La vente aux enchères d’une collection privée de plus de 1 300 bouteilles du Domaine de la Romanée-Conti a atteint dimanche un total de 10,2 millions d’euros. 1 363 bouteilles, 158 magnums et trois jéroboams, issus de la cave personnelle d’un collectionneur européen, étaient mis en vente à Genève par Baghera Wines.

Michael Ganne, directeur de Baghera Wines, maison spécialisée dans les ventes aux enchères de vins fins, est le premier surpris du succès de cette vente : « Je ne m’attendais pas à ce niveau de prix sur certains lots », a-t-il souligné.
Le lot 174 de la vente, un ensemble de douze bouteilles de Romanée-Conti allant de 1937 à 1991, a été le plus cher de la vente. Alors qu’il était estimé entre 100 000 et 166 670 euros, il a finalement été adjugé à 486 600 euros tandis que le rejoignaient sur le podium des lots les plus onéreux le lot 173 (trois magnums de Romanée-Conti 1934, 1953 et 1971, estimés à entre 41 670 et 83 330 euros et partis pour 217 000 euros) et le lot 195 – 15 bouteilles de Montrachet – qui a trouvé preneur à 195 800 euros.
Selon Michael Ganne, les acheteurs étaient « pour 70% asiatiques et 15% français ».
Le vendeur souhaitait rester anonyme mais tous les vins provenaient d’une « seule cave privée européenne », d’où le nom de cette vente : « The secret cellar of an European collector » (« La cave secrète d’un collectionneur européen »). En effet, dans la cave de ce collectionneur s’en trouvait une autre, dissimulée, dont lui seul et son épouse connaissaient l’existence et où étaient entreposés « les vins les plus prestigieux et les plus recherchés » parmi lesquels les bouteilles du Domaine de la Romanée-Conti.