Le 2ème Grand Cru Classé de Margaux (Médoc) Château Durfort-Vivens vient de décrocher la certification Demeter. 100% du vignoble est désormais cultivé, et labellisé, en biodynamie.

Dans les grands crus classés du Médoc, l’histoire est en marche. À l’instar de Château Durfort-Vivens, dont le millésime 2016 vient d’être certifié par Demeter, de plus en plus de propriétés adoptent la culture biodynamique. Ce magnifique terroir de croupes de graves profondes, qui s’étend sur 55 hectares et appartient à Gonzague Lurton, est passé en biodynamie dès 2009 sur certaines parcelles avant d’étendre les essais à l’ensemble du vignoble, dès 2010. Un projet confié à Léopold Valentin, le nouveau directeur technique, sous la responsabilité de Jérôme Héranval, le directeur général. « Nous adoptons la biodynamie pour en faire un exhausteur de terroir », affirme ce dernier et « les vins possèdent plus de minéralité et de tension. C’est comme si un voile sur le fruit avait disparu » avoue-t-il à « Terre de Vins ».

La culture biodynamique est aussi « un projet managérial pour nos équipes et une prise en compte sociétale pour nos consommateurs et notre voisinage ».
Gonzague Lurton et Claire Villars-Lurton, les heureux propriétaires y croient. En plus de Durfort-Vivens, le Château Ferrière (3e grand cru classé en 1855), déjà certifié en culture biologique par Ecocert, est en conversion en biodynamie, tout comme le Château Haut-Bages Libéral (5ème grand cru classé en 1855), qui lui est en cours de conversion vers la biodynamie. Définitivement, l’histoire est en marche.

Autres propriétés ayant adopté la biodynamie dans les crus classés du Médoc :

Château Pontet-Canet (certifié Biodyvin)
Château Palmer (non certifié)
Château du Tertre (essais et non certifié)
Château Latour (uniquement sur le grand vin et non certifié).