Au cœur de « Bordeaux fête le fleuve », rendez-vous du fleuve et de la voile du 20 au 23 juin dans la capitale girondine, les vins blancs de Bordeaux se rassemblent pour la première fois dans un village dédié, pour faire découvrir ensemble toutes leurs nuances et saveurs.

Il n’y a pas que le rouge à Bordeaux. Historiquement d’ailleurs, jusqu’au milieu des années 1970, la production de vins blancs surpassait celle de rouges. Aujourd’hui, elle représente 10% de celle de Bordeaux, perpétuée par quelques 2000 viticulteurs, coopérateurs et négociants. 80 d’entre eux se regroupent en un lieu unique durant les quatre jours « de Bordeaux fête le fleuve », place de Munich (au niveau de la place des Quinconces, de 12h à 23h), pour faire découvrir leurs blancs secs, doux ou crémants, à travers une centaine de cuvées issues de 19 AOC (Bordeaux, Bordeaux Supérieur, Bordeaux Haut-Benauge, Crémant de Bordeaux, Entre-deux-Mers, Entre-deux-Mers Haut-Benauge, Francs Côtes de Bordeaux, Blaye Côtes de Bordeaux, Cadillac, Côtes de Bourg, Pessac-Léognan, Graves, Premières Côtes de Bordeaux, Côtes de Bordeaux Saint-Macaire, Sainte-Croix du Mont, Cérons, Loupiac, Barsac, Sauternes).

La diversité dans l’unité

A la façon des membres d’une même famille, chaque blanc de Bordeaux présente à la fois un ADN commun avec ses frères et sœurs, caractérisé par une trame fraîche commune imprimée par le climat océanique et les vents d’ouest, et une personnalité unique. Largement majoritaire pour le création de ces vins, la pratique traditionnelle bordelaise de l’assemblage permet à chaque vigneron d’imprimer sa patte, dosant à souhait les proportions entre l’aromatique et vif sauvignon, le rond et riche sémillon, et parfois une pointe de l’exubérante et florale muscadelle.

Issus d’une vinification et d’un élevage en cuve (AOC bordeaux blanc, entre-deux-mers, côtes de Bordeaux notamment), les blancs secs se révèlent vifs et fruités, sur les agrumes et l’acacia, et se consomment plutôt jeunes, dans un délai d’un à trois ans. Pour les amateurs de vins pétillants, les arômes fruités et floraux du crémant et ses bulles virevoltantes rafraîchissent les papilles. Élevés en barrique, comme il en est d’usage dans les AOC graves et pessac-léognan, les blancs secs acquièrent structure, puissance, complexité aromatique et important potentiel de garde (environ 10 ans).

Du côté des blancs doux, ils peuvent se révéler moelleux et fruités, par exemple originaires des AOC bordeaux et graves supérieures. Les baies sont alors vendangées en surmaturité, mais plus tôt que les liquoreux, pour obtenir des nectars subtilement sucrés, aériens et rafraîchissants, à consommer jeunes (1 à 5 ans). Nés du Botrytis à sauternes, sainte-croix-du-mont ou encore loupiac, les liquoreux sont eux issus de vendanges tardives et manuelles. Ils dévoilent une grande intensité aromatique sur des notes d’agrumes, de fruits secs et confits, de miel et d’épices. Puissants et fruités dans leur jeunesse, ils révèlent leur complexité au fil des ans.

Une question fondamentale maintenant vos sens éveillés : comment découvrir toute la richesse de ces blancs de Bordeaux ? Rien de plus simple, il vous suffit de vous doter d’un « pass dégustation » comprenant un verre, un porte-verre, et donnant droit à 3 dégustations (blanc sec, blanc doux ou crémant, au choix). A acquérir en ligne sur www.bordeaux-fete-le-fleuve.com (8€ en pré-ventes du 15 avril au 15 juin), puis à 10€ plein tarif sur place pendant l’événement (jetons supplémentaires 3€/verre). Pour tenter des accords vins blancs-mets, des producteurs de gastronomie et foodtrucks régionaux seront également présents, avec en toile de fond la présence de grands voiliers, des animations nautiques, expositions, concerts gratuits…