Onze maisons et vignerons de Champagne sont présents à Lyon Tasting ce week-end, occupant les allées du premier étage du Palais de la Bourse. Une touche d’effervescence qui remporte toujours un franc succès auprès des amateurs.

Legras & Haas, constance et fidélité
Habituée des événements Terre de Vins, la maison Legras & Haas participe pour la première fois à Lyon Tasting. Pour l’œnologie Sébastien Struzik et Carl Edmund Sherman, en charge de la commercialisation, “on retrouve ici, comme à Bordeaux Tasting, un public de haut niveau, faisant preuve d’une vraie curiosité et d’une bonne connaissance des vins, même chez les jeunes. C’est très encourageant pour l’avenir. Lyon est une ville de grande culture gastronomique, entourée de grands vignobles, et cela se sent.” Legras & Haas propose trois cuvées en dégustation : on avouera qu’entre e blanc de blancs Brut (dosé à 6 grammes) et l’Extra Brut (dosé à 2 grammes), tous deux issus des terroirs de Chouilly, notre préférence va au second, plus tendu et aiguisé. La cuvée la plus originale est Exigence n°9, un “multimillésimé” assemblage des années 1995, 2002, 2004, 2008 et 2014, 50% chardonnay de Chouilly 50% pinot d’Aÿ, avec 30% de vins de réserve, élevé plus de quatre ans sur lies, un vrai vin de gastronomie juteux, charnu et frais, taillé pour la table. La belle découverte de ce week-end si vous passez par le stand CH8.

Haumont et Fils, toute première fois
Jolie découverte que Haumont & Fils, maison familiale de 5 hectares implantée depuis 1714 à Vertus, mais qui participe pour la première fois à un événement grand public comme Lyon Tasting. Alors que les deux dernières générations avaient fait le choix de la coopérative, Julien Haumont, qui a repris pleinement les rênes en 2014, a réimpulsé l’ambition de faire leurs propres vins. Cela se traduit par deux blancs de blancs offrant deux expressions différentes du chardonnay, l’un sur des parcelles exposées sud, l’autre sur des parcelles exposées nord, et par un parcellaire appelé “Les Lionnais” millésimé 2014, où la part d’argile dans le sol donne un profil crémeux, onctueux voire “sauvage” au chardonnay (prix indicatif 69 €). Julien Haumont veut aller encore plus loin dans les parcellaires pour extirper la substantifique moelle de ses terroirs. A suivre, donc.

Lejeune Dirvang, cuvée ultra confidentielle
Présent pour la deuxième année consécutive à Lyon Tasting, Guillaume Lejeune fait découvrir ses beaux champagnes, tous issus de ses 4 hectares de vignes en Premier Cru et Grand Cru du versant sud de la Montagne de Reims (Tauxières-Mutry, Louvois et Bouzy). Ici, c’est le pinot noir qui est roi. La cuvée “Les Seilles d’Or”, assemblage de toutes les parcelles en Premier Cru, dosé à 5 grammes, est une remarquable porte d’entrée vers les vins de la maison. Dans la gamme Robert Lejeune arborant fièrement d’anciennes photos du grand-père, on passe d’un 100% pinot noir millésimé 2012, vineux et ample, à un 100% chardonnay millésimé 2012, tranchant et sapide. Deux cas d’école que Guillaume se fait un plaisir de faire déguster côte-à-côte aux visiteurs, pour leur permettre de bien identifier l’identité cépage sur un même millésime et sur des terroirs très proches. Cerise (de pinot) sur le gâteau, il fait déguster de façon parcimonieuse son petit dernier, un vin tranquille en appellation Coteaux champenois : la cuvée “Vide Bourse” 2018, issue d’un lieu-dit de 4 ares en Premier Cru, 100% pinot noir pressé en grappes entières. Une petite pépite produite à moins de 100 bouteilles, et commercialisée en quelques jours auprès des meilleurs clients de Lejeune Dirvang. Promis, l’an prochain, il y en aura encore.

Cattier, comme à la maison
La maison Cattier est une autre habituée des événements Terre de Vins, et de Lyon Tasting auquel elle participe depuis la première édition. Pour l’équipe familiale emmenée par Agathe Charles, cette proximité avec les consommateurs est essentielle. “Le public lyonnais aime la qualité, il a la culture des bonnes choses. Il est important d’être présent sur un tel événement, qui permet de faire découvrir de beaux produits. On retrouve des fidèles qui reviennent chaque année pour déguster notre blanc de blancs ou notre blanc de noir”. Cattier, qui a rénové l’habillage de ses bouteilles l’an dernier et a redynamisé son équipe commerciale, s’appuie sur une forte identité en meunier et pinot noir, comme l’incarne le Premier Cru blanc de noirs (80% pinot, 20% meunier), crémeux et gourmand, avec une finale sur l’orange amère. Un très joli champagne à moins de 40 €, que les consommateurs parisiens peuvent se faire livrer chez eux en moins d’une heure grâce à un partenariat de Cattier avec le service myConcierge.

Photos M. Boudot