Les exportations de vins et spiritueux français ont reculé de 7% sur les six premiers mois de 2014, en grande partie à cause de la baisse des ventes en Chine, en particulier de cognac et de vin, alors que le champagne s’en sort mieux.

Les ventes de vins et de spiritueux à l’étranger ont atteint 4, 8 milliards d’euros au premier semestre, en baisse de 7, 3% par rapport à la même période en 2013, a annoncé mardi dans un communiqué la Fédération des vins et spiritueux de France (FEVS).

« L’évolution du marché chinois est le premier (des facteurs) ; la reprise économique, qui se fait attendre à l’échelle mondiale, en est un autre », explique Christophe Navarre, président de la fédération, cité dans le communiqué.

Les ventes d’alcools forts souffrent particulièrement, reculant de 9% avec 22, 3 millions de caisses vendues pour 1, 5 milliard d’euros.

Le cognac, qui représente les deux tiers des ventes de cette catégorie, voit son chiffre d’affaires baisser de 12%, en raison de « l’effet Chine », commente la FEVS.

« Cette situation s’explique principalement par la poursuite de la « politique anti-extravagance » engagée par les autorités chinoises depuis le début 2013, qui impacte particulièrement les produits à très haute valorisation », explique-t-elle.

« La Chine représente à elle seule 30%, en valeur absolue, de la baisse du chiffre d’affaires constatée sur le premier semestre 2014 », ajoute le communiqué.

Cette situation touche aussi de plein fouet les vins (-12%), en particulier les exportations de bordeaux, qui chutent de 28%, après de très fortes progressions sur ces cinq dernières années.

Au total, 68, 2 millions de caisses de vin (-12%) ont été vendues, pour 3, 3 milliards d’euros (-7%).

Seuls les vins effervescents s’en tirent bien, tirés par les exportations de champagne (+6% en volume et +8% en valeur).