Après de longs mois, les travaux sont en train de s’achever au Premier Grand Cru Classé de Saint-Emilion. Un meilleur outil de travail, de nouveaux espaces. Et un classement parmi les ‘A’ en 2022 ?

Figeac, c’est bien sûr l’un des plus beaux noms de tout le Bordelais. C’est un terroir unique, à la lisière de l’appellation Saint-Emilion. Un sol graveleux qui ne donne jamais des vins puissants, notamment en alcool mais d’un raffinement inouï et d’une personnalité unique. L’encépagement atypique y est évidemment pour beaucoup (parité cabernet franc, cabernet sauvignon et merlot). Ici, les vins produits sont d’une régularité remarquable, avec des vins souvent d’anthologie comme le Figeac 2009 et plus encore le 2001 absolument sublime. Est-il possible d’aller encore plus loin dans la définition des vins, dans la précision des aromatiques ? Évidemment, une grande partie de la réponse se trouve à la vigne où un processus d’amélioration constante est à l’œuvre comme dans toute maison qui se respecte. Mais les outils de vinification ont aussi leur rôle à jouer.

Pour ce faire, les travaux qui ont été initiés doivent permettre de bénéficier d’un chai flambant neuf d’ici l’an prochain. C’est du moins ce qu’espère Blandine Manoncourt, co-héritière du domaine familial. « Si tout se passe bien, nous pourrions utiliser les nouvelles infrastructures pour la vendange 2020 » nous confie-t-elle. « Actuellement, 95% du gros œuvre est achevé, les toitures sont terminées aux trois-quarts. Le bâtiment sera HVE, presque entièrement enterré ce qui jouera un rôle primordial pour la thermo-régulation. Nous recherchons à mettre en œuvre les processus les moins énergivores possibles ». Et Frédéric Faye, le Directeur, d’ajouter qu’il « y aura un clin d’œil à la musique dans les espaces de réception. L’accueil du public pourra se faire dans différents formats, différentes ambiances ».

Gageons que ce chantier qui s’achève permettra de magnifier encore un peu plus la qualité des vins, laissant envisager un possible classement comme Premier Grand Cru Classé ‘A’ en 2022. Un graal qui serait mérité mais qui ne fait pas tourner les têtes au château. « Nous voulons avant tout garder notre âme », rappelle Jean-Valmy Nicolas, le co-gérant.