« Les Mondes Parallèles » de Michel Jolyot
« Les Mondes Parallèles » de Michel Jolyot

Exposition de Michel Jolyot, visite du vignoble expérimental du Comité Champagne, conférence du Maire d’Epernay… la Mission UNESCO a concocté tout un programme de sensibilisation à l’occasion de la journée internationale de la Biodiversité.

On imagine toujours que les prérogatives de l’UNESCO se cantonnent à la préservation des monuments. Pourtant, si la Champagne est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial, c’est au titre des « paysages culturels ». A la différence des cathédrales pétrifiées dans le temps, ceux-ci n’ont de cesse d’évoluer et sont intimement liés à la question du vivant. Il n’y a donc rien de surprenant à voir cette association orienter depuis quelque temps son action, non plus seulement vers des projets cosmétiques comme l’identification des verrues paysagères, mais en s’attaquant au problème de fond, qui conditionne l’avenir même de ces paysages, à savoir la protection de la biodiversité, quitte à en revoir radicalement l’organisation.

La Mission Unesco, à l’occasion de la journée de la biodiversité dimanche 22 mai, propose ainsi tout un programme de sensibilisation. Une conférence en ligne ce soir à 18h30 donne la parole au maire d’Epernay, Franck Leroy pour nous parler des moyens de préservation de la biodiversité en milieu urbain. A Epernay encore, l’exposition « Les Mondes Parallèles » de Michel Jolyot qui a photographié au plus près les ceps de vignes, nous révèle la diversité et la grâce incroyable du monde végétal. En parcourant les souches travaillées par le temps, son objectif a su dénicher gravés dans l’écorce des portraits de mystérieuses créatures aux rides majestueuses. Plus technique, samedi 21 mai à 9h30, une visite guidée est organisée au vignoble expérimental de Plumecoq, le site de recherche du Comité Champagne, qui s’ouvre ainsi pour la première fois au public !

« Les Mondes Parallèles » de Michel Jolyot

Enfin, on ne manquera pas l’inauguration du sentier de la biodiversité aux Riceys, issue d’un projet que la Mission a accompagné toute l’année associant l’ONF, le Conservatoire des espaces naturels, la municipalité et le collectif des vignerons des Riceys. « Dans l’Aube, les forêts de pins sont détruites par un parasite et l’ONF est obligé de couper de nombreux arbres devenus dangereux. Aux Riceys, plutôt que de replanter, on a préféré regarder ce qui repousserait naturellement afin d’identifier les espèces adaptées au nouveau climat et avec lesquelles il faut reboiser » explique Séverine Couvreur qui anime le groupe d’experts du conseil scientifique en charge des problématiques environnementales.

Ce travail de sensibilisation sur les questions de la biodiversité dans le vignoble pourrait sembler concurrent à celui déjà effectué par le Comité Champagne. Il est en réalité complémentaire.  « La Mission UNESCO travaille de manière plus large avec l’ensemble des acteurs du territoire, que ce soit les municipalités, la région, le Parc naturel, le département, les différentes associations. Notre rôle se situe donc davantage dans la mise en relation, la coordination. Il existe une multitude d’initiatives, mais chacun a tendance à travailler dans son coin. Or, en matière d’environnement, une action ne peut être efficace que si elle est globale, collective. Pour créer par exemple des corridors continus de haies permettant aux espèces de passer d’une forêt à une rivière dans la plaine, il faut parvenir à fédérer une multitude de vignerons voisins. Notre association dans cette action a l’avantage d’être perçue comme un acteur neutre, indépendante des différentes organisations syndicales et professionnelles, sans étiquette politique et sans vocation coercitive. Sa médiation est d’autant mieux acceptée ».

Parmi les chantiers majeurs menés en ce moment par le groupe d’experts de la mission, Dominique Moncomble, en collaboration avec le CIVC, mène une étude sur la manière dont la Champagne a abordé la question environnementale depuis 40 ans. L’idée est d’inventorier toutes les solutions qui ont été imaginées pour servir de manuel des bonnes pratiques. Cette synthèse rejoindra les différents mémoires déjà publiés par la Mission qui forment désormais une ressource inestimable dans le combat pour la sauvegarde du patrimoine champenois : le guide des caves, l’inventaire des cadoles, la charte éolienne, la charte méthanisation…

Pour s’inscrire : https://www.champagne-patrimoinemondial.org/actualites/journee-internationale-de-la-biodiversite