(Photos F. Hermine)
(Photos F. Hermine)

Ils sont arrivés ! Accompagnés en musique à Lyon ou à Paris, les beaujolais nouveaux sont auréolés d’un joli millésime et d’une nouvelle communication signée Castelbajac.

Le Beaujolais Nouveau est bien beau cette année. « Un millésime avec de la couleur, de la matière et de la structure, comparable à 2015 mais avec plus de fraîcheur, commente David Ratignier, vice-président d’Inter Beaujolais. Un millésime idéal pour le vigneron malgré une perte de récolte importante à cause du gel dans le Sud, de la grêle au nord et de la sécheresse en général ». « Un beau joli comme l’a rebaptisé Jean-Charles de Castelbajac qui a redessiné la communication de cet événement utilisé trouvait « très festif et très français mais avec un côté trop masculin d’où l’idée de décliner beau joli et belle jolie pour un vin qui incarne l’amitié, la fête, la fraternité et le partage ». Ce nouveau graphisme a été décliné sur toutes les affiches de la campagne d’Inter Beaujolais. Une campagne radio accompagne également l’événement pendant huit jours.

En bus à la capitale

Après avoir sillonné la capitale pendant deux ans à bord de 2 CV aux couleurs du Beaujolais Nouveau, l’interprofession a renouvelé l’événement en embarquant une cinquantaine de vignerons dans un bus décapotable pour interpeler les parisiens, avec des arrêts dégustations et à l’arrivée une soirée au Point Éphémère, quai de Valmy. « Un endroit improbable et décalé qui correspond à une image plus moderne, et pas seulement flon-flon folklorique » explique le directeur Jean Bourjade. Certes on existe depuis 65 ans mais on se rend compte que la majorité des Parisiens qui sont venus déguster aujourd’hui ont plutôt 20-35 ans. Ils ont un esprit neuf et n’ont pas en tête l’image abîmée que gardent parfois leurs parents qui ont connu les dérives qualitatives des années 90. Et comme on n’a jamais eu une palette de vins aussi différents, il y en a pour tous les palais ».

Beaujolais au pluriel

D’où une communication depuis trois ans avec comme slogan « LES beaujolais nouveaux sont arrivés ». Ils pèsent environ 25 millions de bouteilles (150 000 hl vendus en vrac et commercialisés par les négociants, le reste par les vignerons) dont 11 expédiés à l’international, près de la moitié au Japon. Un chiffre global en léger recul, même si les beaujolais villages progressent, et qui avoisinera plutôt les 20 millions en 2017 à cause de la petite récolte. Depuis cinq ans, les beaujos nouveaux ont franchi la barre des 4€; les premiers prix ont quasiment disparu et les vins des domaines et châteaux, en général à plus de 5€ sont souvent en rupture. La différence entre beaujolais nouveaux et beaujolais villages tend de surcroît à s’estomper. De quoi réconcilier les consommateurs avec les gamays de la région, et en musique de préférence.