« Mais vous êtes plus têtu que moi ! » Adressé au photographe venu faire ce reportage, ce compliment est d’Alfred Tesseron, le propriétaire de Pontet Canet. Lancée après trois minutes d’une riante incompréhension entre l’homme d’image et le viticulteur, cette petite phrase en dit cependant long sur le caractère de ce dernier. Quelques instants suffisent en effet pour saisir qu’Alfred Tesseron n’est pas du genre à prendre une voie qu’il n’a pas choisie. Ce n’est donc pas un hasard si Pontet Canet est aujourd’hui le seul grand cru classé certifié en biodynamie. Soit la version la plus exigeante du bio. « On parle de cuviers, d’installations, de ceci de cela, dit-il, mais la base, c’est la vigne. Certes, la vinification est importante mais il suffit d’avoir du bon sens, de travailler avec un verre, de goûter le fruit de son travail. »

Dans cet esprit là, il a choisi de réintroduire le cheval. « Pour éviter le tassement des sols, explique-t-il, car on a des tracteurs de plus en plus lourds. Pour l’heure, nous travaillons 30% du domaine avec les chevaux. Et quand on met un cheval dans une parcelle, on ne met plus le tracteur. Aujourd’hui, le pied de vigne travaille, donc il donne du goût et c’est ce que je recherche. » Alfred Tesseron a reçu cette année son quatrième équidé. Ce n’est qu’un début. Tout comme il projette de mener une autre petite « révolution » : arrêter son second vin, pour ne plus se concentrer progressivement que sur le grand. Têtu disait-on…

www.pontet-canet.com

Jefferson Desport. Photographie Rodolphe Escher.