Les acteurs de la quatrième édition de Sommeliers Dating, l’événement imaginé et organisé par Terre de vins, ne verront plus jamais les rencontres autour du vin avec le même regard. C’est le premier constat qui s’impose suite à cette manifestation qui réunissait 40 sommeliers et 66 vignerons lundi à Paris.

Une phrase lancée entre deux rendez-vous par la représentante d’une propriété bordelaise résume à elle seule des acteurs du monde du vin présents, ce lundi 20 mai, à Paris au Cercle des armées : « Sommeliers Dating devrait avoir lieu toutes les semaines ! »

Un enthousiasme généré par la richesse et la qualité des contacts établis en tête-à-tête avec les sommeliers. Quarante exactement, représentant des restaurants de prestige, une belle collection de plus de 50 étoiles Michelin, tout autant que ces lieux plus simples mais où le vin est choyé tout autant que valorisé. Cette richesse et cette diversité constituent aussi la force d’un tel événement.
Et si les vignerons ont goûté l’opportunité souvent unique de pouvoir présenter leur domaine et quelques-unes de leurs cuvées à des sommeliers souvent inaccessibles emportés qu’ils sont par le tourbillon du quotidien, ces derniers aussi apprécient l’angle d’approche. Et leur discours est souvent commun : « Dans les salons, c’est souvent la bousculade, il y a le bruit et la difficulté d’établir un vrai dialogue avec le producteur. Ici en vingt minutes en tête à tête, on a le temps de comprendre un domaine et l’homme ou la femme qui l’anime. »

Et la volonté de Terre de vins est avant tout de privilégier ce contact direct.

La suite, s’il y a, prendra une dimension que le vendeur et l’acheteur potentiel géreront depuis leur bureau ou bien grâce au rendez-vous fixé pour une nouvelle rencontre. Avec l’avantage pour l’un d’être clairement identifié et pour l’autre d’avoir déjà goûté et apprécié les produits.

Des vins qui méritent leur place dans de grandes maisons

Parmi les sommeliers qui découvraient cet événement, le regard de Julien Touitou qui œuvre dans l’un des plus prestigieux établissements parisiens prend un relief particulier. « Au delà du fait que cet événement permette de rencontrer nos confrères sommeliers à travers le monde, c’est une véritable opportunité d’échanger avec des vignerons qui produisent des vins peu communs. En effet, dans une maison telle que La Tour d’Argent, il est parfois difficile de franchir la porte. J’ai eu la sensation agréable de goûter des vins d’une superbe dimension. Je pense à la cuvée Romarin de Mas Bécha, un véritable bijou grillé et toasté à la fois. Il tutoie aisément les plus grands vins blancs de Bourgogne. Egalement, j’ai pu découvrir le travail sur le terroir des Terrasses du Larzac, du domaine Cassagne et Vitailles, dont le premier millésime a été signé en 2016. Des vins d’une superbe précision, dont la définition s’exprime à travers l’écosystème qui entoure les vignes. Ces domaines ont leur place dans nos grandes maisons, ça ne fait aucun doute. »

Des découvertes donc, mais pas seulement pour ce professionnel qui évolue au quotidien dans l’une des plus belles caves du monde. « J’avoue également, que je goûte peu de Bordeaux à La Tour d’Argent, en raison de place importante occupée par la Bourgogne. Grâce à Sommeliers Dating, j’ai pu me pencher sur différentes propriétés issues des deux rives de la Garonne et apprécier le fruit du travail de très belles propriétés. »

Photo Michael Boudot