Après la vigne, Alberic et Marie-Caroline Philipon envisagent de “planter” des éoliennes sur leur domaine Carpe Diem à Cotignac dans le Centre Var. Pour produire de l’électricité mais aussi pour lutter contre le gel de printemps.

Il ne s’agit pas de grands mâts comme ces oiseaux blancs désarticulés que l’on voit fleurir le long des autoroutes mais une petite aérogénératrice sans nuisance sonore qui se fondra dans le paysage. Le château Carpe Diem a été choisi comme site pilote de Collaborative Energy, une entreprise de solutions d’énergies décarbonées, basée près de Grenoble (38) mais disposant également d’une filiale à Cotignac. La machine de 6 mètres de haut, couleur brun mat pour qu’elle reste discrète, est moins gourmande en vent ; elle produira à la fois de l’électricité propre pour le domaine et pourra être inversée afin de créer un courant d’air dans le but de lutter contre les gelées printanières. “Les ceps de vignes arrachés et des ballots de foin pourront été brûlés au pied de l’appareil pour obtenir un courant chaud qui pourrait faire gagner quelques degrés sur une surface d’environ un hectare, précise Albéric Philipon. A terme, nous pourrions en installer une dizaine sur le domaine, en particulier sur les parcelles des bas-fonds plus gélives. Quand on gèle trois fois en cinq ans, il faut chercher des solutions”. L’aérogénératrice peut produire 7,5 kWh. Avec une dizaine couplées également avec du photovoltaïque, Carpe Diem pourrait à terme être autonome, notamment pour alimenter le matériel et les véhicules électriques.

Collecte de fonds

Reste à financer le projet. Le coût d’une telle machine innovante avoisine les 40 000 € ; Collaborative Energy la met gracieusement à disposition du domaine dans le cadre de l’expérience pilote. Celui des travaux de terrassement et de génie civil, autour de 15 000€, doit être pris en charge par les Philipon. Albéric a donc eu l’idée de solliciter le site de collecte de fonds participatif WineFunding qui lui avait déjà permis en 2017 de récupérer avec un bail à long terme un vignoble voisin en bio d’une douzaine d’hectares et de financer une partie de l’agrandissement du chai. “Nous avons besoin d’une levée de fonds de 30 000 € pour l’installation de l’aérogénératrice et en même temps pour financer le matériel nécessaire qui nous permettra de lancer la conversion du domaine en biodynamie – un dynamiseur et un pulvérisateur à turbine”. Le domaine d’une trentaine d’hectares en Côtes-de-Provence et Coteaux-Varois-en-Provence espère atteindre son objectif d’ici le 7 juin, fin de la souscription. Les adhérents au dossier WineFunding avancent les fonds, entre 150 et 1000€, et sont remboursés en vins sur trois années, à raison de 3 à 24 bouteilles par an selon la formule choisie. “Outre le financement des projets et l’avance de trésorerie, ce système crée aussi une communauté de passionnés et de clients fidèles” conclut Albéric Philipon.


(photo @collaborative Energy)