Ci-dessus : Arjen Pen, Château Branas Grand Poujeaux.
Ci-dessus : Arjen Pen, Château Branas Grand Poujeaux.

Le château Branas Grand Poujeaux, en appellation Moulis, s’agrandit, en achetant une partie des terres de son voisin Granins Grand Poujeaux.

Justin Onclin, propriétaire de Branas Grand Poujeaux depuis 2002, cherchait depuis quelque temps à augmenter la surface de vignes du château. L’opportunité s’est présentée récemment quand la famille Bodin, propriétaire de Granins Grand Poujeaux, a souhaité vendre. Celle-ci avait certes un fils mais ce dernier n’était pas intéressé pour prendre la suite de ses parents à la tête de la propriété. Parmi diverses solutions, la vente a été choisie. Pour acquérir ces terres, Justin Onclin a ouvert le capital à deux de ses connaissances.

Deux amis partants pour l’aventure

Hindrik Gommer tout d’abord : un homme d’affaires hollandais, francophile, amoureux du vin et ancien actionnaire du Château Richelieu à Fronsac.
Puis Arjen Pen, co-actionnaire lui aussi. Arjen est en France depuis 2005, après avoir travaillé pour diverses compagnies aériennes, notamment KLM où il était responsable notamment de la division “achat de produits en contact avec les voyageurs”. Cela lui a permis de côtoyer des sommeliers lors des réunions de sélections des vins : “c’était une des parties les plus intéressantes de mon métier”, dit-il. Arjen est directeur général à Branas Grand Poujeaux depuis juillet 2020.

La venue de ces deux co-actionnaires permet d’acheter une partie des vignes de Granins Grand Poujeaux. Le choix se porte sur 5,2 ha, sur le plateau de Grand Poujeaux, parmi les 12 que compte Granins Grand Poujeaux. Un plateau “constitué de graves de Gunz, comme les meilleurs terroirs de Saint Julien et de Margaux” se félicite Arjen. Autre avantage, ces “vignes ont 30 ans de moyenne d’âge”. Mais si l’on comprend bien que Branas Grand Poujeaux atteint désormais une taille critique avec 17 ha au total, quels sont les autres objectifs du château ?

Un projet construit

Si la qualité du terroir a été un critère prépondérant pour l’achat, la nature des cépages plantés l’a été aussi. En effet, il s’agit d’une grande parcelle de cabernet sauvignon, complété par un peu de petit verdot. De quoi mieux équilibrer l’encépagement de la propriété qui comptait majoritairement du merlot jusqu’à présent. Mais “attention !” intervient Arjen : “il ne s’agit pas de modifier trop fortement l’identité de Branas qui est connu pour sa pureté, son côté gourmand, et sa complexité”. Les vinifications parcellaires des 5,2 ha permettront de composer des assemblages qui ne bousculeront donc pas les habitudes : une évolution très contrôlée en perspective.

Si des vignes ont été achetées, des bâtiments l’ont été aussi, ainsi que des équipements. Pour ces derniers, des cuves sont récupérées et divers matériels retourneront à la CUMA (Coopérative d’utilisation de matériel agricole) : rien de perdu. Quant aux bâtiments, il y en a un qui intéresse particulièrement les trois co-actionnaires de Branas Grand Poujeaux. Il s’agit de la grande salle d’accueil dont ils souhaitent qu’elle devienne un restaurant bistronomique afin d’animer le hameau de Grand Poujeaux, très bien situé mais qui pour le moment n’est pas suffisamment animé. Celui-ci disposerait de deux salles, de deux terrasses et d’une cuisine (avec marche en avant). Quelques aménagements simples permettraient d’en faire un lieu branché, au milieu d’un terroir parcouru (Chasse Spleen et Poujeaux sont ici). Oyez, et avis au cuisinier entreprenant !

Le dynamisme est donc de mise à Branas Grand Poujeaux et ce nouvel élan sera suivi avec intérêt par les amateurs et les habitants du lieu.

Château Branas Grand Poujeaux : 3 Route de Grand Poujeaux, 33480 Moulis-en-Médoc. 05 56 58 93 30. contact@branasgrandpoujeaux.com