L’inauguration officielle aura lieu en fin d’année, mais le nouveau chai du Château Latour-Martillac, dans le Bordelais, accueille déjà le millésime 2019 des vins rouges. Plus précisément, c’est le cuvier qui est opérationnel depuis début septembre.

Lancée au printemps 2018, la construction du nouveau bâtiment, regroupant le chai et le cuvier, aura duré pratiquement près de deux ans. Et elle marque une étape importante pour le Château Latour-Martillac, cru classé de Graves. Ce n’est pas « une révolution technique » extraordinaire, concède Tristan Kressmann, dirigeant avec son frère Loïc le domaine familial, mais bien « un outil de travail plus performant ».

Le Château Latour-Martillac possède un vignoble de 45 hectares de vignes rouges (et 9 en blanc) au sein de l’appellation Pessac-Léognan, dans le Bordelais. Le domaine a investi plus de 5 millions d’euros dans ce nouveau chai destiné aux vins rouges, réalisé par l’architecte bordelais Philippe Ducos. Pas d’architecture ostentatoire : l’idée était que l’installation se fonde avec les bâtiments existants. Aux extravagances tape-à-l’œil, la famille Kressmann a préféré la fonctionnalité, avec pour objectif d’améliorer la précision des cuvées rouges du domaine. Et le confort le travail des équipes par la même occasion.

Dans la lumière du jour

L’actuel cuvier pour la vinification des vins blancs a été conservé. Les 22 nouvelles cuves tronconiques du nouveau bâtiment, remplies par gravité, s’ajoutent ainsi aux 27 cuves existantes pour augmenter la capacité totale de production à 4500 hl. Plus performantes et moins consommatrices d’eau pour leur nettoyage, ces nouvelles cuves en inox poli et à double paroi offrent également deux capacités : 124 hl et 70 hl pour une vinification parcellaire plus précise.

Une fois les finitions terminées, le nouveau bâtiment accueillera sous le cuvier un chai à barrique enterré de 600 m², ainsi que des espaces d’accueil pour les visiteurs. Soit, au total, 1700 m² sur trois niveaux, baignés dans la lumière du jour grâce aux fenêtres.

“La lumière du jour fait la différence”, reprend Tristan Kressmann. Pour preuve, “nos équipes ont le sourire.” Coté œnotourisme, le nouveau bâtiment permettra enfin aux visiteurs de rentrer dans le chai pendant les vendanges.

Les derniers grands travaux dans les cuviers dataient de 1990. “Ce nouveau chai est également un investissement à long terme, que nous faisons pour nos enfants”, confie Tristan Kressmann. Le dirigeant sait de quoi il parle. Le Château Latour-Martillac appartient à la famille Kressmann depuis 1930. Mais Edouard Kressmann avait eu un coup de cœur pour la propriété dès 1871, avant que son fils aîné, Alfred, finisse par l’acquérir.

Légende
L’arrivé des cuvons en inox dans le nouveau chai du Château Latour-Martillac