Première coopérative de France par l’ampleur de son site de vinification, les Caves de Rauzan fêtent cette année leur 80ème anniversaire. Et s’apprêtent à accueillir, ce week-end, plus de 2000 visiteurs à l’occasion de leur 8ème Récréation Gourmande.

Comment conjuguer les impératifs économiques et techniques d’une coopérative de grande échelle avec le respect des normes qualitatives et environnementales, tout en maintenant un lien de proximité et d’authenticité avec le consommateur ? La solution à cette équation serait à chercher du côté des Caves de Rauzan, en Gironde. Figurant parmi les plus grandes caves coopératives de France en vin d’AOC, et déployant le premier site de vinification du pays avec 176 000 hectolitres produits en 2011, ce « géant » de la production de vin – qui célèbre cette année ses 80 ans et a fusionné en 2008 avec la cave de Grangeneuve à Romagne – ne se contente pas d’inonder les rayonnages avec ses 4, 5 millions de bouteilles. Il poursuit, depuis près de dix ans, une vraie politique de développement durable et d’engagement qualitatif à laquelle sont associés les 281 vignerons coopérants.

Développement durable

Denis Baro, président des Caves de Rauzan (le quatrième depuis 1933 !), explique : « la force d’un système coopératif comme le nôtre est de mettre à la disposition des vignerons des outils de vinification et un accompagnement humain permettant de produire des vins adaptés au marché, offrant au consommateur la garantie d’une qualité homogène et régulière, tout en respectant des normes environnementales, qualitatives et sociétales. » Le volet environnemental, notamment, ne date pas d’hier, puisqu’il a été entamé il y a vingt ans avec la construction d’une station d’épuration pour le traitement des effluents de la cave complétée, en 1998, par l’obtention de la double certification ISO 9002 (maîtrise qualité) et 14001 (management environnemental). Depuis, cet engagement est allé crescendo, avec la réalisation d’un premier bilan carbone en 2009, d’un premier rapport développement durable en 2011, et de la certification Agri Confiance volet vert la même année. En mars 2013, les Caves de Rauzan ont été reconnues HVE (Haute Valeur Environnementale).

Cette importance donnée au volet environnemental s’accompagne d’un contrôle très strict des normes qualitatives. Philippe Hébrard, directeur des Caves de Rauzan, supervise un impressionnant dispositif technique et humain d’accompagnement des vignerons dans la conduite de leur vigne : avec près de 8000 prélèvements de maturité effectués chaque année sur les quelque 3170 hectares rattachés à la coopérative, aucun hasard n’est laissé à la date de vendanges. L’objectif est que chaque propriétaire récolte ses raisins et les livre à la cave à une date optimale, afin d’obtenir une qualité et un profil aromatique homogènes avant vinification. On parle ici de « profil produit », d’études annuelles pour capter les attentes des clients, de recherche et développement (près d’un million d’euros d’investissement par an), et de mise en œuvre de tous les outils de l’œnologie moderne : on est donc loin d’une vision romantique du vin, mais avec un chiffre d’affaires de plus de 25 millions d’euros en 2010-2011, les enjeux ici sont colossaux.

Diversification

Même si 80% de la production de la cave sont destinés au vrac, la vente en bouteille ne cesse de se développer. Avec 62 châteaux en nom propre et 40 marques différentes, la gamme se partage entre quelques propriétés phares comme La Grangeotte (AOC Bordeaux) ou Château Balan (Bordeaux Supérieur) et des étiquettes très ciblées comme « R de Rauzan », « Prestige de Rauzan », ou encore le rosé « Récréation », sans oublier celles réservées uniquement à l’export, comme « Augey » aux États-Unis (un marché historique depuis les années 1970). L’objectif est ici de décliner la notion de « vin plaisir », fruité (merlot majoritaire), prêt à boire jeune, en opposition au profil classique du vin de dégustation bordelais, en l’adaptant à différents marchés. En rouge, en blanc, en rosé, en clairet, en moelleux ou en crémant – et même en bio, qui devrait atteindre 120 hectares l’année prochaine. Et cette diversification marche, à en juger par le chiffre d’affaires, qui a augmenté de 50% en cinq ans.

Malgré tout, les Caves de Rauzan sont en quête de notoriété auprès du grand public. Cela passe par une boutique récemment rénovée, présentant l’ensemble de la gamme en bouteille comme en BiB. Cela passe aussi par l’organisation d’événements comme la « ronde des caves » en octobre, et surtout la « Récréation gourmande », dont la 8ème édition se déroule ce dimanche 9 juin. Une grande promenade gastronomique et festive de 6 km en six étapes, avec dégustations, restauration et animation musicale. Cette manifestation qui a déjà ses aficionados devrait réunir plus de 2000 convives ce week-end. Les organisateurs s’attendent déjà à plus de 2000 bouteilles vidées. Autant dire que la balade s’annonce sportive…

— Auteur

La rédaction
La rédaction

Commentaires (6)

Commenter
  • Jonathan
    • 05 juin 2013
    • 17H35

    176 000Hl cela équivaud à 24 Millions de bouteilles.
    25 Millions de CA, cela fait donc un prix moyen à 1.00€ la bouteille.
    Etes vous sur de vos chiffres?
    Cela me parait un peu bas pour des vins d'AOC Bordeaux...

  • Mathieu Doumenge
    • 05 juin 2013
    • 17H50

    Comme indiqué dans l'article, 80% de la production est destinée à la vente en vrac, 20% à la vente en bouteille, soit 4,5 millions de bouteilles environ.

  • Pierre Le Hong
    • 05 juin 2013
    • 18H05

    Vous parlez de "développement durable".
    Il faut savoir que les vignes de la cave sont désherbées chimiquement quand même. Je vous invite à venir voir sur place les rangs.

  • Yohan
    • 24 décembre 2013
    • 19H34

    Les rangs sont désherbés chimiquement comme 92% du territoire français. La cave de Rauzan a le mérite de travailler en modéré donc avec des produits phytosanitaires contrôlé qui pour la plus part sont des produits agriconfiances. De plus les stations d'épuration installés sur les deux sites de vinification permettent de préserver le terroirs... Le bio n'est pas accessible à court terme cela nécessite des années de travail, s'engager dans cette voie est déjà un grand pas en avant.

Pour laisser votre avis sur cet article Connectez-vous et rejoignez la communauté TERRE DE VINS

Se connecter Créer un compte