Accueil Russes et néovignerons

Russes et néovignerons

Auteur

La
rédaction

Date

03.10.2011

Partager

Première récolte pour Stanislav et Natalia Zingerenko au château La Favière (Bordeaux Supérieur).

Ils ne parlent encore que quelques mots de français mais sont amoureux de l’Hexagone et de son art de vivre. Stanislav et Natalia Zingerenko, 38 et 37 ans, sont les propriétaires depuis mai du domaine de la Cabanne, à Saint-Seurin-sur-l’Isle. « C’est un rêve de s’installer en France. Depuis toujours, je veux produire mon propre vin. Dans mon esprit, c’était Bordeaux ou rien. J’y suis venu pour la première fois en 2009, avec une quinzaine de domaines visités. Ma femme et notre fils de deux ans sont heureux au milieu de cette nature », explique Stanislav, alors que la machine à vendanger s’active pour sa première récolte. En effet, ce domaine abrite aussi 18, 5 hectares de vignes commercialisés sous le nom de Château La Favière. Après une période de flottement suite au décès du précédent propriétaire (Pierre Grawitz), le couple compte le relancer. Actionnaire minoritaire d’une société de logistique sur le port de Saint-Pétersbourg (700 employés), l’homme fait encore des allers-retours entre la Russie et Bordeaux, alors que son épouse y a déjà posé ses valises. Mais l’objectif est de rejoindre sa famille au plus vite, une fois soldé ses activités en Russie.

Un autre Russe en Médoc

« Nous avons déjà racheté du matériel, refait un chai à barriques et une salle de dégustation. D’autres projets sont en cours, comme des chambres d’hôtes. La qualité du vin sera améliorée et nous consoliderons les circuits commerciaux », pointe le néovigneron qui avait reçu à Moscou l’appui de l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII), structure chargée d’amener de nouvelles affaires dans l’Hexagone. Au château, les Zingerenko ont leurs hommes de confiance : le jeune Christophe Bédouet a été recruté pour la direction technique, et Georges Pauli est conseiller.

Habitué dans son histoire à accueillir de nouveaux vignerons venus de l’étranger, Bordeaux est moins familiarisé avec les ressortissants russes. Ce couple qui exploite le seul vignoble de Saint-Seurin-sur-l’Isle n’est pourtant pas un cas isolé.
En 2008, Alexey Shkrapkin a acheté le château Livran, cru bourgeois situé à Saint-Germain-d’Esteuil, au nord du Médoc. Sur un vaste domaine de 116 hectares, avec une belle demeure, se trouvent également 27 hectares de vignes. L’homme, 37 ans, qui habite Moscou où il est gestionnaire de fortunes, s’y rend régulièrement. C’est l’expert Bruno Lefortier qui gère la propriété.

Articles liés