Pierre-Jean Villa (photos F. Hermine)
Pierre-Jean Villa (photos F. Hermine)

Pierre-Jean Villa et Romain Decelle sont désormais à la tête du plus vieux domaine de Chavannay racheté en 2017. La cure de jouvence a commencé par les vins qui bénéficieront dans quelques mois d’une nouvelle cave ultra moderne.

Avec 14 ha en Condrieu, Cote Rôtie, Hermitage, Saint Joseph et depuis 2009, à Seyssuel, Pierre-Jean Villa avait de quoi se faire plaisir sur un domaine à taille humaine et sans achat de raisin mais ses enfants arrivant sur le domaine, il a cherché à racheter des parcelles et a quasiment doublé de surfaces. Le vignoble de Boisseyt d’Agnes et Didier Chol, il le connaît bien, il est né en face. Donc quand le plus vieux domaine de Chavannay et ses 11 ha de Condrieu, Côte Rôtie et Saint Joseph est mis en vente, il ne réfléchit pas longtemps. Il en parle à son ami Olivier Decelle avec qui il a déjà une affaire bourguignonne Decelle-Villa et qui vient de vendre deux châteaux bordelais – Haut-Bailly et Haut-Maurac. Il ne réfléchit pas très longtemps non plus d’autant que son fils Romain prend la relève et cherche une autre expérience de vigneron hors Bordeaux. « Les autres candidats au rachat ne s’intéressaient qu’aux vignes ; nous étions la seule candidature locale, nous voulions garder la structure et j’avais un lien affectif avec ce caveau qui est une institution au bord de la nationale et ou ma mère avait travaillé en 1967, et où j’ai passé mon enfance à venir traîner pendant les vinifications. Ce n’est pas le mieux disant qui l’a remporté mais une connivence familiale naturelle ».

Nouvelle gamme et bientôt nouveau caveau

Après le rachat en 2017, Pierre-Jean s’est attaché à offrir un coup de jouvence au domaine qui reste une maison à part entière. Avec Romain, ils suppriment les entrées de gamme, changent les habillages surannés, réduisent quelques participations aux multiples salons (pas DVR bien sûr). « Les vignes étaient bien tenues mais très conventionnelles donc une parcellisation était indispensable surtout avec des maturités très différentes » et la conversion bio a été lancée en parallèle au domaine des Villa. Des locaux ont été rachetés l’an dernier en face du caveau Bouysset pour tout reconstruire. Une cave de 3200 m2 est prévue avec bâtiments de vinification et de stockage, grand parking, un lieu de réception avec salon VIP dans le caveau actuel qui profitera d’une grande baie vitrée en conservant la belle charpente des années 20, à l’identique de la gare de Lyon Perrache. Au dessus des bureaux, quelques chambres pour les clients et derrière la cave, des jardins pour accueillir des apéritifs aux beaux jours. « Nous avons voulu garder l’esprit usine du début 20e mais nous sommes conscients que nous allons perdre une partie de la clientèle traditionnelle du caveau et des salons qui devra être compenser par l’export » reconnaît Pierre-Jean. Fort de sa notoriété d’excellent vinificateur, le vigneron rhodanien sert de mentor à Romain (photo ci-dessous) et le domaine en plein renouveau ne devrait pas manquer de commandes.

On a aimé : (tous les vins vinifiés par Pierre-Jean et Romain en 2017)

Crozes-hermitage Horizon (18€), 100% roussanne pour mieux différencier la cuvée du saint-joseph blanc Les Garipelées (22€), moitié roussanne-moitié marsanne, le premier floral sur les fruits blancs, le second sur l’amande grillée et l’aubépine avec une pointe fumée.

Condrieu Les Corbonnes au-dessus de Chavannay aux arômes de fruits blancs, frais et minéral sur une pointe d’eucalyptus et de beaux amers (37€)

Saint-joseph rouge Les Garipelées sur une parcelle escarpée et désertique, sur des arômes de barrique et fruits noirs, très épicé avec des tanins enrobés.(25€)

Dans les parcellaires (en brut de cuves), Izéras en Saint-Joseph rouge, une nouvelle cuvée à base de vielles serines, plus en finesse sur des fruits rouges et des épices douces et des tanins souples (32€), Les Rivoires en Saint-Joseph rouge, délicat et velouté sur des fruits rouges et des notes de violette (22€), et Côte Rôtie Côte Blonde sur les fruits noir, les épices douces et des tanins enrobés (80€).