(photo P. Gonnet)
(photo P. Gonnet)

Le concours des crus du Beaujolais s’est tenu la semaine dernière à Chiroubles, afin de décerner les traditionnelles médailles or, argent et bronze pour chaque cru, mais également la coupe Pulliat, gagnant des gagnants, et récompensant le meilleur des dix crus.

Toutes les structures viticoles peuvent participer à ce concours, avec des vins ayant une antériorité d’au maximum trois ans.
Le jury, composé de 60 dégustateurs professionnels (sommeliers, viticulteurs, restaurateurs, œnologues) ont du départager 221 cuvées, et un « super jury » a quant à lui décerné la coupe Victor Pulliat au viticulteur ayant produit le meilleur vin de l’année, en l’occurrence un Côte de Brouilly (2018) de la jeune viticultrice Perrine Trichard.

Perrine semble avoir largement séduit le jury avec ses vins, puisqu’elle remporte également le deuxième prix dans la catégorie « Jeune viticulteur » (âgé de moins de 40 ans), après Charlotte et Julien Perrachon, au Château Bonnet, pour leur Chénas, millésime 2017 (ils produisent également un très joli Moulin-à-Vent), et devant Jean-François Trichard pour son Chénas (2018).

Hommage à un personnage incontournable de la viticulture moderne

Le concours fêtait également ses 39 ans et, après un temps d’oubli, la coupe Victor Pulliat a été réinvitée pour cette édition, en hommage à cet ampélographe né en 1827 à Chiroubles.
Auteur de la revue « Le Vignoble », il a également crée la Société Régionale de Viticulture de Lyon, avant d’être nommé professeur titulaire de chair à l’Institut national agronomique de Paris, puis directeur de l’école d’agriculture d’Ecully.

Lors de la crise du phylloxéra en Beaujolais, et malgré beaucoup de scepticisme au début, il plaida en faveur du greffage sur plants américains résistants au phylloxéra afin de sortir le vignoble de la crise. Il mettra en place un greffoir et initiera les jeunes vignerons à cette pratique, amorçant la régression du phylloxera.

Lauréats

Parallèlement à la Coupe Pulliat et aux prix de la catégorie Jeunes Vignerons, ont été décernés les classiques médailles par Audrey Charton, présidente de l’ODG des crus, et Jean-Pierre Large, président du cru Chiroubles.

A Morgon, c’est le vigneron Jérôme Tomatis qui remporte l’or.
A Brouilly, le Domaine Lafayette avec son 2018 ; à Chénas : le Château Bonnet avec sa cuvée Vieilles Vignes 2017 ; à Fleurie, la cuvée La Madone 2018 des vins Georges Duboeuf ; à Régnié, le Château de Pizay en 2018 ; à Saint-Amour, l’EARL Les Trois Plaisirs en 2018 également ; à Juliénas, le Château des Capitans 2017 ; à Chiroubles, le Domaine Poulard en 2018 ; en Côte de Brouilly, Perrine Trichard et son 2018, et enfin Moulin-à-Vent, le Château de la Terrière avec sa cuvée Fût de Chêne 2017.