Présente pour la première fois l’an dernier à Bordeaux Tasting, l’association Pomerol Séduction sera de retour cette année pour faire déguster ses crus d’exception dans l’écrin du restaurant le Gabriel. Rencontre avec Edouard Labruyère (Château Rouget) pour en apprendre plus sur ce « club des dix ».

Beauregard, Clinet, La Conseillante, Gazin, Mazeyres, Rouget, Vieux Maillet, Clos du Clocher… Elles étaient huit propriétés de Pomerol Séduction lors de Bordeaux Tasting en 2015. Elles seront dix en cette cinquième édition (les 10-11 décembre autour de la Place de la Bourse), avec la récente entrée des châteaux Nénin et La Pointe au sein de ce groupement créé en 2008. Ensemble, ils vous offrent une occasion unique de découvrir ces grands vins de la rive droite en un seul et même lieu, à travers leur millésime 2011. Et réserveront quelques belles surprises aux amateurs, comme l’ouverture de magnums 2006 samedi 10 et dimanche 11 décembre à 11h. A noter également, les vins de l’association seront mis à l’honneur de la carte du Gabriel, au verre et à la bouteille, durant tout le mois de décembre.

« Pomerol Séduction » a participé l’an dernier pour la première fois à Bordeaux Tasting. Pourquoi faire de nouveau confiance à « Terre de Vins » cette année ?
Je trouve que Bordeaux Tasting est une formidable opportunité de montrer Pomerol aux Bordelais et au public de la Nouvelle Aquitaine. C’est une appellation qui fait rêver et que tout le monde connaît, mais sans vraiment savoir ce qu’elle produit ni ce qu’elle fait. Nous sommes distribués par la Place de Bordeaux, et n’avons donc que peu de contact avec le client particulier. Il y a donc là une opportunité en or de rencontrer le client final, et en plus dans un cadre absolument génial. Ça nous met en joie de voir des gens qui sont ultra-enthousiastes que Pomerol vienne à eux. Et puis à dix propriétés, c’est une excellente façon de montrer l’exhaustivité des terroirs, des modes de vinification, des bouteilles, des prix…

Quel sont vos défis en cette cinquième édition de Bordeaux Tasting ?
Cette année, notre ambition est de montrer des millésimes un peu boudés, qui ne sont pas dans les radars des journalistes, étrangers ou français, comme par exemple le 2011. Ce sont des millésimes plus faciles à appréhender pour le public, qui, aujourd’hui par les modes de consommation et les styles de vie, n’a plus la patience d’attendre vingt, trente ou quarante ans comme le faisaient nos parents. L’an dernier, on montrait des millésimes de potentiel, cette année, ce sont des millésimes de consommation immédiate. Notre message cette année, c’est : « venez déguster des millésimes prêts à boire ! »

L’an dernier l’ouverture de magnums avait fait sensation. Elle est renouvelée cette année. Assistera-t-on selon vous au même engouement ?
Les gens trouvent ce format génial. Ils ont peu l’occasion d’en boire. On est en période de fêtes, c’est sympa de montrer des magnums, car c’est un joli format pour les repas festifs. Et puis il y aura des bouteilles en face des magnums, donc ça permettra aussi dans un coté un peu didactique de montrer au dégustateur l’évolution d’un vin en bouteille et en magnum.

Comment décririez-vous le “style Pomerol” ?
Avec la prédominance du merlot, on a des vins très typés qui plaisent beaucoup avec un côté gourmand, soyeux, délicat, plein. Ce sont à la fois des vins de plaisir immédiat grâce au fruit qui charme le consommateur, mais qui, avec l’âge, peuvent passer sur quelque chose de plus complexe, avec des notes de champignon, truffe. Il y a une palette aromatique assez géniale!

Dans quelle fourchette de prix public se situent globalement les vins de « Pomerol Séduction » ?
On a toujours cette image de Pomerol cher, mais on va présenter des vins qui ne sont pas si chers, ou en tous cas moins chers que ce que les gens peuvent penser. On espère provoquer de l’intérêt en terme de consommation, avec une fourchette de 30 à 120 €.

A NOTER : cette année iDealwine, partenaire de Bordeaux Tasting, organise en amont de l’événement une vente aux enchères de gros flacons de pomerol, dont les bénéfices seront reversés, pendant Bordeaux Tasting, à la Fondation de France. Plus d’informations très prochainement sur cette opération.