(photo I. Bachelard)
(photo I. Bachelard)

Chaque année le Tour de France cycliste traverse quelques beaux vignobles. Le parcours 2019 commence sur les chapeaux de roues. Après une étape en Champagne, la pittoresque route des vins d’Alsace est à l’honneur.

Barr, Châtenois, Rorschwihr, Bergheim, RIbeauvillé, Kaysersberg, Turckheim, Eguisheim pour terminer en beauté dans la “Petite Venise” de Colmar, l’itinéraire de la 5è étape du Tour de France semble avoir été dessiné par l’Office de Tourisme ou l’Interprofession des vins d’Alsace. Il faudrait dire aux coureurs de ralentir pour profiter du paysage éblouissant qu’ils traversent, entourés de vignes. La route des vins d’Alsace inaugurée en 1953 est la plus ancienne de France. Elle s’étend sur plus de 170 km et traverse 73 communes. Elle serpente depuis Marlenheim au nord (ouest de Strasbourg) jusqu’à Thann au sud (ouest de Mulhouse), sur le contrefort oriental des Vosges. Plus de 300 domaines viticoles y sont implantés et surtout 49 des 51 grands crus.

Des vignes en coteaux

En arrivant de Saint-Dié-des-Vosges, les coureurs approchent l’Alsace par l’ouest, en gravissant la côte de Grendelbruch, pour découvrir le vignoble à Rosheim dans le Bas-Rhin. Ce vignoble se distingue par sa conduite en palissage haut, qui limite les effets du gel et favorise l’exposition au soleil. En ce début d’été, les coteaux sont d’un vert éclatant, d’autant plus que l’enherbement s’est généralisé pour faciliter la rétention de l’eau et surtout limiter l’érosion, en particulier dans les fortes pentes.

Après Rosheim, les coureurs obliquent vers le sud et ne quitteront guère leur cap que pour des incursions soit dans une ville comme Sélestat ou pour saluer la tradition brassicole à Obernai, soit pour s’attaquer à des monuments. Monuments sportifs avec la côte des Trois-Epis qui culmine à 659 m, monuments de pierres et de fortes pentes ailleurs. Le passage le plus spectaculaire se trouve sous le château du Haut-Koenigsbourg, château moyenâgeux dont la haute silhouette rose surplombe les communes viticoles de Châtenois et Kintzheim.

Les grands crus se succèdent

A partir de Kaysersberg, dans le Bas Rhin, les grands crus se succèdent. On découvre d’abord le Schlossberg, le 1er à être reconnu dès 1975, qui est apprécié pour ses rieslings de garde et dans le village suivant d’Ammerschwihr, le Kaefferkopf qui fut le dernier à rejoindre l’élite alsacienne en 2007 et qu’on savoure particulièrement en gewurztraminer, riesling et pinot gris.

Les derniers kilomètres du Tour de France alsacien sont spectaculaires, la Côte des Cinq Châteaux boucle la boucle avant de descendre doucement vers Eguisheim et les rives de Lauch à Colmar.