Les cris de joie entendus samedi à Bonn résonnent encore à Reims, Epernay, Hautvillers… Toute la Champagne célèbre d’ailleurs le « Oui » de l’Unesco. Euphorique, unie et fière de cette reconnaissance au Patrimoine mondial de l’humanité.

En direct depuis Bonn samedi à 17 h 52, l’Unesco a dit oui au classement des « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne » au Patrimoine mondial de l’humanité. Une formidable nouvelle célébrée encore hier par des milliers de Champenois, invités à faire sauter les bouchons à Reims, Epernay ou dans les villages marnais.

A Hautvillers, là où Dom Pérignon exerça comme cellérier de 1668 à 1715, le public apprécia fanfare et confrérie de Saint-Vincent, discours, différé depuis Bonn… Mais aussi les dégustations commentées d’une Champagne unie (Vallée de la Marne, Côte des Blancs, Montagne et Reims et Côte des Bar).

La fin ? Non, le début

Enfin, c’est donc fait. Portée par la dynamique association « Paysages du Champagne » que préside le vigneron Pierre Cheval, la candidature champenoise aura rallié depuis 2008 vignerons, partenaires, élus, grand public… soit 53 000 ambassadeurs déclarés !
Est-la fin d’un processus aussi lourd et complexe que le dossier présenté (plus de 30 kg, 7000 pages, vidéos et cartographies) ?
Non car tout commence justement, tout un travail de préservation et de promotion.

La Champagne (et pas seulement marnaise), mondialement connue pour ses bulles, va-t-elle attirer davantage de touristes sur le terrain avec ce classement ? « Par comparaison avec les autres sites inscrits, on peut penser que l’augmentation sur l’ensemble de la zone sera de 20 à 30 % », précise Pierre Cheval, « mais ce que l’on souhaite avant tout c’est la fréquentation de touristes de qualité qui cherchent à connaître, à savoir, plutôt qu’un tourisme de masse ».

Des projets émergent-ils déjà pour accueillir davantage le public ou les professionnels ? « Oui, ils se mettent en place progressivement », confirme le président de Paysages du Champagne, « une opération collective appelée « Destination Champagne » est déjà menée à l’initiative de l’État, du ministère et des professionnels du Tourisme, des élus locaux et professionnels de la filière … Tous vont travailler à la formulation de propositions ».

S’ouvrir davantage

« Terre de Vins » reviendra sur ces challenges, qui mobiliseront le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC), le Parc naturel régional de la Montagne de Reims, les collectivités locales et bien entendu les acteurs de la filière vitivinicole. Celles et ceux qui exportent les bulles reines partout dans le monde, mais que l’on peut aussi rencontrer sur place.

C’est l’un des défis de demain que ce classement doit logiquement commander : ouvrir davantage la Champagne au public. Montrer aux visiteurs que l’effervescence, si magique dans le verre, l’est aussi dans les coteaux et sous terre.

Dans le secteur de l’oenotourisme, des lacunes devront être comblées. « La Champagne est en effet en retard par rapport à d’autres régions touristiques équivalentes », reconnaît Pierre Cheval, « trois projets de grande qualité sont en train de se préparer. C’est le début d’une large action d’investissement touristique ».

Circuit photo : « La main de l’homme et la vigne »

L’après Unesco est finalement déjà en marche. Pour preuve l’exposition photo « La main de l’homme et la vigne », inaugurée hier à Hautvillers. Elle met en valeur le travail des vignerons et ouvriers viticoles, mais aussi les paysages uniques de Champagne. Ce circuit de 15 panneaux grand format, implantés entre Cumières et Mareuil-sur-Aÿ (site pilote de la candidature de l’Unesco) reste en place tout l’été 2015. Les clichés de Carine Charlier rejoindront ensuite d’autres communes intéressées.

www.paysagesduchampagne.fr
clic-et-plume.com

LÉGENDE PHOTO D’OUVERTURE 1 : Au même titre que les pyramides de Gizeh, la Grande Muraille de Chine ou le vignoble de Saint-Emilion, les paysages de Champagne sont désormais classés au Patrimoine mondial de l’Unesco. Ici les coteaux d’Hautvillers.

LÉGENDE PHOTO 2 : Toutes les régions étaient dégustées à Hautvillers. Ici l’Aube avec Geoffrey Orban spécialiste des terroirs, les Champagnes de Vignerons et le lycée viticole de Champagne (Avize).

LÉGENDE PHOTO 3: Le circuit photographique « La main de l’homme et la vigne » est visible tout l’été 2015 (ici la taille). A exporter partout en Champagne ! Crédit Photo : Carine Charlier