fait sur le vignoble depuis vingt ans au prix de sacrifices de la famille Valette, on n’aurait pas pu avancer aussi vite dans le renouveau de la propriété », constate Aymeric de Gironde. Sur ces bases qualitatives, « ce millésime 2018 nous a bien convenu, car nous avons beaucoup d’argiles qui nous ont permis d’absorber les deux extrêmes climatiques, la pluie puis la grande sécheresse. Nous avons pu faire des vins très harmonieux, avec une qualité aromatique extraordinaire, et une complexité qui ne vient pas d’un travail exacerbé au chai, mais directement héritée de la diversité de notre terroir » détaille-t-il. Et d’ajouter : « en plus, nous avons créé ce millésime de front avec des travaux conséquents. Notre priorité est de finir le nouveau chai de vinification et d’élevage pour les vendanges 2019, puis de mener toute la partie accueil et hospitalité, avec des chambres dont l’achèvement est prévu en septembre 2019, et enfin de terminer avec la livraison du restaurant et des bureaux en juin 2020. Le réceptif est très important à nos yeux, pour accueillir nos clients et nos visiteur afin qu’ils découvrent l’endroit par l’intérieur. On veut pouvoir leur proposer des moments et émotions propres à Troplong Mondot. »