Certifié en Agriculture biologique, ce domaine qui propose des vins en AOC Costières de Nîmes reçoit, pour sa politique développement durable le prix de la Dynamique agricole 2016 remis par la Banque populaire.

C’est sur l’une des plus belles routes du département du Gard, depuis une colline dominant la Camargue, que s’épanouissent les vignes du Château Beaubois. Mercredi 20 janvier, ce domaine, situé en AOC Costières de Nîmes (90% de la production) et IGP Pays d’Oc (10%), reçoit de la Banque populaire un prix qui récompense la politique environnementale mise en place par les vignerons Fanny Molinié-Boyer et son frère François Boyer. Quatrième génération familiale de viticulteurs sur des terres exploitées depuis le XIIIe siècle, la fratrie a, dès son arrivée aux destinées du domaine, mis l’accent sur le soin environnemental apporté aux cultures.

« Nous avons d’abord souscrit à la charte Terra Vitis en 2001 avant d’obtenir une qualification en agriculture raisonnée en 2004″, explique Fanny Molinié-Boyer. C’est en 2009, que Château Beaubois obtient sa certification Bio avant de devenir, dans le département du Gard, la première entreprise viticole à décrocher le 3e niveau de certification Haute valeur environnementale (HVE), une qualification attribuée depuis la fin de l’année 2014 par le ministère de l’Agriculture.

« C’est une question de philosophie et de correspondance à une demande du marché », poursuit la vigneronne. « On a demandé à nos parents de faire du conventionnel, alors il l’ont fait. C’est particulièrement vrai à l’étranger (45% du chiffre d’affaires du domaine est réalisé à l’export contre 40% dans le reste de l’AOC Costières de Nîmes, ndlr), notamment dans les pays du Nord, la démarche environnementale recouvre une importance commerciale », précise celle qui produit 3500 hl sur les 55 hectares de sa propriété. Dans la gamme de douze vins produits, le rouge est majoritaire (52% de la production) loin devant le blanc (15%) et le rosé (33%). « Depuis huit ans, notre production de rosé fortement augmenté. Nous sommes d’ailleurs rapidement en rupture. Pour autant, cette répartition nous semble un bon équilibre », analyse Fanny Molinié-Boyer qui sera présente au Salon Millésime Bio de Montpellier du 25 au 27 janvier.

Proposées sur de belles tables (comme le restaurant Chez Alexandre, 2 étoiles), les cuvées de Château Beaubois sont « des vins, et ce n’est pas péjoratif dans ma bouche, passe-partout sur une viande comme du poisson », décrit Alban Barbette, sommelier du restaurant le Skab à Nîmes. « Nous proposons deux blancs et deux rouges. Ce sont des vins pas trop taniques et élégants qui proposent de belles acidités. »