Pour la deuxième année consécutive, « Terre de Vins » a mis en lien direct ce lundi à Paris une quarantaine de grands cavistes français et une soixantaine de propriétés venues de tous les terroirs français, sur un principe original de speed-dating. La manifestation s’est clôturée à 17h sur un bel enthousiasme général.

Découverte, efficacité, convivialité. Voilà un trio qui résume à merveille l’esprit de « Cavistes Dating », speed-dating organisé ce lundi par Terre de Vins à Paris. Au total, plus de 400 rendez-vous en face-à-face se sont tenus sur la journée pour mettre en contact direct cavistes et propriétés, dans les étages du Cercle National des Armées, dans le 8e arrondissement de Paris. Avec, dès la mi-journée, les premières commandes déjà passées.

Croisés à la sortie de rendez-vous, bon nombre de cavistes ont spontanément mentionné l’« organisation ultra-professionnelle » de l’événement. « Du dîner de dimanche soir à cette journée de speed-dating, l’organisation est vraiment superbe. Le cadre est très beau, les vins servis à une température parfaite, la verrerie Riedel de grande qualité » notait Sébastien Carle, de « La Route des Vins » à Marseille. Et Romain Jouannais, de la Cave Spirituelle à Toulouse, de compléter / « je n’avais jamais fait de speed-dating, mais ce mode de rencontre me plaît. Le format et le timing avec les rencontres de 20 minutes sont bons, c’est très rentable. »

« Inverser le rapport de force »
Ce qui fait aussi tout l’intérêt de la manifestation, c’est cette démarche inversée, avec des vignerons qui viennent à la rencontre des cavistes, amenant leurs vins de table en table. « Le fait que ce soient les vignerons qui viennent vers nous prouve qu’ils ont vraiment envie de nous rencontrer » note Thierry Boguet, de la Maison du Champagne à Manosque (également en charge de la centrale d’achat de la Fédération des Cavistes Indépendants). Un constat partagé par Guillaume Delevallez, de la chaîne « Plaisirs du Vin ». « On n’est pas là à gratter à la porte des domaines. Avec ce rapport de force inversé, dans un lieu neutre, les masques tombent. Vous viticulteurs, vous avez besoin de nous, et nous cavistes, nous avons besoin de vous. Après avoir échangé, on ne se sent pas contraints, on a la liberté de choisir ou non telle ou telle cuvée, et de prendre les quantités que l’on veut. »

S’il a pu parfois en surprendre certains de prime abord, l’effet de surprise lors des rencontres en face-à-face n’est pas étranger non plus au charme de la manifestation. « S’asseoir et de ne pas savoir ce que l’on va déguster, c’est original et ça peut être un peu déroutant au départ. Mais au final, c’est une ouverture d’esprit très intéressante. Il y a une grande diversité de vins composant un véritable tour de France viticole. Cela permet de découvrir des choses vers lesquelles on ne serait pas forcément allés spontanément » expose Thierry Boguet. Déjà présente l’an dernier, la Toulousaine Valérie Anterrieu (La Boutique des Vins, La Boutique des Saveurs) pointait du doigt « la très belle sélection de vins en dégustation cette année, encore nettement montée en gamme par rapport à la première édition ».

Efficacité maximale
Une preuve s’il en faut que convivialité et efficacité ne sont pas incompatibles, c’est bien « Cavistes Dating ». A peine la pause déjeuner arrivée, que les premières commandes étaient déjà passées. Présent lors de la première édition, à nouveau au rendez-vous cette année, Anthony Gomes (CPH-La Grande Boutique du Vin Chalons-en-Champagne), a intégré dans la sélection de la cave les vins de quatre domaines rencontrés l’an dernier, et en a découvert deux nouveaux cette année qu’il ambitionne de faire rentrer rapidement. Même son de cloche du côté de David Morin, ex-chef de cave d’Hédiard, qui vient de créer sa cave (« La Cave de Villiers-sur-Marne », en banlieue parisienne). Après avoir intégré trois références l’an dernier, il avait déjà passé commande à ses coups de coeur de ce lundi.
Indéniablement présente côté cavistes, la satisfaction est aussi de mise chez les propriétaires ayant fait le déplacement pour participer au speed-dating. « Cavistes Dating est un gain de temps énorme pour nous. Aujourd’hui, on peut dire que j’ai gagné deux ans de travail grâce à ce speed-dating, expose en fin de journée Sylvie Courselle, du château Thieuley, à Bordeaux J’ai rencontré une belle diversité de cavistes, de régions, des chaînes, d’internet… Ils sont présents, face à nous, à l’écoute. » Au château d’Arche (Sauternes), Stéphane Rouveyol ne dit pas autre chose. Parmi ses sept rendez-vous de l’après-midi, déjà trois commandes passées. Belle moyenne !

Puisque, comme le dit le dicton, « jamais deux sans trois », rendez-vous en 2019 pour la 3e édition de Cavistes Dating à Paris. Mais avant ça, cap sur la 3e édition de « Sommeliers Dating », le lundi 14 mai 2018 à Paris.