(Photo P. Martinez)
(Photo P. Martinez)

Originaire du Bangladesh, arrivé comme demandeur d’asile politique en France en 2007, le caviste de l’enseigne CPH – La Grande Boutique du Vin de Châlons-en-Champagne participe avec toujours autant d’entrain depuis la 1e édition de l’événement. Récit d’une trajectoire de vie atypique.

Toujours souriant, enthousiaste et professionnel, Anthony Gomes est fidèle chaque année au speed-dating cavistes-propriétés organisé ce lundi 25 mars à Paris, comme depuis trois ans, par Terre de Vins. Mais avant de devenir caviste à CPH – La Grande Boutique du Vin de Châlons-en-Champagne (enseigne qui compte trois caves à Beaune, Châlons et Reims), ce sommelier de 38 ans a eu une autre vie. Jusqu’à ses 26 ans, il était commerçant au Bangladesh. Issu de la minorité catholique, le pays divisé par les Islamistes, il a dû fuir sa terre natale et demander l’asile politique à la France. C’est  ainsi qu’il a posé ses valises à Châlons-en-Champagne il y a maintenant douze ans.
 
Fraîchement débarqué en France, Anthony Gomes ne se laisse pas abattre. Diplômé d’un Bac+4 en commerce au Bangladesh, et déjà doté d’un excellent niveau d’anglais, il apprend en un an le français et passe son Bac en 2009. Hébergé dans la campagne de Châlons, au cœur d’un environnement viticole nouveau pour lui, Anthony Gomes se découvre une passion pour le monde du vin. « Je ne connaissais pas bien le vin, seulement un peu avec le catholicisme, mais c’est vraiment cette immersion sur place qui m’a donné l’envie »  explique-t-il. Sans hésiter, il s’inscrit en formation  technico-commerciale des vins et spiritueux au lycée viticole d’Avize, où il « apprend la culture du vin » et conforte son « envie de se construire un avenir dans ce domaine. »
 
Directement après la fin de sa formation en 2010, Anthony Gomes décroche un poste d’assistant chef sommelier au bar du prestigieux hôtel parisien Dokhan’s. Au contact du chef sommelier Mikael Rodriguez – aujourd’hui en poste à La Mamounia au Maroc -, il perfectionne sa connaissance dans tous les secteurs du vin. « En plus de me transmettre son savoir, il m’a amené avec lui partout sur le terrain pour rencontrer les vignerons,  ça m’a beaucoup plu et aidé à progresser » se souvient Anthony Gomes. Après trois ans de vie parisienne, le sommelier a l’envie de revenir en région. Une opportunité s’offre à lui lorsqu’il rencontre en 2013 Françoise Hoffmann, propriétaire depuis 2003 de l’enseigne CPH – La Grande Boutique du Vin, qui lui propose la responsabilité de la boutique de Châlons.
 
Un sommelier dans la cave

Créée en 2007, CPH – La Grande Boutique du Vin de Châlons est la plus récente des trois enseignes CPH. « Jusqu’en 2015, la sélection était opérée par un acheteur pour l’ensemble des trois boutiques » expose Anthony Gomes. Mais depuis cette date, « les personnes qui choisissent les vins, soit au un millier de références au total, sont celles qui sont dans les boutiques » complète Françoise Hoffmann. Depuis quatre ans, Anthony Gomes s’emploie donc à « dénicher des vins de vignerons peu connus, des vins de terroir, avec notamment un gros travail sur la biodynamie. » Pour trouver ces pépites de demain, il se déplace toujours sur le terrain, à la rencontre des hommes et femmes qui font le vin. « J’aime ces rencontres, et pouvoir retranscrire l’émotion et la philosophie du vigneron aux clients pour mieux les conseiller » raconte le caviste, toujours aussi passionné. En six ans, Anthony Gomes a considérablement fait évoluer la sélection de la cave. « Peu à peu, j’ai retiré les grandes maisons pour les remplacer par des vins magnifiques mais  plus confidentiels » expose-t-il. Et en matière de découvertes, Cavistes Dating lui offre depuis trois ans un extraordinaire gisement, le temps d’un jour, en un seul et même lieu. « Château Lamothe de Haux en Entre-Deux-Mers, Mas Becha, Domaine des Conquêtes, château Grand-Maison en Côtes de Bourg, château Gassier, Château Hostens-Picant…, tous les ans je trouve des domaines qui sortent de l’ordinaire à Cavistes Dating » se réjouit le caviste.

Suite à cette mutation de l’offre, « la clientèle de la cave s’est diversifiée et ça a aussi fait évoluer le chiffre d’affaires » constate Anthony Gomes, qui a également développé des dîners vignerons pluri-mensuels, au restaurant ou à l’office de tourisme de Châlons.