Sensation dans la citadelle de Saint-Emilion. Après avoir saisi le tribunal administratif, trois viticulteurs évincés du dernier classement déposent plainte contre X pour prise illégale d’intérêts.

Comment empêcher qu’un intérêt personnel puisse venir influencer, ou soit susceptible de le faire, les décisions prises par une personne dans le cadre de ses fonctions ? Le débat sur les conflits d’intérêts qui fait rage depuis plusieurs mois rebondit contre toute attente aujourd’hui à Saint-Émilion, l’un des terroirs d’exception de la viticulture girondine. La semaine passée, les propriétaires des Châteaux Croque-Michotte, Corbin Michotte et La Tour du Pin Figeac ont déposé plainte contre X pour prise illégale d’intérêts auprès du procureur de Bordeaux. Une décision mûrement réfléchie, prise après la publication au mois d’octobre dernier du nouveau classement des grands crus classés de Saint-Émilion, classement dont ils ont été évincés. Sur 96 candidats en lice, 82 avaient été admis.

Deux personnes visées

Dans leurs écritures, les plaignants mettent en cause deux des personnalités les plus en vue de l’appellation : Hubert de Boüard et Philippe Castéja. « Tous deux sont membres du comité national de l’Inao, l’Institut national de l’origine et de la qualité, souligne Me François de Contencin, l’avocat des trois viticulteurs. À ce titre, ils ont eu à la fois un pouvoir d’administration, de surveillance, d’approbation des opérations de classement. À notre connaissance, ils ne se sont jamais abstenus de participer aux délibérations essentielles. »

Ancien président du Conseil des vins de Saint-Émilion, président du groupement des premiers grands crus classés, Hubert de Boüard est l’un des gagnants du classement 2012. Château Angélus, dont il est copropriétaire, a rejoint les premiers grands crus classés A, le nec plus ultra des saint-émilion. Et les sept domaines qu’il conseille ont été promus ou maintenus. Idem pour le Château Trotte Vieille, propriété de Philippe Castéja, qui reste premier grand cru classé après avoir fusionné avec le Château Bergat, seulement grand cru classé.

Les deux hommes ne sont pas, loin s’en faut, les seuls à tirer profit du nouveau palmarès. Ce dernier entérine une augmentation sensible des surfaces classées de l’appellation. De 1996 à 2012, elles ont bondi de 800 à 1 300 hectares, le nombre de châteaux distingués passant de 68 à 82. De quoi ramener, pensait-on, le consensus dans les chais. Il y a quelques mois, au moment de dévoiler le tout nouveau classement, Jean-Louis Buër, le directeur de l’Inao, ne cachait pas son optimisme. « Notre souci était d’être objectif, de ne pas prêter le flanc aux attaques juridiques. » Il se trompait.

Révisé toutes les décennies, le palmarès des vins de Saint-Émilion fait l’objet de contestations depuis plusieurs années. En 2009, la cour administrative d’appel de Bordeaux, saisie par cinq propriétaires de crus déclassés, avait annulé le classement promulgué en 2006. Motif invoqué : la procédure de dégustation favorisait les crus déjà classés et portait atteinte à l’indispensable égalité de traitement entre les candidats. Un sacré fiasco. Mais, au regard des retombées économiques générées par ce classement, il n’était pas pensable de tout laisser tomber.

Nouveau règlement

Revisité, le règlement impulsé par Hubert de Boüard et Jean-François Quenin, l’actuel président du Conseil des vins de Saint-Émilion, comportait deux nouveautés de taille. La création d’une commission de classement composée de sept personnalités extérieures à la région bordelaise et la désignation, à l’issue d’un appel d’offres, d’organismes certificateurs chargés d’examiner les propriétés et de goûter les vins. La grille de notation comprenait quatre critères : dégustation, notoriété, terroir et visite des crus.

Plusieurs enquêtes réalisées dans la presse du vin ont révélé les sourdes luttes d’influence ayant présidé à la rédaction de ce règlement. Les premiers grands crus classés, les plus connus, avaient obtenu un traitement de faveur, la dégustation ne comptant que pour 30 % dans la note finale au lieu de 50 % pour les grands crus classés.

Établissement public placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, l’Inao a joué un rôle déterminant dans la procédure. Les membres de la commission de classement appartiennent ou ont appartenu au comité national de l’Inao, où siègent Hubert de Boüard et Philippe Castéja. Cette proximité participe-t-elle d’une prise illégale d’intérêts ? C’est désormais à la justice pénale de dire si Pierre Carle, le propriétaire de Croque-Michotte, a raison quand il soutient que « les dés étaient pipés ».

Dominique Richard

— Auteur

La rédaction

Commentaires (7)

Commenter
  • classement
    • 22 avril 2013
    • 12H11

    Tous les détails sur saintemilion.classement.over-blog.com

  • mauss
    • 22 avril 2013
    • 12H32

    On pouvait s'attendre à d'autres motifs de contestation.

    Cela semble effectivement à surfer sur une actualité récente.

    Est-ce à dire que les autres motifs éventuels de contestation n'étaient pas aussi solides qu'on pouvait le prétendre ici ou là ?

  • cote
    • 23 avril 2013
    • 09H04

    (quel pub pour les grands du vin) . dans les autres appellations ce problème ne se trouve pas car tous les viticulteurs sont tous dans la mène situation avec du travail bien fait, ils n ont pas le temps de ce battre en justice et l' argent non plus;

  • Mathieu Doumenge
    • 24 avril 2013
    • 09H42

    Monsieur Mauss, effectivement c'est une question à soulever.

  • Lu Carle
    • 26 avril 2013
    • 15H30

    Nos motifs de contestation sont solides dans les deux domaines, administratif et pénal. Nous avons toutes les preuves matérielles nécessaires aussi bien dans le domaine de la technique que dans le domaine du droit. Et c'est en menant les recherches nécessaires à notre défense (devant le tribunal administratif) que nous avons trouvé de nombreux documents officiels ; nous avons ainsi découvert une situation pire que nous aurions pu l'imaginer. Nous sommes prêts à répondre à vos questions si vous le souhaitez.

  • cheap wedding dresses
    • 06 juillet 2013
    • 21H45

    Your content deserves as much credit as is humanly possible. I hope you continue to write on this informative topic. I’m looking forward to more. cheap wedding dresses http://incomeback0.xanga.com/773439615/alluring-excellent-females-get-together-clothes--social-gathering-outfit-unique-codes/

Pour laisser votre avis sur cet article Connectez-vous et rejoignez la communauté TERRE DE VINS

Se connecter Créer un compte