(Photo JC Gutner/CIVC)
(Photo JC Gutner/CIVC)

Le Comité Champagne a annoncé les décisions de la vendange 2018. Rendements identiques, mais les vignerons pourront facilement reconstituer des réserves, bien amputées ces dernières années. La quantité de raisin est considérable dans les vignes, et pose plus que jamais la question de la main d’œuvre.

Les décisions de vendanges sont tombées. Réunis au sein du CIVC, le Syndicat des vignerons et l’Union des Maisons de Champagnes se sont mis ce matin d’accord sur les rendements de la vendange 2018. Pour réaliser cet exercice, l’interprofession regarde le potentiel agronomique de l’année aussi bien que les ventes. Or le marché français reste prudent (pas d’effet Coupe du Monde ou reprise économique) et l’export est dynamique mais dominé par des marchés incertains (USA ; Grande-Bretagne).

Cet « optimisme prudent » se traduit par un rendement annuel autorisé à 10800 Kg/ha, identique à l’année dernière.

Nouveauté en revanche au niveau de la réserve. Spécificité champenoise, il s’agit d’une quantité de vin bloquée, strictement contrôlée, qui permet aux vignerons champenois d’avoir dans leurs chais plus d’une récolte d’avance en cas de coup dur. Or 2016 et 2017 n’ont pas épargné les producteurs (gel, grêle, orage et maladies juste avant les vendanges) qui ont fait appel à cette réserve pour compenser le manque de raisin dans les vignes et maintenir leurs ventes.

Or cette année, la nature est généreuse en Champagne. Les vignes, couvertes de raisin, présentent à ce jour un potentiel qualitatif et précoce. Avec dérogation de l’INAO, les instances champenoises permettront donc cette année de reconstituer la réserve de façon plus rapide qu’en temps normal, avec pour les plus découverts et qui en ont le potentiel, l’autorisation de recharger jusqu’à 4700 Kg/ha, soit le plafond maximal du cahier des charges de l’appellation. Une approche qui va permettre, au vu du choix, de sélectionner les meilleurs raisins.

150 000 personnes pour les vendanges !

Ceci se traduit par une importante quantité de raisin à rentrer. « Les vignerons vont pouvoir un peu allonger les dates de vendanges, mais il va surtout falloir 30 à 40 % de vendangeurs et pressureurs en plus, analyse Maxime Toubart, président du Syndicat général des Vignerons, soit 150 000 personnes pendant les vendanges ! [NDLR : la vendange est entièrement manuelle en Champagne].

Or le vendangeur est devenu une denrée rare. La perspective de vendanges précoces (prévues de démarrer autour du 25 août – la cinquième vendange démarrant en août depuis 15 ans) ne fait qu’attiser le phénomène. « En 40 ans de vendanges, c’est la première fois que c’est moi qui appelle mes anciens saisonniers, s’exclame une vigneronne de la vallée de l’Ardre. Et chez les voisins c’est pareil. On ne sait pas comment faire pour trouver des vendangeurs ! ».

En cette fin juillet, Pôle Emploi est sur le pied de guerre pour courtiser les cueilleurs potentiels. Mails répétés aux inscrits promettant « Trouvez un poste en moins de 5 minutes sans CV » ; antenne installée en gare ; aménagement des horaires, voire mise en place de trains spéciaux pour faciliter la logistique des vendangeurs, etc. Côté offres privées, un groupe public Facebook « Vendanges & Emplois en Champagne » a vu le jour (10 300 membres, 21 publications aujourd’hui) tandis que Le bon coin et Job Rapido font le plein d’offres.

Politique à présent : le président des vignerons signe aujourd’hui avec le département de la Marne un communiqué assurant « aux bénéficiaires du RSA qu’ils peuvent cumuler la paye des vendanges sans crainte de perdre leurs minimums sociaux . » Et il fustige les « 14 démarches administratives nécessaires pour embaucher un vendangeur ».

Tout est fait pour courtiser la main d’œuvre locale, car à défaut, les vignerons se tourneront de plus en plus vers les sociétés de services qui proposent des prestations « clé en main » avec du personnel issus d’autres pays européens… dommage pour un produit de luxe comme le champagne !

Ci-dessous : un appel est lancé vers les étudiants. Cette vendange précoce se déroulera avant la reprise des cours ! (Photo JC Gutner / CIVC)