(photo JC Gutner)
(photo JC Gutner)

Ce n’est pas un secret, la coopérative Plaimont est un modèle de dynamisme qui hisse faut le drapeau des vins du Sud-Ouest. Nouvelle illustration dans le cadre du salon Wine Paris, avec la présentation de plusieurs nouvelles cuvées.

La coopérative Plaimont, nous vous en parlons assez régulièrement. Et pour cause. Dans le paysage des coopératives françaises, elle fait depuis plusieurs années office de modèle, tant pour la qualité des vins produits que pour l’attention toute particulière qu’elle investit dans la valorisation des terroirs et cépages gascons. Situé à Saint-Mont dans le Gers, ce groupement de vigneron réussit le tour de force de réunir une identité fortement ancrée et une ambition de diffusion internationale. Preuve que Plaimont ne se repose jamais sur ses lauriers : Olivier Bourdet-Pees, son directeur général (photo ci-dessus), fait découvrir de nouvelles cuvées dans le cadre du salon Wine Paris, qui a ouvert ses portes ce matin du côté de la Porte de Versailles.

Parmi ces nouveautés, Voici mon Secret s’aventure sur le terrain des vins à faible teneur en alcool. Ce 100% colombard en Côtes-de-Gascogne titre en effet à 9° et se veut « naturellement bas en alcool », comme le précise Olivier Bourdet-Pees. La recette est simple : « on a produit ce vin à partir de terroirs où nous avions historiquement des difficultés à tirer les vins vers de hauts degrés alcooliques ». D’une difficulté, les vignerons de Plaimont ont décidé de faire un avantage, pour répondre à une demande croissante sur les marchés britanniques et scandinaves – et, qui sait, demain en France ? Lorgnant sur le segment de la bière, pour des moments de consommation estivaux en priorité, ce vin fruité affichant 10 g de sucre résiduel va être mis en marché à hauteur de 300 000 cols, en partie pour le marché CHR, en partie en grande distribution avec une autre étiquette (et une sucrosité plus marquée). Son prix : 5,50 €.

L’essor du Manseng Noir

Le point fort de Plaimont, c’est sa capacité à mettre en lumière les cépages identitaires gascons, en particulier le Manseng Noir, ce parent du Tannat qui était en voie de disparition et a désormais été replante à hauteur de 27 hectares. La cuvée Moonseng, assemblage de merlot et de manseng noir, est un succès colossal de la coopérative sur le marché traditionnel (cavistes-hôtellerie-restauration). Si bien qu’elle arrive désormais en version GD, en mettant uniquement l’accent sur l’identité cépage (12 €). Un style réglissé, digeste, facile à boire mais plein de personnalité, où le merlot vient donner un peu de force à un manseng noir naturellement faible en alcool (d’ailleurs la cuvée 100% Manseng Noir, produite depuis 2017, ne titre qu’à 11,2° sur le millésime 2017).

Autre nouveauté présentée par Plaimont à Wine Paris : une nouvelle cuvée en Madiran baptisée Chez Louisat 2017, qui a la particularité d’être sans soufre ajouté. Oui, on peut faire du Madiran avec zéro soufre ! Le recours au CO2 permet de stabiliser le vin, qui affiche un profil réducteur à l’ouverture mais, avec un peu d’aération, affiche un très joli caractère. Également destiné à la grande distribution, ce « sans soufre » de grande précision est vendu au prix imbattable de 7 €.

Enfin, Plaimont profite de ce Wine Paris pour montrer aussi son savoir faire en matière de grandes cuvées, comme son Cirque Nord 2016. Une blanc produit sur des terroirs de galets orientés en pente nord, à Aurensan dans le Gers. Un temps déclassé de l’AOC Saint-Mont par l’INAO, jusqu’à ce que l’obstination d’Olivier Bourdet-Pees prouve que l’on pouvait produire un grand vin d’appellation sur un terroir atypique, cet assemblage 50% gros manseng 25% petit manseng 25% petit courbu, élevé un an et demi en barriques de 5 à 10 ans, est un superbe blanc de garde, pierre à fusil, chair pulpeuse, salinité, acidité maitrisée… Un vin de gastronomie produit à hauteur de 3000 bouteilles (35 €).

Parmi les actualités dont nous vous reparlerons : une offre œnotouristique en pleine refonte, dont le Monastère de Saint-Mont totalement rénové sera la pierre d’angle, et une place particulière pour un cépage rarissime, le « tardif », découvert dans les vignes classées de Sarragachies et qui sera intégré à l’appellation Saint-Mont. L’avenir est gascon.