UNIRÉ, la cave coopérative de l’Île de Ré s’organise face à la crise du Covid-19 et commence à envisager le déconfinement prochain tout comme la saison estivale. Leur nouveau sommelier, Stéphane Thomas, nous explique les mesures prises et le programme aménagé des activités œnotouristiques.

Comment s’organise la gestion de crise à la coopérative de l’Île de Ré ?
Actuellement le nouveau cellier de vente est fermé suite aux directives gouvernementales. Les expéditions étaient également à l’arrêt par peur des problèmes de qualités de livraisons, elles redémarrent ce jeudi 7 mai. Le confinement est arrivé à un moment très délicat concernant le cellier. Nous avions fait partir plus de 400 invitations sur la 1ère quinzaine de mars pour son inauguration qui devait avoir lieu le lundi 30 mars au soir. Des Portes Ouvertes au public devaient également avoir lieu le samedi 4 avril. Nous avons été bien sûr obligés de rappeler tout le monde, clients et prestataires de la soirée pour les informer d’un report de cette manifestation. A ce jour, nous ne savons toujours pas à quelle date nous pourrons la reprogrammer.

Commercialement, quelles sont les mesures prises pour maintenir le lien avec la clientèle ?
Nous gardons un lien avec notre clientèle par des posts Facebook et Instagram sur nos produits (activités de la cave actuellement, les dernières mises en bouteilles, des accords, des vidéos) et les commerçants ouverts où ces produits sont disponibles. Nous essayons de leur mettre « le vin à la bouche » en attendant des jours meilleurs. Nous souhaitons rouvrir le cellier dès le 11 mai. Pour pouvoir accueillir nos clients dans les meilleures conditions, nous appliquerons les gestes barrières avec précautions. Des gels désinfectants seront disponibles à l’entrée, au bar, et à la sortie du magasin. Nous avons installé une paroi en plexiglas au niveau de la caisse pour éviter tout contact entre employés et clients. Les poignées de nos paniers seront désinfectées après chaque utilisation et nous chargerons directement dans les coffres des clients afin qu’ils n’aient pas de contacts avec nos chariots. Le bar de dégustations étant suffisamment profond pour respecter le mètre de distance, nous continuerons les dégustations gratuites de nos produits. Évidemment nos employés seront équipés de masques et gants et les crachoirs utilisés seront nettoyés après chaque utilisation. Le nombre de personne dans le cellier sera limité et des marquages au sol d’un mètre de distance seront mis.

Comment allez-vous mettre en place vos activités œnotouristiques pour la saison ?
Concernant nos activités œnotouristiques, nous sommes toujours dans l’attente d’informations complémentaires du gouvernement. Mais nous pensons que les visites privées de 8 personnes maximum pourront avoir lieu en respectant les gestes barrières. Les ballades en vélo et à cheval pourront être proposées en respectant le nombre de personnes et les gestes barrières. J’ai peur que nos soirées After Beach ne puissent avoir lieu pendant cette saison estivale (il s’agissait d’un « apéritif sous forme de marché » avec des producteurs insulaires entre 18.30 et 21.30 une fois par semaine). Pendant la saison, nous programmons des visites matinales et en après-midi sans rendez-vous ou nous pouvions avoir jusqu’à 50 personnes par visites. Elles auront lieu mais avec réservations pour faire plusieurs groupes de 10 maximum (guide compris), les dégustations se faisant peut-être dans un autre endroit que le cellier pour éviter l’affluence. Notre future salle de séminaires (pouvant recevoir environ 100 personnes) et son bar privatif sont encore en travaux et seront certainement prêts pour septembre 2020. Nous souhaitons y développer des séminaires d’entreprises ainsi que des cours d’initiation à la dégustation des vins et des eaux de vie de cognac. Nous espérons d’ici là avoir eu plus de directives gouvernementales sur l’accueil de nos clients.