L’association Primum Familiae Vini (PFV) qui regroupe 12 entités viticoles familiales prestigieuses vient d’annoncer le lancement d’un tout nouveau prix qui récompensera le dynamisme d’une structure familiale, modèle d’entreprise plus que jamais d’actualité.

Pas d’inquiétude. Si jamais vous n’avez jamais entendu parler de PFV, c’est (presque) normal. Cette association est largement méconnue du grand public. Son origine est liée à l’idée commune de Miguel Torres et Etienne Hugel en 1991 de rassembler des familles ayant réussi à faire vivre et rayonner, parfois depuis plusieurs siècles, des domaines ou des groupes viticoles en portant des valeurs fortes et souvent identiques : indépendance, respect d’un héritage ancestral, transmission… 12 maisons familiales sont membres de PFV, parmi lesquelles Egon Müller, Joseph Drouhin, le domaine Clarence Dillon ou bien encore le champagne Pol Roger. “Ensemble, elles représentent 2500 ans d’expérience familiale” rappelle Christophe Brunet, le Secrétaire Général de PFV. Autant dire qu’elles sont la preuve de la puissance des groupes familiaux et de l’importance des savoirs qu’elles peuvent partager. En novembre 2019, à l’occasion d’un dîner exceptionnel donné par l’association à New-York, une étude du cabinet de stratégie McKinsey a été présentée, mettant en lumière certaines réalités propres à ces entreprises familiales. Et notamment que les entreprises familiales sont responsables de 85% du PIB mondial et qu’elles investissent un pourcentage de revenus plus élevé dans la Recherche e& Développement que les entreprises non familiales. Pour autant, seulement 16% des entreprises familiales survivent jusqu’à la deuxième génération. De la prise de conscience de ces forces et faiblesses est alors née une envie, celle de créer un prix destiné à soutenir et encourager l’artisanat familial. Une idée qui était évoquée depuis plusieurs années mais jamais concrétisée. Et alors que les membres de PFV avaient imaginé créer un jour un prix pour une entreprise viticole familiale (70% des entités viticoles dans le monde sont familiales), le lauréat pourra finalement être issu de n’importe quel domaine d’activité à condition de respecter, bien sûr, le cadre strict défini.

De l’argent, oui, mais aussi et surtout de l’accompagnement

Les entreprises familiales qui souhaiteraient postuler à ce prix peuvent déposer leur dossier de candidature entre le 1er juillet et le 30 octobre 2020. Et Christophe Brunet de préciser : “le prix sera décerné à une entreprise familiale avec un dossier exemplaire et qui aura présenté un nouveau projet qui démontre la durabilité, l’excellence, l’innovation et la transmission d’expérience et de savoir-faire à travers les générations. Nous espérons identifier des personnes et des entreprises familiales qui cherchent à apprendre, perfectionner, transmettre et célébrer les compétences et la passion qui ont façonné et inspirent chaque jour, la vie des douze familles”. Chaque famille aura un membre dans le jury dont les délibérations permettront de pré-sélectionner 5 dossiers qui seront annoncé en fin d’année. Le gagnant sera pour sa part désigné en mars 2021. Avec un prix de 100 000 € à la clé pour le projet présenté et surtout un accompagnement pendant un an par les membres de PFV pour sa mise en œuvre. “Un prolongement évident de ce qui anime les PFV lors des grandes réunions annuelles. L’an passé, ce sont 130 membres de 4 générations des 12 familles qui se sont réunies, favorisant un incroyable partage d’expérience” confie Christophe. Avec un calendrier de lancement post-COVID fortuit mais finalement parfait compte tenu des difficultés supplémentaires récemment éprouvées par le monde économique. Et surtout, le prix s’annonce comme un très beau symbole. 30 ans après la naissance de PFV, la mise en lumière des entreprises familiales et de ce qu’elles peuvent apporter au tissu économique, est plus que jamais d’actualité.

www.pfv.org