(photo AFP)
(photo AFP)

Lors de sa longue visite, samedi 23 février, au Salon International de l’Agriculture, le président de la République Emmanuel Macron a abordé de nombreux sujets, de la Politique Agricole Commune européenne au mal-être des agriculteurs français. Il a aussi voulu tracer des perspectives pour la filière vin.

C’est un passage obligé et un exercice d’équilibriste pour tous les présidents de la République. Emmanuel Macron s’est plié, pour la deuxième fois depuis son arrivée à l’Élysée, à la visite inaugurale du salon International de l’Agriculture ce samedi 23 février. Resté plus de quatorze heures sur le site de la Porte de Versailles, le chef de l’État a slalomé entre les stands comme le veut l’usage, mais a aussi pris la parole sur de nombreux sujets sensibles. Affirmant « ne rien ignorer des difficultés du quotidien » auxquelles sont confrontés les agriculteurs français, Emmanuel Macron a orienté son discours vers une vision européenne de l’agriculture – les élections du 23-26 mai sont en ligne de mire.

Appelant à « réinventer » la Politique Agricole Commune (PAC), il a défendu « la souveraineté alimentaire, environnementale et industrielle » du continent européen, soulignant que « la nourriture ne sera jamais une marchandise comme les autres […] L’Europe agricole aujourd’hui est menacée de l’extérieur », face aux grandes puissances comme la Russie, la Chine ou les Etats-Unis, mais aussi « de l’intérieur ». Emmanuel Macron a également appelé les agriculteurs européens à devenir « les premiers militants de la transition écologique […] Une part significative de la politique agricole commune (PAC) doit être consacrée à l’environnement ». Selon lui, la France doit être aux avant-postes de cette transition, à commencer par la filière vin.

Pour le président de la République, que l’on sait très concerné par le sujet du vin, le vignoble français peut ainsi devenir « le premier vignoble sans glyphosate du monde ». Il précise : « quand je regarde le vignoble français, je pense que nous pouvons faire le premier vignoble du monde sans glyphosate, dans 80% des cas cette transition va d’ailleurs s’effectuer ». Il y a quelques semaines, le Roundup Pro 360, produit à base de glyphosate et considéré comme « cancérogène probable » par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), a été interdit par la justice française.

Avec AFP