En pleine accélération depuis deux ans et demi, la maison de champagne Jeeper a choisi Bordeaux, hier soir, pour dévoiler aux professionnels sa cinquième cuvée, un Premier Cru qui vient joliment s’intégrer dans la signature de la gamme.

Ce n’est ni à Reims, ni à Épernay, ni même à Paris que Jeeper a choisi de lancer sa nouvelle cuvée, mais à Bordeaux, « une ville qui témoigne un intérêt de plus en plus fort pour le champagne », souligne le directeur export Samuel Ferjou. Rachetée en 2009 par Myriam et Nicolas Dubois (nous vous en parlions déjà lors de Vinexpo 2015), cette marque surfe sur un marketing malin et une belle qualité d’ensemble pour trouver progressivement sa place sur un marché du champagne déjà fort concurrentiel. Le marketing, c’est d’abord l’idée de s’appuyer sur un nom atypique, Jeeper, sur une forme de bouteille originale, et sur des cuvées déclinées comme autant de « codes couleurs différents » ; la qualité d’ensemble, c’est l’attention portée à chaque cuvée issue des quelque 42 hectares en exploitation et disséminés entre Montagne de Reims et Côte des Blancs. La « signature Jeeper », comme le rappelle Samuel Ferjou, c’est d’abord « des vins à dominante de chardonnay, partiellement élevés sous bois, des fûts rachetés à Meursault, jamais de bois neuf, pour obtenir du crémeux et de l’élégance, sans marquage du bois ».

La ligne directrice se retrouvait déjà dans les quatre premières cuvées mises en marché : un Grand Assemblage (vert) de belle facture, une Grande Réserve (jaune) 100% chardonnay taillée pour la gastronomie, un rosé (rose) délicat, et un Extra Brut bio (blanc) qui prend tout le monde à contrepied avec ses 70% de pinot noir et sa vinosité saillante.

La déclinaison se poursuit aujourd’hui en rouge avec le lancement de la cuvée Premier Cru. Un assemblage de cinq villages (Villedommange, Sacy, Ecueil, Jouy-les-Reims, plus Vertus en Côte des Blancs), 80% chardonnay, 18% pinot noir, 2% pinot meunier, un élevage de deux ans en fûts et quatre ans sur lattes. Dans le verre, un nez de pêche mûre, de jasmin, une touche beurrée, délicatement vanillée ; une bouche très crémeuse, bulle fine, élégance, fraîcheur, avec de la mâche, de la persistance et une finale sur la badiane et l’anis étoilé. C’est un très joli champagne tout en équilibre, taillé pour accompagner une langouste ou des coquilles saint-jacques (90 € prix public).

Prochaine étape pour Jeeper : le lancement l’an prochain de la cuvée Grand Cru, pour compléter la palette de couleurs et d’arômes de cette jolie maison à suivre.

www.champagne-jeeper.com