(photo F. Hermine)
(photo F. Hermine)

En 2016, la première AOC de France fête ses 80 ans et les 50 ans du Concours de la Saint-Marc. L’occasion de faire un point sur le palmarès de la dernière édition.

En 1893, Châteauneuf-du-Carcenier (en référence aux carrières de chaux des environs) devient Châteauneuf-du-Pape, en hommage à Clément V puis Jean XXII qui avait élu sa production « vin du pape ». Un village et un vignoble au nom certes plus porteur mais qui ne compte plus après le phylloxéra que 200 ha. On replante vite pour atteindre 750 ha en 1900, 3200 aujourd’hui.

En l’an 2016, Châteauneuf-du-Pape fête les 80 ans de son AOC et les 50 ans du concours de la Saint Marc. L’appellation dont le décret date du 15 mai 1936 est la première de France grâce au baron Le Roy de Boiseaumarié. A son instigation, le syndicat des producteurs s’était imposé des règles inédites qui feront florès : des rendements limités, un degré minimum à 12, 5°, une liste de cépages autorisés (13 en assemblages ou monocépages), un tri obligatoire de la vendange… Une bouteille armoiriée avec écusson à tiare papale a suivi en 1937, transformant l’appellation en marque collective.

Agapes et dégustations

La Saint Marc, honorant le patron des vignerons, est à l’origine une fête religieuse et populaire. Relancée en 1966, on y déguste le dernier millésime et elle se termine par un grand repas champêtre à la Tour de l’Hers près du Rhône. Quelques domaines donnent même congés à leurs employés ce jour-là. Les éditions suivantes, la dégustation est étendue aux millésimes plus anciens de rouges et aux blancs. Aujourd’hui, le concours met en lice la production de l’année en cours d’élevage et les trois derniers millésimes afin de mieux évaluer le potentiel de vieillissement.

Parmi les premiers lauréats, le Clos des Papes en 1966, le domaine Joseph Sabon en 1967, la cave des frères Barrot en 1968 et 3 ans de suite, le domaine de Beaurenard, l’un des rares producteurs à l’époque à avoir planté de la syrah pour obtenir des vins plus brillants avec un incontestable avantage couleur. Aujourd’hui, la dégustation à l’aveugle est contrôlée sous huissier. 234 vins cette année, prélevés chez les vignerons et négociants, ont été soumis aux papilles de 80 jurys, sommeliers, œnologues et producteurs ne dégustant pas leurs vins.

2012 est un millésime équilibré, fruité et onctueux, 2015 sera harmonieux, surtout sur les grands terroirs, chaleureux mais pas surpuissant.

Palmarès 2016

Blancs 2015
Chateau de Vaudieu
Clos de Mont-Olivet
Chateau de Gigognan

Rouges 2015
Domaine de la Janasse
Domaine Pierre Usseglio &Fils
Domaine de Chante-Cigale
Vignobles Mayard

Blancs 2012
Domaine de la Janasse
Domaine des Sénéchaux
Domaine de Beaurenard
Chateau de Vaudieu

Rouges 2012
Chateau de Gigognan
Domaine La Barroche
Domaine Saint Préfert