Auguste Clape, l’un des pionniers de l’appellation Cornas, est décédé à 93 ans.

Auguste Clape s’en est allé à 93 ans. L’un des meilleurs ambassadeurs de l’appellation Cornas abandonne définitivement les pentes escarpées du bords du Rhône pour d’autres vignes bien plus hautes en altitude. Auguste Clape s’était marié en 1949 à une héritière du domaine Frugier en polyculture avec quelques hectares de vignes, quasiment à l’abandon après le phylloxera et la première guerre mondiale. Dans les années 20, elles ne produisaient que du vin en vrac pour les négociants de Saint Peray et les bistrots de Valence.

Les Clape vont ressusciter le vignoble de 4 ha, commencer à embouteiller leur production dans les années 50 et à l’exporter dans les années 70. On doit à Auguste en 1955 la création du marché du vin à Cornas. Il abandonne peu à peu les céréales et replante en coteaux. Son fils Pierre-Marie, après Tempier et le Vieux Télégraphe, revient au domaine à la fin des années 80 pour amorcer une viticulture très raisonnée, le petit fils Olivier prend la relève à partir de 2002 après la Napa Valley, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
Chez les Clape, on suit la même ligne au fil des générations : le travail des sols en terrasses, des vendanges manuelles, des vinifications en grappes entières, des élevages de deux ans en cuves béton puis en vieux foudres. Le domaine aujourd’hui de 8,5 ha bénéficie d’une renommée internationale pour ses syrahs de garde, puissantes mais droites et racées issues des meilleurs sols granitiques de l’appellation sur coteaux escarpés comme le Reynard, la Sebarotte, la Côte… Il ne produit que deux cuvées, Cornas avec les vignes de 40 à 90 ans, et Renaissance avec les plus jeunes vignes. Environ 35000 bouteilles par an, pépites rares et difficiles à dénicher.