Photo: Domaine de la Poulette
Photo: Domaine de la Poulette

Jusqu’au 15 novembre, 3719 magnums du domaine de la Poulette sont mis aux enchères, en ligne, par la maison Ader Entreprises et Patrimoine. Parmi ces flacons, une majorité de nuits-saint-georges et de vosne-romanée, les millésimes allant de 1993 à 2017.

Les vignerons bourguignons stockent de moins et les vieux bourgognes se font rares, en particulier dans les caves de la très prisée Côte de Nuits. La mise en vente de 3719 magnums du domaine de la Poulette, situé à Nuits Saint-Georges, résonne ainsi comme un petit événement au royaume du pinot noir. « Nous avons décidé de garder quelques bouteilles pour notre consommation personnelle et de vendre le reste », confie Hélène Michaut, qui reprend les rênes du domaine à la suite de ses parents, Françoise et François Michaut. « Cette vente se déroule dans le cadre de la transmission de l’exploitation. C’était le bon moment. »

Des lots de 1 à 3 magnums

Pour la famille vigneronne, le choix des enchères est vite apparu comme une évidence. « Nous proposons cinq cuvées différentes, sur une vingtaine de millésimes. Cela fait près de 100 références. Il était trop compliqué de les marketer une à une. » Au marteau : la maison Ader Entreprises et Patrimoine, qui a mis en place ces enchères en ligne sur la plateforme Drouot Online.

La vente a débuté le 8 octobre et prendra fin le 15 novembre. Seules des cuvées rouges sont disponibles, réparties en lots de 1 à 3 magnums. Dans le détail :

856 Magnums de Côte-de-Nuits-Villages «Vierville» de 1997 à 2017

717 Magnums de Nuits-Saint-Georges 1er Cru «Clos des Poulettes» de 1995 à 2013

658 Magnums de Nuits-Saint-Georges «Les Vallerots» de 2003 à 2017

866 Magnums de Nuits-Saint-Georges 1er Cru «Les Vaucrains» de 1993 à 2017

622 Magnums de Vosne-Romanée 1er Cru «Les Suchots» de 2000 à 2017

Photo: Domaine de la Poulette

De mère en fille depuis six générations

Directement en provenance du domaine, ces cuvées sont « dans un état de conservation idéal », d’après la maison d’enchères. Et « taillées pour la garde », assure Hélène Michaut. « Tous les magnums datent de la période où mon père vinifiait. Il privilégiait un style assez tannique, propice à la bonne évolution. »

Depuis plus de six générations, le Domaine de la Poulette s’est transmis par les femmes. La famille est propriétaire d’environ 16 hectares, de Nuits-Saint-Georges à Vosne-Romanée.

Vente à retrouver sur le site ader-ep.com.