(photo Michaël Boudot)
(photo Michaël Boudot)

Parmi les 16 vignerons et maisons de Bourgogne présents à Lyon Tasting, plusieurs étaient (aussi) venus présenter leurs nouveautés. Dans la bouteille mais pas uniquement.

Joseph Drouhin : retour aux sources

Chez Joseph Drouhin, la volonté affichée est de revenir aux fondamentaux. Tout d’abord en étoffant la gamme Beaune (berceau de la maison), représentée évidemment par l’emblématique Clos des Mouches. Pour Mathieu Buvel, responsable marketing de la maison, « on a presque tendance à oublier que Beaune est un vignoble ! On souhaite donc revaloriser l’appellation, qui chez nous compte quand même 75 % de premiers crus, avec trois nouvelles cuvées [millésime 2016] ». Ces nouveaux porte-étendards – des parcelles qui rentraient précédemment dans des assemblages – portent les noms de Sizies, Champimonts et Cras.
C’est cette dernière qui étaient présentée aux visiteurs de Lyon Tasting. « La parcelle des Cras se trouve en plein milieu de l’appellation, très étendue entre le nord « masculin » et le sud plus « féminin ». Ce qui donne un vin d’une élégante finesse, avec les épices caractéristiques du pinot noir et le fruit rouge (fraise) typique des beaunes. » Une jolie gourmandise à 57 €.
Sortie de Beaune, Joseph Drouhin vient également d’étoffer sa gamme 2017 de Premiers crus en Savigny-lès-Beaune, Nuits-Saint-Georges, Gevrey-Chambertin et Vosne-Romanée .

_________________

Maison Champy : un moment d’histoire

Fondée en 1720, à Beaune, la Maison Champy ne se contente plus du succès et de la réputation de ses uniques vins, elle ambitionne aujourd’hui de rendre hommage à son prestigieux passé. C’est dans ce but qu’elle vient d’inaugurer deux circuits œnotouristiques sur le site historique de Beaune, à l’intérieur des remparts. « Il s’agit de mettre en avant notre héritage et notre savoir-faire tout en offrant un moment particulier et unique au visiteur » confie Cyriane Cubadda, responsable œnotourisme chez Champy.
Le circuit du matin (1h30) permet de découvrir les caves XVe siècle et leurs célèbres pièces bourguignonnes avant un passage par l’œnothèque pour y admirer trois siècles d’histoire en bouteille, et terminer par une dégustation de cinq vins (de 25 à 55 € par personne). Le circuit de l’après-midi (2h) ajoute lui une étape « émotion » avec l’exposition des archives de la Maison Drouhin qui revient sur une épopée d’où surgissent les noms d’Edme Champy (son fondateur), Gustave Eiffel (qui signa les colonnes métalliques de la cuverie) ou de Louis Pasteur (qui fit un passage chez Champy pour la rédaction de ses « Études sur le vin »). Le circuit se conclut lui aussi par la dégustation de cinq vins (de 40 à 70 € par personne).
Signalons enfin que la Maison Champy offre toujours la possibilité de découvrir ses vignes à vélo électrique ou de dîner (jusqu’à 8 personnes) dans sa fameuse « cuve 17 ».

_________________

Domaine Brocard : quand vient la nuit

Ardent défenseur de la biodynamie en Chablis qu’il a introduite sur le domaine familial en 1997, Julien Brocard poursuit ses « essais » avec une cuvée spéciale vendangée de nuit. Disponible à la vente en septembre 2020, cette édition limitée à 2 500 exemplaires sera le fruit d’un ballet nocturne qui s’est déroulée dans la nuit du 20 au 21 septembre, entre 2h et 11h du matin, sur la célèbre parcelle « biodynamique » de la Boissonneuse. Comme l’explique Matthieu Maridat, responsable commercial chez Jean-Marc Brocard, « la nuit, la plante est en sommeil et la circulation de sève ralentie. Une vendange de nuit donne alors un vin plus sur la fraîcheur. » Un premier essai mené en interne il y a trois ans, avec dégustation à l’aveugle, avait d’ailleurs offert l’avantage à la cuvée nocturne sur la cuvée diurne. Le Domaine Brocard n’envisage pas pour autant de systématiser ces vendanges de nuit, ce qui donne à cette cuvée nocturne à venir un avant goût d’expérience rare que nous guetterons avec attention (et les yeux bien ouverts).


Photo Jérémy Denise