Philippe Faure-Brac a pris le temps de déguster quelques vins, notamment avec Jocelyn Raoux, avant d'animer une conférence sur le thème de la neurœnologie.
Philippe Faure-Brac a pris le temps de déguster quelques vins, notamment avec Jocelyn Raoux, avant d'animer une conférence sur le thème de la neurœnologie.

Depuis dimanche, venus de France ou d’ailleurs, de nombreux sommeliers cherchent les nouveaux talents de la viticulture méditerranéenne ou bien la confirmation de vignerons déjà bien installés. Dans les allées du salon montpelliérain, trois d’entre eux évoquent les cuvées qui les ont séduits.

Tout juste arrivé et concurrençant un candidat en pleine campagne électorale tant de mains étaient à serrer, Philippe Faure-Brac, Meilleur sommelier du monde 1992 et président de l’Union de la sommellerie française, s’est offert une courte pause du côté de la nouvelle vague. Le temps de déguster les cuvées de Jocelyn Raoux, jeune vigneron installé à Lirac qui présente sur le salon son troisième millésime. « J’ai découvert avec beaucoup de plaisir la cuvée Aimé 2016, assemblage de grenache à 75% et de syrah issus de vigne presque exclusivement situées sur une zone de galets roulés. Un vin qui a un toucher de bouche extrêmement soyeux. Beaucoup de franchise aromatique et une texture sans lourdeur. Un vin à laisser évoluer pendant 3 à 4 ans pour qu’il atteigne sa pleine maturité mais qui offre dès à présent beaucoup de plaisir et qui peut accompagner des petites caillettes aux herbes ou une pièce d’agneau rôtie soulignée de notes méditerranéennes. »

Du Pont du Gard à Saint-Chinian

Venue pour sélectionner les vins qu’elle a l’intention de proposer dans sa future boutique à Alès, Sandra Martinez a choisi de naviguer entre Gard et Hérault. « Mon coup de cœur va à la cuvée La garrigue 2015, un coteaux du Pont du Gard signé Claudine Vigne où le grenache, très largement majoritaire est assemblé avec de la syrah. Un vin de fruits légèrement compotés au grain très fin. La finale en bouche est marquée par des arômes de groseille, des notes d’agrumes et une pointe de salinité. Tout cela lui confère une belle fraîcheur et en fait un vin de plaisir que j’associerai à de la viande de bœuf travaillée avec des épices et cuite au barbecue. La cuisine asiatique, à l’image d’un tataki de viande voire de thon rouge peut aussi lui convenir. »

Ci-dessous : Sandra Martinez a beaucoup dégusté afin de préparer au mieux l’ouverture prochaine de sa cave.

Changement de région et de couleur avec un vin blanc produit à Cébazan sur l’appellation Saint-Chinian. « La cuvée Montmajou 2016 du domaine Les Eminades associe grenache blanc et marsanne issus d’une zone calcaire sur les hauteurs de ce village. Au nez, il révèle notamment des notes de pierre à fusil que l’on retrouve en finale sur la bouche. Un assemblage qui passe onze mois en barrique dans le cadre d’une élevage sur lie. Des notes florales associées à une belle tension aromatique en font un vin que j’ai envie de boire en accompagnement de noix de Saint-Jacques snackées et plus encore avec des asperges servies avec une mousse au citron soulignée de safran. »

Vacances studieuses

S’il débute tout juste ses vacances, Gabriel Angermaier, chef sommelier du restaurant étoilé Jérôme Nutile, à Nîmes, n’a pas pour autant manqué le rendez-vous montpelliérain. Et pour lui, direction le domaine Haut-Blanville situé à Saint-Pargoire. « Il est dans la zone des grès de Montpellier mais ne peut prétendre à l’appellation avec ce blanc que je découvre pour la première fois alors que les rouges sont présents à notre carte. En IGP Pays d’Oc, il est le fruit de quatre cépages : chardonnay, viognier, sauvignon et roussanne. Élevé 6 à 8 mois en barrique mais jamais sur des fûts neufs, il libère des arômes de fleurs blanches, de pèche de vigne. Vif, à la fois rond et moelleux, il a une connotation saline en fin de bouche et accompagnerait à merveille un plat du chef, un blanc de turbot sauvage de ligne coiffé de calamars, ragoût de coquillages et endive liée à la crème de lard paysan. »

En rouge, le jeune sommelier vainqueur du challenge Sud de France de la sommellerie en 2016 prend la direction des Terrasses du Larzac et fait une pause au domaine La réserve d’O de Marie et Frédéric Chauffray. « La cuvée porte simplement le nom du domaine. Elle est composée de syrah, cinsault et grenache. Un vin tout en finesse au fruit éclatant et précis. Je retrouve un vrai vin sudiste mais avec une touche bourguignonne dans la finesse et l’élégance dues à l’influence de la fraîcheur. Notes réglissées et de garrigue sont soulignées par une touche tannique soyeuse. A servir avec une aiguillette de pluma Ibérique marinée au piment doux des Cévennes puis juste snackée, tartelette de butternut caramélisé, émulsion noisette. Un plat très subtil présenté avec un jus corsé légèrement épicé. »

Ci-dessous : Gabriel Angermaier a partagé sa journée de visite entre dégustations de vins régionaux et étrangers.